Vidéos A la une
Ses jours sur le sol chinois sont comptés. Faute d'une carte de presse renouvelée, Ursula Gauthier, correspondante de l'Obs à Pékin, va être expulsée du pays au plus tard le 31 décembre. Sous pression depuis la parution d'un article évoquant la répression de la minorité ouïghoure dans l'est de la Chine, la journaliste française a toujours refusé de se plier à l'ultimatum des autorités. A travers elle, Pékin cherche à museler la presse étrangère sur des sujets jugés sensibles. Une mesure qui n'est d'ailleurs pas sans précédent.En 2012, une journaliste d'Al-Jazira avait déjà fait l'objet d'une expulsion du territoire.
Publicité