Société
En 2012, l’humoriste avait lancé cette malheureuse phrase à l’encontre du journal satirique. Aujourd’hui, il revient sur ses propos et se dit affecté par les assassinats.
Publicité