Vidéos à la une
Quatre ans après le passage sur une partie des Philippines, du typhon Haiyan, le plus meurtrier et le fort jamais enregistré, l'archipel se mobilise pour réduire les risques liés à ce type de catastrophe. Il bénéficie d'une aide internationale notamment européenne pour organiser des exercices d'évacuation et des formations qui visent à apprendre à la population à bâtir des habitations plus solides. Nous nous rendons sur le chantier de la future maison de l'association des agriculteurs de Bayabas, un village philippin situé à une heure de route de Tacloban qui a été rayée de la carte par le typhon Haiyan en 2013. Sur place, la plupart des maisons détruites ont été reconstruites depuis avec de nouvelles méthodes pour les rendre plus résistantes aux catastrophes. Formation Leurs fondations intègrent par exemple, des ancrages et du bois plus dur. Des techniques apprises par 35 volontaires dans les six mois après le passage de Haiyan lors d'une formation organisée par les ONG ACCORD et Care qui est financée par le service de l'Union européenne à l'aide humanitaire. Ces nouvelles constructions ont résisté en 2014, au typhon Hagupit qui était de même intensité qu'Haiyan. L'Union européenne a débloqué 40 millions d'euros d'aide humanitaire suite à la catastrophe causée par Haiyan. Des fonds en partie utilisés pour construire plus de 20.000 abris dans les zones touchées. Des besoins immenses Mais il faut rappeler que les besoins étaient immenses. Plus d'un million de maisons avaient été détruites. Les bénéficiaires de ces projets font donc partie des chanceux. Des centaines de milliers de Philippins dont des dizaines de milliers à Tacloban vivent encore dans des zones considérées comme non habitables par le gouvernement. Over 20 #cyclones per year hit the #Philippines. #aidzone went to see what's being done in terms of #risk reduction after #Haiyan eu_echo pic.twitter.com/FhSR9stzOd- Monica Pinna (_MonicaPinna) 11 avril 2017
Vidéos à la une
En novembre 2013, le typhon Haiyan dévastait les Philippines. Depuis, l'archipel a lancé l'un des meilleurs programmes mondiaux de réduction des risques. C'est ce que nous découvrons dans cette édition d'Aid Zone où nous nous rendons dans les zones qui avaient été sinistrées et qui ont reçu de l'aide internationale, notamment européenne. Les Philippines font partie des pays les plus exposés aux catastrophes : chaque année, plus de 20 typhons frappent l'archipel. En 2013, Haiyan, l'un des cyclones les plus meurtriers et les plus forts jamais mesurés dans cette partie du monde, a fait plus de 6200 morts d'après le recensement du gouvernement philippin. Entre 14 et 16 millions de personnes ont été touchées et 4 millions déplacées (selon les chiffres pour 2014 du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies). À Barangay Tagkip, ce jour-là, on organise un exercice d'évacuation. Pour annoncer l'approche d'un typhon, trois sirènes successives sont déclenchées, la première pour que la population locale puisse rassembler quelques affaires et se tenir prêt à quitter les lieux. L'objectif global de cette simulation, c'est bien sûr d'informer les habitants sur les risques auxquels ils sont exposés et leur apprendre à mieux réagir. Jaquelyn Berino et ses proches par exemple s'apprêtent à rejoindre le lieu de rassemblement prévu. Son mari a perdu son emploi après la destruction par Haiyan de la quasi-totalité des plantations de cocotiers de la région. Cet exercice ravive des souvenirs douloureux chez la mère de famille. 'Il y a eu des vents violents qui se sont mis à souffler et les enfants ont commencé à paniquer,' raconte-t-elle. Un exercice préparé en amont A l'approche du typhon Haiyan, beaucoup n'ont pas évacué pensant qu'il ne serait pas si dévastateur ou ne sachant pas ce qu'il fallait faire. Le mari de Jaquelyn, Dante Berino, explique aujourd'hui : 'Maintenant, même s'il fait beau, on tiendra compte de l'alerte. Au premier signal, assure-t-il, on prendra nos affaires parce qu'on a vu qu'après, on n'a plus le temps de le faire.' L'ONG ACCORD a organisé cet exercice en amont pour que chacun sache où aller et qui est responsable de quoi. Sindhy Obias, directrice de l'organisation, précise : 'Il y a six villages - ce qui fait au total, environ 400 individus - qui participent à cette simulation. Chacun de ses responsables a décidé des règles à appliquer au sein de sa communauté pour ce qui concerne le système d'alerte précoce et la préparation des centres d'évacuation,' ajoute-t-elle. Notre reporter Monica Pinna lui fait remarquer la présence d'une équipe médicale dans le centre d'évacuation. 'Cela fait partie de l'ensemble du dispositif pour que tout le monde puisse se préparer à un scénario comme celui-là,' renchérit Sindhy Obias. Les Philippines, modèle pour la gestion de la réduction des risques Les Philippines ont adopté en 2010, une loi sur la gestion des risques de catastrophe, mais d'après des experts, elle s'est peu traduite dans les faits. Le typhon Haiyan survenu en 2013 a fait prendre conscience d'après Pierre Prakash, du service de l'Union européenne à l'aide humanitaire, de l'urgence à améliorer les plans d'évacuation. 'Pour réduire les risques de catastrophe, il faut deux choses : la mobilisation des habitants et des exercices, mais aussi une structure au plan national, souligne-t-il. On travaille en partant de la population en remontant vers les institutions et du gouvernement vers les habitants pour être sûr que des liens existent entre les différentes unités administratives : le village, le district, la province et le gouvernement. En ayant cette structure, les Philippines font figure de modèle,' affirme-t-il. In #Philippines w/ euronews, shooting #AidZone on #Disaster Risk Reduction - What changed since #typhoon #Haiyan? pic.twitter.com/H9pF4sEvV4- Pierre Prakash (ECHO_Asia) 30 mars 2017 De nouvelles méthodes de construction Réduire les risques, c'est aussi reconstruire. Plus d'un million d'habitations avaient été démolies par Haiyan. L'aide internationale est essentielle. L'Union européenne par exemple a financé la construction de 20.000 maisons, mais pas seulement. C'est ce que nous découvrons à Barangay Bayabas. 'Ce village a été quasiment rayé de la carte lors du passage d'Haiyan, puis reconstruit l'année suivante, nous indique Monica Pinna sur place. Ces bâtiments ont l'air rudimentaire, ils sont en réalité édifiés selon des méthodes simples, mais efficaces pour les rendre plus résistants aux typhons,' explique-t-elle. Sur un chantier, nous rencontrons un chef menuisier. Bernardo Operio a fait partie d'un groupe de 35 personnes qui a bénéficié dès 2014, d'une formation des ONG ACCORD et Care qui a été financée par l'Union européenne pour apprendre à mieux reconstruire. 'Avant, quand on faisait les fondations, on ne mettait pas ces ancrages et les typhons emportaient facilement nos maisons, explique-t-il. Aujourd'hui, grâce à ces ancrages, nos constructions résistent même quand les vents soufflent dans tous les sens,' souligne-t-il. The Philippines became a model in risk reduction after the cyclone Haiyan killed over 6,200 people in 2013.Soon on #aidzone. pic.twitter.com/JpUznC0TNh- Monica Pinna (@_MonicaPinna) 11 avril 2017 Créer des villages dans des zones plus sûres La base des poteaux est désormais réalisée dans un bois plus dur associé à du bois de cocotier plus souple. Les maisons construites de cette manière ont survécu au passage du typhon Hagupit en 2014. Inday Macalalag vivait déjà dans sa nouvelle maison. 'Il y a une grande différence, assure-t-elle. Avant, les maisons étaient faites en bambou et en feuilles ; elles n'avaient pas de renforts, ni de bandes métalliques qui maintenaient les piliers et le toit ensemble pour rendre la maison plus solide,' insiste-t-elle. Mais le défi de la reconstruction n'est pas gagné. Il est bien difficile d'édifier des villages dans des secteurs plus sûrs et d'y créer de l'activité. Et nombreux sont ceux qui se réinstallent au milieu des ruines, dans des zones aujourd'hui non habitables. Monica Pinna avec Stéphanie Lafourcatère
Vidéos à la une
Accompagné de vents très violents dont les rafales frisent les 200 km/h, le supertyphon Nepartak s'abat sur Taïwan ce vendredi 8 juillet. Du jamais vu depuis plus d'un siècle. On déplore pour l'heure deux morts tandis que plus de 15.000 personnes ont dû être évacuées.
Vidéos à la une
Taïwan se prépare à l'arrivée d'un super-typhon, le premier de la saison. Baptisé par Nepartak, il s'accompagne de vents soufflant à environ 250 km/h et de pluies torrentielles. Les autorités ont procédé à des évacuations, notamment sur les îles très prisées des touristes. Une centaine de vols a été annulée, les écoles fermées. Les liaisons, par ferries, ont été suspendues, tous les bateaux de pêche ont été priés de rentrer au port. L'inquiétude règne : 'Oui, je suis inquiet, comme tout le monde, dit ce pêcheur. Tout ce qu'on se faire, c'est bien attacher nos bateaux.'' Selon les images satellites, le typhon a un rayon de 200 kilomètres et se déplace à une vitesse de 20 km/h. Il pourrait toucher d'abord la côte orientale de Taïwan aux premières heures, traverser l'île puis se diriger vers la Chine, qui vient d'être frappée par des inondations meurtrières. 35.000 soldats se tiennent prêts à intervenir. Les pluies torrentielles annoncées font craindre des glissements de terrain, notamment dans les zones montagneuses. L'an passé, un typhon similaire à Taïwan avait fait 3 morts et plus de 300 blessés. Avec AFP
Vidéos à la une
Les autorités taïwanaises ont annulé jeudi une centaine de vols et fermé des écoles à l'approche du super-typhon Nepartak, la première tempête majeure de la saison qui a déjà entraîné l'évacuation de milliers de touristes. Nepartak se dirige vers les comtés orientaux de Hualien et Taitung, qu'il devrait toucher vendredi. Il est accompagné de vents soufflant jusqu'à 245 km/h, a expliqué le Bureau central météorologique de Taïwan. Des pluies torrentielles devraient s'abattre sur l'ensemble de l'île tandis que les régions montagneuses devraient recevoir jusqu'à 600 millimètres de précipitations.
Vidéos à la une
Lundi 19 octobre, le typhon Koppu a traversé le nord de l'archipel des Philippines. Le bilan s'élève à 22 morts et de nombreux dégâts. 60 000 personnes ont dû être déplacées. Retour en images à Luzon, où une partie de la ville a été détruite. (crédit images : APTN)
Vidéos à la une
Le dernier bilan du typhon Koppu fait état d'au moins 16 morts et de 60 mille déplacés. La tempête a perdu de son intensité et se déplace lentement vers le nord des Philippines alors que les pluies torrentielles ont fait déborder les rivières et de vastes plaines au nord de Manille sont inondées. Ce sont les pires inondations dont Philippins se souviennent. 'Ce sont les pires inondations dans l'histoire de notre pays' dit un homme de 52 ans. 'Je n'ai rien vu de tel de toute ma vie.' Des secouristes tentent de venir en aide aux habitants des dizaines de villages ravagés par les eaux. Les autorités s'attendent à ce que le bilan des inondations s'alourdisse à mesure que parviennent les informations des villages sinistrés. Chaque année, les Philippines subissent en moyenne une vingtaine de typhons venant de l'océan Pacifique.
Vidéos à la une
Le puissant typhon Koppu a frappé le nord des Philippines. Une victime est à déplorer à Manille : un adolescent tué lorsqu'un arbre renversé par les vents violents a écrasé sa maison. Huit personnes en tout sont portées disparues et plus de 23.000 ont dû fuir leur domicile. La tempête a touché terre dans la localité côtière reculée de Casiguran et ses environs, accompagnée de pluies torrentielles. Même si elle est en train de faiblir, les pluies abondantes peuvent provoquer des inondations subites. Les Philippines subissent régulièrement des intempéries meurtrières, avec en moyenne chaque année une vingtaine de typhons.
Vidéos à la une
Le typhon Koppu a atteint le nord-est des Philippines la nuit dernière. Sur l'île de Luzon, la principale de l'archipel, les rafales soufflant jusqu'à 210 kilomètres/heure et les pluies diluviennes ont déjà fait de gros dégâts matériels, arrachant des toitures et provoquant des glissements de terrain. Le typhon demeurera en territoire philippin pendant quatre jours, estiment les météorologues. Et il s'annonce d'autant plus dangereux que sa progression est très lente, ce qui provoque des pluies particulièrement abondantes. Environ 10 000 personnes ont dû quitter leurs foyers et le réseau électrique et les communications sont fortement perturbés. Chaque année, une vingtaine de typhons s'abattent sur les Philippines. Il y a deux ans, Haiyan, le plus virulent qu'ait connu le pays, avait fait plus de 6.300 morts.
Vidéos Zapping Actu
Les images des inondations meurtrières dans le Sud-Est ; Le DRH d'Air France se fait arracher la chemise par des salariés en colère ; Pour Hollande, Poutine est l'allié de Bachar el-Assad ; En visite au Japon, Valls se dit "zen" face aux défis de la France... Retrouvez ces extraits et bien d'autres dans notre zapping Actu du jour.
Vidéos à la une
Dimanche, le typhon Mujigae a ravagé la province du Guangdong, dans le sud-est de la Chine. C'est le 22ème à frapper le pays cette année. Les rafales de vent ont atteint 180 km/h. D'après les médias du pays, au moins six personnes ont perdu la vie et environ 200 autres ont été blessées. Lundi matin, la tempête a perdu en intensité en s'avançant à l'intérieur des terres.
Vidéos à la une
Alors que s'ouvrait le synode sur la famille, le Pape a appelé dimanche à la solidarité avec les victimes des crues. En Israël, la vieille ville de Jérusalem a été interdite au Palestiniens après la mort de deux Israéliens poignardés par des Palestiniens. Barack Obama a régi au bombardement d'un hôpital de MSF dans le nord de l'Afghanistan. Dans le sud de la Chine, un nouveau typhon a frappé Hong-Kong.
Vidéos à la une
Le typhon Dujuan a balayé les provinces côtières chinoises de Fujian et Zhejiang. Plus de 400 000 personnes ont dû être évacuées. Le passage du typhon a coïncidé avec les plus grandes marées de l'année. C'est pourquoi les autorités ont ordonné à plus de 30 000 bâteaux de pêche de regagner les côtes, et ont mobilisé des hommes de la police aux frontières pour construire des digues de protection. Des pluies torrentielles ont inondé les rues. L'alerte rouge a été déclenchée. Les écoles et les attractions touristiques ont été fermées, en cette période de vacances scolaires en Chine. A Taïwan, le passage de Dujuan a fait au moins trois morts. Plus de 500 000 personnes sur l'île se sont réveillées mardi matin sans électricité.
Vidéos à la une
La ville de Joso au Japon est toujours sous les eaux, cinq jours après le passage du typhon Etau. Les recherches continuent pour retrouver 15 personnes portées disparues. Les pluies torrentielles sont les pires qu'a connu le Japon depuis des décennies.
Vidéos à la une
Depuis mercredi matin, des pluies torrentielles s'abattent sur le centre du Japon, touchant la capitale Tokyo. Le typhon Etau a fait une dizaine de blessés et provoqué des crues et glissements de terrains dans plusieurs régions. La situation devrait s'améliorer en fin de semaine.
Vidéos à la une
Une ourse morte noyée, prisonnière de sa cage, des dizaines d'animaux secourus, parfois héliportés : la la région d'Oussouriïsk, dans l'Extrême-Orient russe, et son zoo, a été sinistrée par des fortes inondations après une tempête. L'Extrême-Orient russe a été frappé d'inondations après des pluies torrentielles provoquées, en fin de semaine dernière, par le passage du puissant typhon Goni, qui a également touché le Japon et la Corée du Nord. Les crues de la rivière Razdolnaïa ont ainsi inondé le zoo, au sud-est de la ville de 165.000 habitants, qui abritait notamment une population d'ours.
Vidéos à la une
La NASA a dévoilé des images depuis la Station spatiale internationale (ISS). Sur ces dernières, on peut y voir l'oeil du typhon Goni, qui se rapproche heure après heure de Taïwan et des Philippines. Les météorologues suivent avec attention la trajectoire de ce phénomène dévastateur. (Crédits : EVN & NASA TV)
Vidéos Insolite
Une voiture se fait emporter par le typhon soudelor.
Vidéos à la une
Cette vidéo, filmée depuis une voiture, montre une effrayante tornade qui s'est abattue sur la ville de Tainan, à Taiwan dimanche dernier (la date affichée sur la vidéo n'est pas correcte). On voit un vent très fort balayer des objets et des arbres. On voit...
Vidéos à la une
Le typhon Soudelor a déjà fait six victimes lors de son passage à Taïwan. En Chine, on dénombre neufs personnes décédées, dimanche 9 août, tandis que le typhon perd en puissance.
Vidéos à la une
Le typhon Soudelor qui a fait plusieurs victimes sur l'île de Taïwan, se dirige vers l'est de la Chine où près de 250.000 personnes ont été évacuées. Sur ces images amateurs, on peut voir que la puissance des rafales soulève les scooters et même les maisons.
Vidéos à la une
Au moins quatre mort. C'est le bilan provisoire du typhon Soudelor, qui a ravagé Taïwan samedi matin. Un pompier est décédé dans le comté de Pintung, au sud de l'île. Un homme a trouvé la mort dans la ville côtière de Suao, tué par la chute d'un panneau. Le précédent bilan faisait état de 2 morts vendredi, une fillette de huit ans et sa mère. Toutes deux sont décédées après avoir été emportées par les hautes vagues qui se sont formées à l'approche du typhon. Soudelor a touché la côte est du pays samedi matin avant de traverser l'île, laissant un paysage de désolation. Des arbres ont été arrachés, des terrains se sont affaissés et près de 700 000 maisons sont toujours privées d'électricité à travers l'île. Près de 4000 personnes avaient été évacuées à l'approche du typhon dont 2000 vacanciers qui se trouvaient sur des sites touristiques. La tempête se dirige désormais vers la Chine où près de 160 000 personnes ont déjà été évacuées.
Vidéos à la une
Le typhon Soudelor a fait quatre victimes, d'après les derniers bilans des autorités, samedi 8 août. Si le centre du typhon se déplace vers la Chine, les Taïwanais restent inquiets.
Vidéos à la une
Des vents violents se sont abattus sur la côte est de l'île de Taïwan ce samedi, avec des rafales soufflant jusqu'à deux cents kilomètres heure, accompagnées de pluies torrentielles. Le bilan s'élève à au moins quatre morts, 64 blessés, et quatre personnes portées disparues. Plus de 7 500 habitants ont été évacués. Près de trois millions de foyers ont été privés d'électricité. À Taipei, la capitale, les transports en commun sont en partie à l'arrêt. Les autorités restent en alerte, et redoutent des inondations et des glissements de terrain. Le typhon doit poursuivre sa route en direction de la Chine, vers la province de Fujian, où des évacuations ont été ordonnées à titre préventif.
Vidéos à la une
L'île de Taïwan est frappée par un typhon depuis vendredi 7 août, dans la soirée. On compte deux victimes jusqu'à présent.
Vidéos à la une
JAPON - 17 juillet 2015 - Le Japon confronté à d'importantes inondations après le passage du typhon Nangka. Des vents de plus de 120 km/h ont parcouru le pays d'est en ouest. Bilan provisoire : deux morts et des dizaines de blessés. Plusieurs rivières sont sorties de leur lit, dans la préfecture de Wakayama par exemple. Dans une autre région, en bordure du fleuve Naka, une école est submergée par les flots. Autre conséquence: des vols annulés par dizaines et des routes impraticables. Pour protéger la population, les autorités japonaises ont procédé à l'évacuation de 230.000 personnes sur le passage du typhon.
Vidéos à la une
Après la Chine ce samedi, le typhon Chan-hom a touché la Corée du Sud ce dimanche. Près d'un million de personnes ont d'ores et déjà été évacué, des centaines de vols ont été annulés à Shanghai. Ce typhon, le plus puissant dans la région depuis 66 ans, aurait provoqué près de 280 millions d'euros de dégâts.
Vidéos à la une
Le puissant typhon Chan-hom s'apprêtait samedi à atteindre les côtes orientales de la Chine, entraînant l'évacuation de près d'un million de personnes, alors que des vagues géantes et des pluies diluviennes touchaient déjà les régions littorales.
Vidéos Sciences
La Station spatiale internationale (ISS) a capturé d’impressionnantes images du super-typhon Maysak le 1er avril.  Ce cyclone a frappé la Micronésie, entre le 29 mars et le 1er avril, tuant 5 personnes lors de son passage. Avec des vents atteignant les 225 km/heure,...
Vidéos à la une
Les astronautes de la station spatiale internationale ont pu filmer l'oeil du typhon. Maysak a frappé les îles des États fédérés de...

Pages

Publicité