Vidéos à la une
Des milliers de Sud-Soudanais ont manifesté pacifiquement dans les rues de Juba mercredi pour protester contre la force régionale appuyée par l'Union africaine (UA). Les manifestants se sont dirigés vers les sièges de la Mission de l'ONU au Soudan du Sud (MINUSS) et ont présenté une pétition pour protester contre une proposition de l'UA en faveur du déploiement de troupes de maintien de la paix régionales dans le pays en proie à des conflits.
Vidéos à la une
L'Assemblée nationale accueille mardi le président du Parlement panafricain, Roger Nkodo Dang. Ce dernier s'exprime à la tribune de l'hémicycle pour évoquer la recommandation du Parlement panafricain du 7 octobre approuvant un plan urgent d'accès à l'électricité et à la lumière pour le continent africain. Jean-Louis Borloo, l'ancien ministre de l'Ecologie, très impliqué sur ce dossier, est présent dans la tribune d'honneur. Il espère créer une agence dédiée à l'électrification de l'Afrique. Suivez en direct les débats dans l'hémicycle : La Chaine Parlementaire (LCP), Live TNT par LCP
Vidéos à la une
La visite de Barack Obama en Afrique devrait rester dans les mémoires. Le président américain a passé quatre jours sur le continent, effectuant au Kenya, pays de son père, et en Ethiopie, la première visite d'un président américain. Une mini-tournée qui s'est terminée par un discours au siège de l'Union africaine, où il a dénoncé les dirigeants africains qui s'accrochent au pouvoir, et a fait la promotion de la dignité: 'Nous devons soutenir la dignité inhérente à chaque être humain. La dignité, a-t-il martelé. L'idée de base est que, en vertu de notre humanité commune, peu importe d'où nous venons et à quoi nous ressemblons, nous naissons tous égaux, touchés par la grâce de Dieu. Chaque personne a de la valeur, chaque personne compte, chaque personne mérite d'être traitée avec décence et respect.' Le président Obama a terminé son voyage par la visite d'une petite entreprise qui transforme du maïs pour fabriquer des repas très nutritifs et bon marché pour les Ethiopiens. Un projet soutenu par le programme américain 'Feed the Future', qui vient en aide aux petits paysans dans 12 pays d'Afrique.
Vidéos à la une
C'est ce qu'ont déclaré les chefs d'État majors des armées du Niger et du Tchad lors d'une conférence de presse suivie par l'envoyé spécial d'Euronews sur place, Luis Carballo. Les deux pays ont coordonné leurs actions contre le groupe islamiste tout en déplorant que le Nigeria pourtant parti prenante n'est pas participé sur cet objectif précis. Boko Haram avait fait de Malam Fatori son plus grand fief au nord du Nigeria, il s'en servait de base pour lancer ses attaques meurtrières. 'Il y a une coordination à faire avec le Nigeria parce que la force conjointe tchado-nigérienne n'a pas vocation à gérer les localités conquises. Il s'agit maintenant au partenaire nigérian aussi bien du côté militaire que civil de prendre possession de ces localités pour les gérer', Général Seyni Garba, Chef d'Etat-Major du Niger. 'Les grandes villes occupées par Boko Haram sont entre les mains des forces armées régulières du Niger, du Nigeria et du Tchad. La capacité de nuisance de Boko Haram est réduite. Je ne dirai pas à néant, mais réduite au maximum', Général Brahim Seid Mahamat, Chef d'État-Major du Tchad. Mais la lutte continue. La 'deuxième phase de l'opération' va consister 'à faire du ratissage et à débusquer' les insurgés islamistes notamment dans les îles du lac Tchad et dans la forêt de Sambisa où certains d'entres eux 'peuvent se cacher', selon l'armée tchadienne. My next report from Chad: security reinforced in N'Djamena's NGueli Bridge due to Boko Haram threat. On air tomorrow. pic.twitter.com/9jXS5yuoWO- Luis Carballo (@granangular) April 1, 2015 My report about the Nigerian refugees in Chad for Euronews. https://t.co/Qcu8xh2HDK- Luis Carballo (@granangular) April 1, 2015 Chad ministry of Communication says that Chad's Army just took the city of Malam Faturi in the border within Nigeria and Niger to Boko Haram- Luis Carballo (@granangular) March 31, 2015
Vidéos à la une
L'aviation tchadienne a lancé une offensive contre un des fiefs des islamistes du groupe Boko Haram au Niger. Plus de 120 islamistes auraient été tués dans les bombardements de l'armée tchadienne sur la ville de Gambourou, située sur la frontière camerounaise. De son côté, le secrétaire général des Nations Unies, M Ban Ki-Moon, appelle à la solidarité dans la lutte contre le terrorisme. ' Comme Al-Qaida, les terroristes de Boko Haram et de Etat islamique ont commis des actes d'une brutalité indescriptible contre l'humanité' a-t-il dit. 'Pas un seul pays, pas même une puissance régionale, ne peut y faire face seul. ' L'Union Africaine a elle aussi lancé un appel à la mobilisation en Afrique et validé la mise en place d'une force régionale de 7 500 hommes pour lutter contre les islamistes nigérians du groupe Boko Haram.
Vidéos à la une
Les islamistes du groupe Boko Haram ont lancé une contre-offensive sur la ville de Maiduguri, dans le nord du Nigeria. Les témoins parlent de combats violents qui opposent les islamistes de Boko Haram à des milices privées nigérianes. Ces combats interviennent au lendemain des bombardements de l'aviation tchadienne sur la ville nigériane de Gamboru, un fief de Boko Haram un peu plus au nord. Cent vingt trois islamistes auraient été tués pendant ces bombardements. De son côté, le secrétaire général des Nation Unies, M Ban Ki-moon, appelle à la solidarité dans la lutte contre le terrorisme. 'Comme Al-Qaida, les terroristes de Boko Haram et de l'Etat islamique ont commis des actes d'une brutalité indescriptible contre l'humanité' a-t-il dit. 'Pas un seul pays, pas même une puissance régionale, ne peut y faire face seul.' L'Union Africaine a, elle aussi, lancé un appel à la mobilisation en Afrique et validé la mise en place d'une force régionale de sept mille cinq cents hommes pour lutter contre les islamistes nigérians du groupe Boko Haram.
Vidéos à la une
Le pouvoir sera rendu aux civils d'ici deux semaines. C'est l'engagement du lieutenant-colonel Isaac Zida à la tête du Burkina Faso. Il multiplie les consultations. Ce mardi, une rencontre a notamment eu lieu avec le Mogho Naba, chef puissant et respecté de la plus importante communauté du pays, les Mossi. Ce mercredi, les présidents du Ghana, du Nigéria et de la Côte d'Ivoire font le déplacement à Ouagadougou. Les pressions sont fortes sur celui que l'armée a désigné pour mener la transition. A l'étranger comme à l'intérieur du pays, l'exigence est la même. 'Nous voulons que les civils soient à la tête de la transition', rappelle Joseph Tiendrebeogo, président de la confédération des syndicats-FO-Union des syndicats libres qui l'a également rencontré. Selon lui, M. Zida a déclaré que 'si tout le monde s'accorde, il n'y a pas de raison pour que d'ici 15 jours la transition ne soit pas faite'. Une insurrection populaire a poussé à la démission le président Blaise Compaoré vendredi dernier, après 27 ans de règne. Ce mardi, la France a reconnu avoir facilité son évacuation du pays.
Vidéos à la une
Comment organiser la transition politique au Burkina Faso ? Cette question était au coeur d'une rencontre ce lundi entre le nouvel homme fort du pays, le lieutenant-colonel Zida, et des ambassadeurs et des représentants religieux. Plusieurs pays et organisations, notamment les Etats-Unis, l'Union européenne et l'Union africaine exigent que le pouvoir soit rendu aux civils, sans délais, sous peine de sanctions. Une exigence qui semble avoir été entendue par le lieutenant-colonel Isaac Zida. En témoigne sa déclaration à l'issue de la réunion. 'Nous ne sommes pas là pour usurper (le pouvoir) et pour nous asseoir et gérer le pouvoir d'Etat, a-t-il affirmé. Nous sommes toujours en train de discuter. Vous savez qu'il n'y a pas que l'opposition politique qui doit être prise en compte. Nous devons prendre en compte l'avis des organisations de la société civile. Nous devons aussi avoir l'avis des autres acteurs, tels que les autorités religieuses et coutumières, bref, l'avis de toutes les forces vives de la nation.' Ce lundi, la capitale Ouagadougou a retrouvé un semblant de normalité après plusieurs jours de manifestations et parfois de violences. Le marché a rouvert, tout comme les banques et les écoles. De son côté, l'ancien président Blaise Compaoré vit réfugié à Yamoussoukro en Côte d'ivoire.
Vidéos à la une
Dirigeants africains et européens ont poursuivi les discussions ce jeudi à Bruxelles avec pour objectif de relancer la coopération économique entre les deux continents. L’Afrique espère...
Vidéos à la une
Le président de l'Union africaine (UA), le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, a accusé, lundi à Addis-Abeba, la Cour pénale internationale (CPI) de partialité à l’encontre les Africains, à l'issue d'un sommet de l'Organisation, qui a appelé au renvoi au Kenya des poursuites intentées...
Vidéos à la une
L’Union africaine a violemment critiqué la Cour pénale internationale et affiché son soutien ce lundi au nouveau président kenyan. Uhuru Kenyatta est inculpé depuis janvier 2012 de crimes contre l’humanité par le Cour Pénale Internationale pour des violences qui ont suivi le scrutin présidentiel de...
Vidéos à la une
Dix mille invités étaient attendus ce samedi à Addis-Abeba en Ethipie pour fêter les 50 ans de l’Union africaine. Notamment présents aux côtés des dirigeants africains, le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, la présidente du Brésil, Dilma Roussef et le secrétaire-général de l’ONU Ban Ki-moon...
Publicité