Vidéos A la une
LOS ANGELES - 19 juil 2015 - C'est un geste historique qui intervient 70 ans après le conflit. Le groupe japonais Mitsubishi Materials a présenté ses excuses dimanche aux ex-prisonniers de guerre américains. Ces derniers avaient été forcés de travailler dans les mines du géant industriel pendant la Seconde Guerre mondiale. Le représentant de la société japonaise a pris la parole lors d'une cérémonie à Los Angeles. Il s'est adressé aux familles des victimes ainsi qu'à James Murphy. Âgé de 94 ans, il l'un des rares ex-prisonniers américains encore vivant. Le gouvernement japonais avait attendu septembre 2010 avant de présenter ses excuses à d'anciens prisonniers de guerre américains pour les "traitements inhumains" endurés. Mitsubishi est de son côté la première société japonaise à accomplir une telle démarche. Près de 900 prisonniers ont travaillé dans quatre mines exploitées par la compagnie lors de la guerre. Au total, quelque 12000 Américains ont été contraints d'effectuer des travaux forcés dans des firmes japonaises à cette période.
Vidéos A la une
L'ONG Sherpa, a déposé une plainte pour travail forcé à l'encontre de QDVC, filiale de l'entreprise Vinci, au Qatar. Bikash, ouvrier pour un sous-traitant de QDVC, évoque de mauvaises conditions de logement. "La nourriture que l'on nous donne n'est pas bonne. On est jusqu'à huit dans les chambres. On se douche et lave nos vêtements au même endroit", témoigne-t-il.
International
Kenneth Bae, 44 ans, citoyen américain d'origine coréenne s'est vu infliger une peine de 15 ans en camp de travail. L'information a été révélée jeudi par KCNA, l'agence de presse officielle du régime de Pyongyang.
Publicité