Vidéo associée: 

Accord de libre-échange avec les Etats-Unis : la France fait de la résistance

Corps: 

Il y a trois semaines, Bérénice Bejo recevait le prix d’interprétation féminine à Cannes. Mais cette semaine, c’est bien loin des paillettes, au Parlement européen, que s’est rendue l’actrice, pour soutenir l’exception culturelle si chère à la France.

“ J’ai grandi avec les films américains, j’ai grandi avec la culture américaine, et c’est très bien qu’elle existe, et je suis vraiment pour cette culture-là, je ne la rejette pas du tout, mais je pense que pour eux et pour nous, c’est important d’avoir la possibilité, c’est important d’avoir une contre-balance “ , nous confie-t-elle.

Si plusieurs personnalités du cinéma avaient fait le déplacement à Strasbourg, c’est parce que la Commission européenne envisage de négocier avec les Etats-Unis un accord de libre-échange dont la culture et l’audiovisuel ne seraient pas exclus.

“ Il y a des milliers, des dizaines de milliers de personnes qui travaillent dans l’audiovisuel en Europe “ , rapelle le réalisateur Costa Gavras. “ Si par exemple l’exception culturelle n’existait plus, beaucoup, beaucoup de films ne se feraient plus, beaucoup de salles ne marcheraient pas etc, des cinéastes ne travailleraient pas, des acteurs ne travailleraient pas. “

Face aux défenseurs des quotas pour la diffusion des oeuvres européennes, Bruxelles met en avant les gains de 65 milliards d’euros par an que représenterait cet accord avec les Etats-Unis. Frederik Erixon, du European Center for International Political Economy est du même avis.

“ Economiquement, ce n’est pas important pour l’Europe, ce n’est pas important pour la France “ , estime cet analyste. “ Donc, je pense que la Commission a adopté la bonne position vis-à-vis de la France et d’autres Etats membres qui est de dire : on ne commence pas les négociations en disant à l’autre partie ce sur quoi on ne va pas négocier. Il faut un mandat ouvert, qui nous donne l’opportunité de négocier un bon accord. “

Les ministres doivent décider ce vendredi de confier ou pas un mandat à la Commission européenne pour négocier cet accord. La France a fait savoir qu’elle n’hésiterait pas à mettre son véto.

Partager cette vidéo :

Publié le 14/06/2013

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité