Vidéos A la une
L'Assemblée nationale a voté vendredi une extension du champ de la taxe sur les transactions financières (TTF). Celle-ci sera élargie aux opérations "intrajournalières" - des opérations d'achat et de revente à but spéculatif réalisées sur la même journée - à partir du 31 décembre 2016. Les députés, à l'instar du socialiste Laurent Baumel, ont voulu montrer "leur volonté politique" alors que le gouvernement, par le biais de Michel Sapin, n'était pas au départ favorable à une telle décision. Le gouvernement craignait un "signal de délocalisation" Le ministre des Finances a, dans l'hémicycle, affirmé "être favorable" à une taxation des opérations "intrajournalières", mais seulement dans le cadre d'un accord européen entre les onze Etats qui veulent instaurer une TTF européenne au début de l'année 2017. Par ailleurs, certains députés souhaitaient permettre la taxation des opérations "intrajournalières" dès le 1er janvier 2016. "De toute façon ce n'est pas possible, matériellement ce ne serait pas possible", a expliqué Michel Sapin. Le ministre redoutait également que cet acte isolé en Europe ne soit "un signal de délocalisation" pour les activités de marché en France, une peur partagée par le président Les Républicains de la commission des Finances, Gilles Carrez. A lire aussi : >> L'Assemblée élargit l'assiette de la taxe française sur les transactions financières
Publicité