Vidéo associée: 

A Idomeni, la situation se tend encore un peu plus

Corps: 

A Idomeni, la tension est encore montée d'un cran. Selon Athènes, 11 000 migrants seraient toujours bloqués à ce poste frontalier entre la Grèce et l'ancienne république yougoslave de Macédoine.

#Chid #women #refugees #refugeesGr scuffles with #Greek police #Idomeni camp https://t.co/ar02Yaqls3 pic.twitter.com/Zqghx7gh38- Proto Thema English (@eprotothema) 7 avril 2016

Suite à l'accord entre l'Union européenne et la Turquie, la peur d'être renvoyé se mêle à des conditions de vie sur place extrêmement difficiles. Certains sont là depuis des semaines et la situation devient potentiellement explosive.

'C'est très difficile ici, c'est impossible de continuer à vivre comme ça. S'il le faut, je repartirai en Syrie et je mourrai la-bàs, c'est toujours mieux que de mourir ici', explique résigné Ibrahim, un Syrien de 20 ans.

Pris en tenaille, il leur faut choisir entre demander l'asile en Grèce ou repartir en Turquie. Beaucoup ne veulent pour l'instant pas choisir et attendent que les portes de l'Europe de l'Ouest s'ouvrent.
Athènes a annoncé que devant la multplication des demandes d'asile, elle stoppait pour 15 jours les renvois vers la Turquie, les moyens pour traiter ces demandes n'étant pas suffisants.

De l'autre côté de la mer Egée, la Turquie semble elle vouloir trainer des pieds. Le président Erdogan a prévenu qu'il ne fera rien si l'UE ne tient pas ses engagements, à savoir une aide de 6 milliards d'euros et la simplification des procédures de visas vers l'Europe pour les ressortissants turcs.

Après un lancement en fanfare, lundi, l'accord UE-Turquie semble déjà avoir du plomb dans l'aile.

Partager cette vidéo :

Publié le 08/04/2016

Toutes les vidéos

À DÉCOUVRIR AUSSI

Pages

Publicité