Vidéos A la une
Invitée sur BFMTV et RMC ce lundi, Marion Maréchal-Le Pen a comparé l'Union européenne à l'Union soviétique. Pour la députée FN du Vaucluse, la réaction de François Hollande à la suite de la victoire du camp du Brexit est symptomatique et lui "fait peur". Selon elle, ce vote "critique précisément le fonctionnement de l'UE", et le président fraçais y répondrait en affirmant "qu'il faut plus d'Union européenne". "C'est exactement comme avec l'URSS et le communisme", a-t-elle estimé, ajoutant que les volontés de Bruxelles était "à l'inverse de l'inspiration des peuples".
Vidéos A la une
Agés d'un an et demi, ils sont dix et mesurent un mètre de long. En provenance d'un zoo de Stockholm, ils ont renoué avec leur île d'origine depuis quelques jours. En attendant d'être libérés dans un marais, ils ont été placés en quarantaine. Car leur histoire est particulière. C'est Fidel Castro en personne qui a donné leurs parents à un cosmonaute russe. Ce dernier les a amené à Moscou avant de les confier au zoo de Moscou puis à celui de Stockholm. 'Fidel Castro doit être étonné parce que quelque chose qu'il a donné, qu'il a montré à des amis à produit un résultat. je pense que cela doit le rentre très heureux', explique ce vétérinaire. De race pure, les bébés crocodiles font partie d'un programme de conservation pour cette espèce en grave danger d'extinction et dont la chasse est illégale. Quant à leurs parents qui ont été symboliquement renommés Hillary et Castro, ils coulent toujours des jours heureux en Suède.
Vidéos A la une
Ce devait être un jour de joie pour la Lituanie... Mais c'est avec une vraie angoisse que le petit pays balte a célébré le 25e anniversaire de son indépendance. Ce qui se passe en Ukraine, l'annexion de la Crimée, l'attitude de la Russie inquiète beaucoup les Etats baltes, qui ont subi le joug soviétique pendant 50 ans. 'Nous avons besoin de la même unité aujourd'hui, un quart de siècle plus tard. Quand le cliquetis des armes se fait entendre depuis la même direction. Quand les armes sont utilisées pour étouffer la voix de la liberté.' Vytautas Landbergis, premier président de la Lituanie indépendante, accuse le président russe de poursuivre 'un programme clair en vue de rétablir l'empire soviétique : 'Si l'agression des fous ne peut pas être stoppée et si l'empire retourne à ses anciennes colonies, notre success story pourrait devenir temporaire et finir en cendres.' Les trois pays baltes, qui ont rejoint l'Union européenne et l'Otan, comptent sur l'Ouest pour leur venir en aide en cas d'invasion russe. Pour les rassurer, les Etats-Unis ont commencé à déployer 3.000 soldats pour trois mois dans les pays baltes, ainsi que des chars et des équipements.
Vidéos A la une
C'est par cette belle métaphore que le souverain pontife a marqué le 25ème anniversaire de la chute du mur de Berlin. L'occasion aussi pour le Saint Père de rappeler le rôle de son illustre prédécesseur Jean Paul II. 'Prions pour qu'avec l'aide du Seigneur et l'aide de tous les hommes de bonne volonté, nous puissions favoriser une culture commune de la rencontre pour faire tomber toutes ces murs qui divisent encore le monde. Là ou il y a un mur, il y a des coeurs fermés. Nous avons besoin de ponts, pas des murs !'
Vidéos A la une
L'Ukraine célèbre ce dimanche sa fête nationale. Une journée de commémoration de l'indépendance, avec un relief particulier cette année, en raison des combats dans l'est du pays. Dans son discours, le président ukrainien a annoncé son intention de débloquer d'ici à 2017, plus de 2 milliards d'euros en faveur de l'armée. Sans le nommer, Petro Porochenko a également accusé le voisin russe d'être à l'origine de la crise actuelle. 'Ce n'est pas nous qui avons déclenché la guerre, a-t-il déclaré. Elle a été enclenchée par d'autres, de l'extérieur. Nous, ce que nous voulons, c'est la paix et l'application du plan de paix pour la région du Donbass. L'Ukraine tient en très haute estime ceux qui ont manifesté leur soutien, ceux qui sont nos véritables amis et partenaires : l'Union européenne, les Etats-Unis et d'autres nations. Chers amis, le monde entier est avec nous !' Avant le défilé militaire, Petro Porochenko s'est recueilli devant le mémorial érigé sur 'Maïdan', le nom de la place de l'indépendance à Kiev. Un monument à la mémoire des manifestants tués lors du soulèvement populaire cet hiver.
Vidéos A la une
70 ans après, une cérémonie émouvante s'est tenue vendredi dans la capitale polonaise en mémoire de ceux qui se sont battus pour la liberté contre les forces de l'ombre. L'insurrection de Varsovie souvent confondue avec celle du Ghetto juif en 1943, avait éclaté le 1er août 1944. 50.000 insurgés, essentiellement de jeunes scouts, soldats de la Résistance dépendants du gouvernement polonais en exil à Londres, avaient alors pris les armes contre les occupants nazis. Près de 200.000 civils ont été tués en 63 jours de combats et la ville a été transformée en un amas de décombres. Adolf Hitler avait ensuite donné l'ordre de raser la quasi-totalité de ce qu'il en restait.
Vidéos A la une
Alors que l'Occident se prépare à commémorer le 70e anniversaire du débarquement, les célébations du D-Day sont l'occasion de rappeler le rôle énorme joué par la Russie dans la Seconde Guerre mondiale, et la victoire contre les Nazis. Dmitry Linnik est journaliste à Voice of Russia : 'les Russes ont payé le prix fort : 27 millions de personnes sont mortes, la moitié des Russes, et le reste des anciennes républiques soviétiques. C'est donc chaque famille qui a littéralement perdu quelqu'un à la guerre... C'est quelque chose qui est difficile à imaginer pour les gens en Occident' . Entrée en guerre aux côtés des Alliés en 1941, l'Union soviétique va réussir à repousser les offensives allemandes, jusqu'à la bataille de Stalingrad, l'une des plus sanglantes de l'histoire. Les lourdes pertes infligées à la Wehrmacht font de cette bataille un moment stratégique de la Seconde guerre mondiale. Les forces allemandes n'ont jamais repris l'initiative à l'Est, montré leurs faiblesses, et fragilisé leurs positions à l'ouest. Habbo Koch, historien à l'Université de Cologne : 'la défaite de l'Allemagne a commencé à Stalingrad et c'est devenu plus évident avec le D -Day, et les semaines qui ont suivi. Il n'y avait pas la défense militaire suffisante sur le terrain pour stopper l'avancée des forces alliées. Même si l'invasion de la Normandie n'a pas suffi à arrêter la guerre, qui a encore duré plus d'un demi-année'. Lors des commémorations du D-Day, les dirigeants occidentaux vont cotoyer Vladimir Poutine pour la première fois depuis l'annexion de la Crimée, et son exclusion des pourparlers du G7. L'occasion de presser à nouveau le Président russe à desserrer son emprise sur l'Ukraine, sous peine de nouvelles sanctions. Mais même s'ils ont ravivé les souvenirs pas si lointains de la Guerre froide, pour les historiens, les récents événements en Europe orientale ne devraient pas estomper le rôle majeur joué par la Russie dans la victoire sur les Nazis. Pierre Defraigne, analyste politique : 'Poutine se trouve être avoir actuellement la fonction de président de la Russie, mais on ne peut pas nier la contribution de la Russie, du peuple russe, à la victoire juste parce que Poutine est un président abusif, et autoritaire.' Un président qui continue de bénéficier d'une cote de popularité que à faire pâlir d'envie bien des dirigeants occidentaux : 83 % des Russes approuveraient l'action de Poutine en tant que président, selon un récent sondage.
Vidéos A la une
Le Premier ministre ukrainien indique que Kiev ne reconnaîtra jamais l’annexion de la Crimée par la Russie qu’il qualifie de “crime international”. “La plus grande catastrophe de ce...
Vidéos A la une
Le chef actuel de cette ex-république soviétique d’Asie centrale Emomali Rakhmon se dirige vers un quatrième septennat, rendu possible grâce à des amendements approuvés en 2003 lui permettant...
Publicité