Vidéo associée: 

Accord d’association Ukraine-UE : Kiev ne cédera pas aux pressions de Moscou

Corps: 

L’Ukraine confirme sa volonté de signer un accord commercial avec l’Union européenne et ce malgré les pressions de Moscou, qui craint des répercussions sur son économie. En représailles, la Russie envisage des mesures de protection contre son voisin, dont elle est l’un des principaux débouchés. Moscou est déjà passée à l’action en interdisant l’importation de produits Roshen, le plus grand confiseur d’‘Ukraine, officiellement pour raisons sanitaires. Les directeurs de l’entreprise veulent comprendre : ‘‘Nous avons obtenu des informations par la presse, la télévision, mais aucune réclamation concrète, concernant les produits que nous fournissons à la Russie, ne nous est parvenue. Nous sommes prêts à ouvrir nos usines pour des inspections et à fournir tous types de documentations, si nécessaire’‘, souligne Eugène Vovchanovsky, directeur du développement chez Roshen.

L’accord commercial entre Kiev et Bruxelles prévoit une zone de libre échange redoutée par la Russie, qui invite, de son côté, l’Ukraine a rejoindre sa propre Union douanière. Mais l’ex-République soviétique lorgne de plus en plus vers l’Europe. ‘‘Les mesures de rétorsion russes visent de grands hommes d’affaires, qui jouent à la fois un rôle important dans l‘économie ukrainienne, et qui soutiennent aussi l’idée d’une intégration de l’Ukraine dans l’Union européenne’‘, souligne l’analyste politique Volodymyr Fesenko.

La signature de l’accord d’association a été retardée à plusieurs reprises par Bruxelles en raison de l’affaire Timochenko. Il devrait être signé cette fois en Novembre.

De notre correspondant à Kiev, Sergio Cantone : “Cette tension commerciale, qui touche les grandes entreprises et intérêts financiers ukrainiens, a adouci la position de l’Europe vis-à-vis des conditions que Kiev doit remplir pour signer cet accord d’association.’‘

Partager cette vidéo :

Publié le 28/08/2013
Publicité

Contenus sponsorisés