Vidéos à la une
Les chefs de la diplomatie française et allemande ont apporté samedi à Tripoli leur soutien et celui de l'Europe au nouveau gouvernement libyen, chargé de rassembler un pays miné par les rivalités et livré au chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi. Les précisions de notre envoyée spéciale, Liseron Boudoul.
Vidéos à la une
À l'ouest de la Libye, à plus de 1.000 km de Tobrouk, où est installé le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale, est installé un second gouvernement, islamique. La vie y paraît normale mais en réalité le pays est divisé et la population craint l'arrivée de l'organisation de l'État islamique.
Vidéos à la une
Il y a presque cinq ans, la Libye était libérée de l'égide de Kadhafi. Aujourd'hui, le pays est dans la tourmente. Pas d'armées, pas de polices, pas d'institutions, pas d'État, ce sont 700.000 milices et tribus qui occupent le terrain. Le territoire est fragmenté et dirigé par deux gouvernements rivaux. Le premier à Tobrouk reconnu par la communauté internationale et soutenu par des libéraux et d'anciens kadhafistes. Le deuxième à Tripoli est un gouvernement autoproclamé, soutenu par des milices révolutionnaires et des islamistes modérés. Daech profite de cette division et monte en puissance depuis plus d'un an. Ils seraient plus de 3.000, ils contrôlent déjà la ville de Syrte et cherchent à s'étendre vers l'Est pour acquérir le pétrole libyen. La question d'une intervention de la communauté internationale reste en suspens.
Vidéos à la une
D'Agadez, au Niger, à Tripoli, porte d'entrée de la Méditerranée, ils sont des milliers de réfugiés a emprunter cette route, au péril de leur vie. Des milliers de kilomètres retracés dans cette infographie. (Auteur : Christophe Aragona).
Vidéos à la une
Neuf personnes ont été tuées ce mardi dans l'attaque par des hommes armés d'un hôtel de luxe de Tripoli fréquenté par des responsables gouvernementaux et des délégations étrangères.
Vidéos à la une
Narguer les États-Unis, c'est l'objectif de cette vidéo mise en ligne sur YouTube. On y voit des miliciens libyens, dont certains armés, se baigner dans la piscine d'une annexe de l'ambassade américaine à Tripoli. Celle-ci se trouve à deux km du bâtiment principal, évacué par le personnel diplomatique le 26 juillet. Selon Washington, les miliciens ne sont pas entrés dans l'ambassade elle-même et le site est pour l'instant sécurisé. En quittant le territoire libyen pour des raisons sécuritaires, le personnel diplomatique américain avait détruit l'intégralité des documents sensibles. Les miliciens sont visiblement originaires de Misrata, dans le nord-ouest du pays. Ils ont assuré pour leur part avoir pris le contrôle de l'ambassade américaine et sécurisé le complexe résidentiel. C'est cette même milice qui s'est emparée de l'aéroport de Tripoli le 22 août.
Vidéos à la une
TRIPOLI - 30 juillet 2014 - C'est en pleine nuit, dans la plus grande discrétion, que les ressortissants français ont évacué la capitale libyenne. Emmenée dans de petits bateaux, une cinquantaine d'entre eux a quitté Tripoli mercredi et rejoint la frégate Montcalm en pleine mer. Cette évacuation intervient après la fermeture de l'ambassade française à Tripoli. Une décision dictée par la dégradation de la situation sécuritaire. Plusieurs autres pays ont enjoint leurs ressortissants à quitter le pays, notamment le Royaume-Uni, l'Espagne ou encore l'Italie. Les États-Unis ont eux aussi évacué dès samedi leur personnel diplomatique. Depuis mi-juillet, les combats meurtriers font rages entre les milices rivales, dans la capitale comme dans l'est du pays. On dénombre une centaine de morts et plus de 400 blessés depuis le début des violences. Mardi, le quartier général de l'unité des forces spéciales de l'armée, principale base militaire à Benghazi, est tombé aux mains de groupes islamistes après plusieurs jours de combats.
Vidéos à la une
Ils sont une centaine de Français à vivre en Libye, alors que la situation se rapproche de la guerre civile. Le gouvernement français étudierait actuellement la possibilité de faire évacuer ses ressortissants. A Tripoli, des milices se disputent le contrôle de la ville, où plusieurs réservoirs de carburant sont en feu. Tandis qu'à Benghazi cette nuit, 30 personnes sont mortes dans des affrontements.
Vidéos à la une
Le ministère des Affaires étrangères a demandé aux ressortissants français de quitter la Libye. Des combats entre milices rivales ont en effet lieu à Tripoli et Benghazi et ont déjà fait près de 100 morts. Gilles Kepel, spécialiste du monde arabe, explique que ces combats sont "mélangés avec le banditisme, plus personne n'a les moyens de négocier avec qui que ce soit".
Vidéos à la une
Les bombardements d'une milice islamiste libyenne ont entraîné la destruction de 90% des avions en stationnement sur l'aéroport de Tripoli. Deux personnes ont été tuées.
Publicité