Vidéos à la une
Les contrôleurs aériens débrayent de 13h à 17h, heure de Bruxelles, en Italie pour protester contre la réforme du secteur voulue par le gouvernement. Une mauvaise nouvelle pour la compagnie nationale, Alitalia, contrainte d'annuler 40 % de ses vols nationaux et internationaux alors que sa situation économique est désastreuse.
Vidéos à la une
Lufthansa a publié ce jeudi ses résultats annuels. Ils sont conformes aux prévisions. La compagnie aérienne allemande anticipe une légère baisse de son bénéfice cette année. En cause : le renchérissement de la facture des carburants et la concurrence sur les prix des billets. La veille, Lufthansa et ses pilotes ont trouvé un accord qui devrait voir leur salaire augmenter au total de 11, 4 % d'ici à 2022. Le bras de fer durait depuis 2014, les grèves ayant déjà coûté 351 millions d'euros à l'entreprise. 'Nous avons vraiment travaillé dur pour trouver une solution et je suis convaincu que nous en avons trouvé une qui prend en compte toutes les parties. Les besoins des consommateurs, la sécurité pour que les gens puissent s'organiser, pour nos pilotes, qui désormais ont vraiment un avenir et des possibilités de carrière, ce qui était particulièrement important. Mais aussi pour assurer notre compétitivité', a déclaré Bettina Volkens, des ressources humaines. En contrepartie de leur augmentation de salaire, les pilotes ont accepté de porter progressivement à 60 ans l'âge auquel ils peuvent prétendre à une retraite anticipée. Les salariés ont, par ailleurs, donné leur accord à des hausses de productivité, précise la compagnie. En 2016, le géant européen affiche un bénéfice net de 1,78 milliard d'euros.
Vidéos à la une
Les deux aéroports de Berlin sont à nouveaux paralysés par une grève de 24 heures du personnel au sol, en charge notamment des bagages et de l'enregistrement. Deux mouvements similaires avaient été organisés le mois dernier. Les syndicats réclament toujours des hausses de salaires, qu'ils justifient par une augmentation de la charge de travail. _'Le nombre de passagers augmente chaque année et les condition de travail sont de pire en pire. Or, non seulement les salaires n'évoluent pas, mais en plus, ils déclinent. Nous avons dû faire beaucoup de compromis ces dernières années, mais aujourd'hui cela ne peut plus durer. Notre travail doit être rémunéré à sa juste valeur', souligne Marcel Hoffman, membre du syndicat Verdi. Quelque 700 vols ont été annulés dans les aéroports de Schönefeld et Tegel, obligeant de nombreux voyageurs à prendre le train ou à se diriger vers les aéroports de Hambourg ou Dresde. Cette grève intervient en plein Salon du Tourisme international de Berlin (ITB). Ce Lituanien se montre compréhensible : 'Cela se passe bien. Les gens ici à l'aéroport son très gentils et serviables.' Cette voyageuse ne cache pas en revanche son amertume : 'On peut comprendre qu'ils fassent grève. Mais pour nous touristes, c'est assez désagréable.' Les syndicats ont pour l'heure refusé les propositions de leur direction. Ils réclament une hausse d'un euro par heure sur les fiches de paie et menace de poursuivre le mouvement ce week-end. La compagnie Lufthansa annonce toutefois un retour à la normale pour ce samedi. Avec AFP et Reuters
Vidéos à la une
Des files d'attente interminables, des voyageurs dormant à même le sol... Dure journée pour de nombreux passagers de la compagnie à bas prix Vueling, qui ont été confrontés ce samedi à des annulations de vols et à des retards de plusieurs heures, en particulier à l'aéroport de Barcelone, où la police à dû intervenir. Les voyageurs se plaignent du manque d'information 'On est arrivé ici ce matin, et on nous a dit que notre vol était annulé.' 'On est là depuis 4 heures du matin. C'est un manque de respect.' ''Quelle honte de laisser toutes ces personnes sans ressource, sans aide. Ça fait cinq heures qu'on attend. On ne va pas décoller. Il va falloir qu'on revienne demain.' Des problèmes opérationnels, notamment un manque d'effectifs et d'appareils, seraient à l'origine de ces retards et annulations qui se multiplient depuis plusieurs semaines.
Vidéos à la une
Pour la première fois dans l'histoire de l'aviation, un avion solaire a traversé l'Atlantique, un vol de trois jours qui s'est achevé jeudi à Séville, dans le sud de l'Espagne. L'avion expérimental Solar Impulse 2 s'est posé à 07H38 achevant la quinzième étape de son tour du monde avec le Soleil pour seul carburant, après 71 heures et 8 minutes de vol sans interruption.
Vidéos à la une
Le département américain des Transports a annoncé vendredi qu'il autorisait six compagnies aériennes à rétablir des vols directs réguliers vers Cuba. Elles seront autorisées à assurer jusqu'à dix vols aller-retours par jour, à partir des aéroports de Miami, Fort Lauderdale, Chicago, Philadelphie et Minneapolis, peut-être dès l'automne.
Vidéos à la une
La Lufthansa a décidé de suspendre provisoirement ses vols à destination du Venezuela à compter du 18 juin prochain. En cause : la baisse de fréquentation de la liaison entre Francfort et Caracas, mais aussi et surtout l'impossibilité pour la compagnie allemande de récupérer correctement ses revenus perçus en monnaie locale, en raison de difficultés de change avec le dollar américain. Cette nouvelle illustre la profonde crise qui frappe le pays. La chute des cours du pétrole a aggravé la situation économique. Le pays souffre d'une pénurie de produits alimentaires et de médicaments. Au niveau politique, l'opposition réunie dans la coalition de la Table pour l'unité démocratique (MUD) et majoritaire au Parlement, réclame la tenue d'un réferendum pour révoquer le président Nicolas Maduro. Mais le successeur d'Hugo Chavez tient bon. Il a décrété l'état d'exception, synonyme pour lui de pouvoirs accrus. Son mandat court théoriquement jusqu'en 2019.
Vidéos à la une
Air France a rouvert ce dimanche sa liaison Paris-Téhéran qui était suspendue depuis 2008, suite aux sanctions contre l'Iran, désormais levées. L'appareil a décollé de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle avec à son bord le ministre français des Transports, Alain Vidalies, et une délégation d'une quinzaine d'entreprises. Air France doit assurer trois vols hebdomadaires vers Téhéran. Avec AFP
Vidéos à la une
Les vols reprennent peu à peu à l'aéroport de Bruxelles-Zaventeem, tout juste deux semaines après les attentats. Ce lundi, une quarantaine d'avions desservant des villes européennes ont pu décoller, même si le hall des départs a été soufflé par l'explosion. Sur place, la sécurité a été renforcée. 1st passenger plane back at #brusselsairport, saluted by emergency services. Welcome back FlyingBrussels pic.twitter.com/62LzFVP9YA- Brussels Airport (BrusselsAirport) 3 avril 2016 Ce mardi, 89 vols sont prévus en provenance et à destination de Bruxelles, y compris des longs courriers, contre près de 600 en temps normal. Les attaques qui ont secoué l'aéroport et le métro de Bruxelles le 22 mars dernier ont coûté la vie à 35 personnes, et fait plus de 300 blessés, dont une soixantaine sont toujours hospitalisés, pour moitié en soins intensifs.
Vidéos à la une
La sécurité a été renforcée dans les principaux aéroports européens, au lendemain des attaques de Bruxelles et à quelques jours du week-end de Pacques. A Paris Charles de Gaulle, les treillis militaires côtoient le bleu d'une soixantaine d'uniformes de CRS, fraîchement appelés en renfort. Les contrôles aléatoires sont multipliés et chacun est prié d'être muni d'un billet, ou au moins d'une pièce d'identité. La présence policière est également renforcée à Francfort, principal aéroport d'Allemagne, ou encore à Rome Fiumicino. Ce qui a le mérite de rassurer certains voyageurs. Mais partout les terminaux restent ouverts au public. Un filtrage à l'entrée risquerait d'engorger des aéroports plus grands les uns que les autres. Aux États-Unis, un terminal de l'aéroport d'Atlanta, le plus fréquenté du monde, a été évacué brièvement ce mercredi, en raison d'un bagage suspect.
Vidéos à la une
Bruxelles n'est plus coupée du monde, les transports reprenaient du service dans la capitale belge. A la gare de Bruxelles-Central, la deuxième gare du pays en terme d'affluence avec plus de 60 000 passagers par jour, le trafic à repris. Les trains circulent normalement annoncent les Chemins de fer belges (SNCB). L'accès à Bruxelles-Central se fait toutefois par une seule entrée et les contrôles y sont systématiques, ce qui engendre de longues files d'attente. Les trains Eurostar circulent également normalement depuis ce mercredi. Seule contrainte, se présenter 60 minutes avant le départ du train. Le trafic des Thalys revient quant à lui progressivement à la normale. Le métro bruxellois, enfin, a repris du service mais jusqu'à 19h seulement. Le trafic aérien reste quant à lui suspendu en provenance et destination de l'aéroport international de Bruxelles : There will be no passenger flights into and out of #brusselsairport tomorrow Thursday 24 March. Contact your airline for flight information.- Brussels Airport (@BrusselsAirport) 23 mars 2016 Les attentats en Belgique ont poussé toute l'Europe à revoir leur dispositif de sécurité, dans les transports. France, Allemagne et Pays-Bas ont renforcé les contrôles à leurs frontières avec la Belgique. A quelques jours d'un long week-end de Pâques, certaines virées touristiques pourraient enfin être annulées; Londres par exemple, a déconseillé à ses ressortissants de se rendre à Bruxelles. Avec AFP
Vidéos à la une
C'est le plus gros aéronef au monde. Son nom : l'Airlander 10, un dirigeable long de 92 mètres, soit environ vingt de plus que l'Airbus A380. Il a été présenté près de Londres par la société Hybrid Air Vehicules, qui espère utiliser ce mastodonte pour des missions de surveillance ou le transport. Un premier vol pourrait avoir lieu cette année, une fois la phase de test terminée.
Vidéos à la une
Cette semaine dans Utalk, une question nous est posée par Anita de Londres: 'un an après le crash délibéré d'un avion de la Germanwings par l'un de ses pilotes, quelles mesures ont été prises pour renforcer la sécurité des passagers et du personnel navigant ?' Giovanni Magi, spécialiste des questions aéronautiques à Euronews, lui répond : 'La première mesure prise après la catastrophe de la Germanwings a été l'adoption généralisée de la règle selon laquelle il faut au moins deux personnes présentes dans le cockpit en permanence. Si l'un des deux pilotes sort du cockpit, il ou elle doit être temporairement remplacée par un steward ou une hôtesse, donc si l'un des occupants du cockpit a le moindre problème, l'autre peut agir. Cette règle était déjà obligatoire aux Etats-Unis et en Chine au moment de l'accident, et de nombreuses compagnies aériennes du monde entier l'avaient déjà adoptée, mais pas la Lufthansa, à laquelle appartient la Germanwings. D'autres mesures ont été préconisées par les agences internationales de sécurité aérienne, pour demander des critères plus stricts lors des examens médicaux auxquels les pilotes sont soumis régulièrement. Dans ce cas, aussi, la responsabilité relève des autorités nationales. Le Parlement allemand, par exemple, a adopté une nouvelle législation permettant des contrôles inopinés des pilotes, pour s'assurer qu'ils ne soient pas sous l'effet de médicaments, de drogues ou d'alcool. Mais la solution radicale au problème, concernant la qualité des contrôles médicaux, a été proposée le 13 mars dernier par le Bureau Enquête Accidents, en charge de l'enquête sur la catastrophe de la Germanwings : la levée du secret médical, pour que la compagnie aérienne soit toujours informée de l'état de santé réel du pilote'. French BEA director Remi Jouty outlines recommendations on #Germanwings crash pic.twitter.com/8dSHrT30Kt- ReutersAerospaceNews (@ReutersAero) 13 mars 2016 C'était le dernier numéro de cette émission, merci d'avoir suivi notre page Utalk.
Vidéos à la une
C'est une première au Royaume-Uni. Un avion a dû faire demi-tour après qu'il a été visé depuis le sol par un laser. Le pilote aurait été touché à l'oeil, Un laser vendu dans le commerce, facile à trouver mais dont la dangérosité est désormais avérée. Pour le capitaine Dave Smith, porte-parole de l'association britannique des pilotes de ligne, _'il est impératif que le gouvernement classe ces laser comme des armes qui peuvent blesser, c'est la même chose que d'avoir un couteau. Notre plus grande crainte liée à l'usage de ces lasers est qu'ils soient utilisés lors de moments critiques comme l'atterrissage, les deux pilotes pourraient être aveuglés et l'avion se poser hors de la piste avec des blessures pour l'équipage mais aussi pour les passagers. Bien sûr cela serait un très grave accident' _ L'avion a destination de New york a dû faire demi tour peu après son décollage, alors qu'il survolait l'Irlande, soit, à peine une heure de vol. 'Je suis assez nerveux en avion. Donc une fois que l'avion était en l'air, j'ai pris un whisky coca, raconte Tom Whitfield, un des passagers. _Quand le pilote a annoncé que l'on faisait demi-tour, j'ai deviné que quelque chose de bizarre se déroulait à cause du ton de sa voix. C'était vraiment assez effrayant.' _ Depuis plusieurs années des incidents en lien avec des lasers se multiplient. Entre 2009 et 2015, près de 9000 ont été recensés au Royaume-Uni. Pour les 252 passagers l'histoire se finit tout de même bien. Ils ont passé la nuit à l'hôtel avant de repartir pour New York.
Vidéos à la une
L'explosion qui a perforé en plein vol le fuselage d'un avion de ligne somalien était bien dûe à une bombe, les autorités l'ont reconnu aujourd'hui. Miraculeusement, l'Airbus A321 a pu continuer à voler et se poser à Mogadiscio. Le porteur de la bombe, lui, est porté disparu ; il a probablement été aspiré hors de l'appareil après l'explosion.
Vidéos à la une
Des centaines de personnes ont assisté samedi au lancement du 38e Festival international de ballons dans la petite ville de Chateau d'Oex, en Suisse. Des dizaines de montgolfières ont pris leur envol dans un ciel sans nuages.
Vidéos à la une
En Grèce, quatorze aéroports régionaux vont passer sous le contrôle de l'opérateur allemand Fraport. L'accord d'1,2 milliard d'euros portant sur la location et l'exploitation des infrastructures a été signé aujourd'hui. C'est la première grande privatisation depuis l'arrivée au pouvoir de Syriza, et c'est l'une des conditions exigées par les créanciers en échange du plan d'aide adopté en août. Fraport, en partenariat avec un producteur d'énergie grec, va payer pendant quarante ans environ 23 millions d'euros chaque année pour louer les aéroports, notamment ceux des hauts lieux touristiques de Corfou et de Santorin.
Vidéos à la une
Selon les prévisions de l'Association internationale du transport aérien (IATA), les bénéfices cumulés des compagnies aériennes internationales devraient atteindre 33 milliards de dollars en 2015. L'IATA, qui regroupe 260 compagnies du monde entier, soit 83% du trafic aérien, explique cette forte hausse attendue par la chute des prix du pétrole et par la croissance soutenue du trafic. Est-ce la fin des années de disette pour les compagnies aériennes ? - Avec: Virginie Dennemont, rédactrice en chef de Tour Hebdo. Jean-Louis Baroux, président de APG Global Associates, auteur de "Transport aérien: une profession au bord de la crise de nerfs". Alain Battisti, président de la Fédération nationale de l'aviation marchande. Et François Chaulet, directeur général de Montségur Finance. - Les Décodeurs de l'éco, du jeudi 10 décembre 2015, présenté par Fabrice Lundy, sur BFM Business.
Vidéos à la une
Une nouvelle grève pour les pilotes de la Lufthansa. Les long-courriers de la compagnie allemande sont affectés ce mardi, 84 vols sur 170 sont annulés au départ ou à destination de Francfort, Munich et Düsseldorf. Le syndicat Cockpit bataille notamment sur les conditions de départ à la retraite et dénonce 'l'absence de volonté' de Lufthansa. 'Dans le passé, nous avons pratiqué une politique de petits pas et c'est ce que nous faisons aujourd'hui souligne un représentant syndical. Si Lufthansa ne bouge pas, d'autres scénarios sont possibles à l'avenir. Nous nous prononcerons à court terme.' C'est la 13e grève en 18 mois. Et le mouvement continue mercredi avec une grève des courts et moyens courriers qui s'annonce très suivie. 'Nous avons fait plusieurs offres ces derniers jours sur toutes les questions ouvertes indique une représentante de la compagnie allemande. Donc, le syndicat devrait normalement entrer en discussions avec nous. Leur réponse a été une grève des longs courriers, et une grève sur les courtes distances. Nous devons penser à nos prochaines étapes.' Pour faire face à la concurrence, Lufthansa, est en pleine réorganisation et entend transférer ses liaisons nationales et moyen-courriers à sa branche low-cost Germanwings. Certains personnels de la compagnie voient dans cette mesure une menace pour leur statut et leur rémunération.
Vidéos à la une
Les autorités indonésiennes disent être sans nouvelles d'un avion de ligne intérieure avec 54 personnes à bord. L'appareil venait de décoller de Jayapura, capitale de la province orientale de Papouasie, et devait se rendre à Oksibil, une localité située dans une région montagneuse et enclavée. Le contact avec l'appareil a été perdu en milieu d'après-midi. L'avion est un ATR 42-300 de la compagnie Trigana Air. Y a-t-il eu erreur de pilotage ? L'appareil a-t-il connu un problème mécanique ? A-t-il été confronté à de mauvaises conditions météo, comme c'est souvent le cas dans cette région ? La priorité est de localiser l'appareil et de savoir ce qui est advenu des 49 passagers et 5 membres d'équipage.
Vidéos à la une
''Non à une troisième piste à l'aéroport d'Heathrow''. C'est le message lancé par une dizaine de militants écologistes, qui se sont enchaînés tôt ce matin sur l'une des pistes de l'aéroport londonien. Une action coup de poing qui a entraîné l'annulation d'une dizaine de vols. Les activistes ont rapidement été évacués par la police et le trafic aérien a pu reprendre normalement. Les militants auraient réussi à s'introduire en quelques minutes sur le tarmac en ouvrant une brèche dans la clôture. Par leur action, ils ont voulu montrer que la construction d'une troisième piste à Heathrow allait à l'encontre de la réduction des émissions de gaz à effet de serre et donc de la lutte contre les changements climatiques. Les militants, qui se réclament du groupe Plane Stupid, ont posté des photos sur Twitter. Oh no, he's next! After 3 hours he's still reeling off the findings of the airport commission .. Badass pic.twitter.com/J71TLufze3- Plane Stupid (@planestupid) 13 Juillet 2015 Yep, still going on this one... #keepitontheground pic.twitter.com/voFhgDKtso- Plane Stupid (@planestupid) 13 Juillet 2015 Third activist taken away. I wish you could see the full glory of his jumpsuit #ShutShitDown pic.twitter.com/Cso7g49pCF- Plane Stupid (@planestupid) 13 Juillet 2015
Vidéos à la une
La bourse de New York paralysée pendant plus de trois heures mercredi. Tous les appareils de la compagnie américaine United Airlines cloués au sol pendant plus d'une heure. Le site du quotidien 'Wall Street Journal' en panne temporairement. Immense bug quasi simultané ou cyber-attaque ? A ce stade, les autorités américaines parlent de problèmes techniques. 'J'ai moi-même parlé au PDG de United explique Jeh Johnson, le secrétaire à la Sécurité intérieure des États-Unis. Ce que nous savons pour l'instant c'est que les dysfonctionnements à United Airlines et à la bourse ne sont pas le résultat d'un acte malveillant. Nous avons moins d'informations concernant le Wall Street Journal, sauf que son système est de nouveau opérationnel comme celui d'United Airlines.' Mercredi en fin de matinée, les échanges sont interrompus à Wall Street. 'Un problème technique interne' annonce très vite la plateforme via Twitter qui a préféré suspendre les activités de la bourse. Au même moment, le site internet du Wall Street Journal ne s'affiche plus que partiellement. Un peu tôt, United Airlines est contrainte de suspendre près de 5000 vols dans le monde, elle parle d''un problème de connectivité de réseau'. C'est la deuxième fois en six semaines que la compagnie est victime d'une panne similaire.
Vidéos à la une
Les riverains de l'aéroport de Genève touchés par les nuisances nocturnes, ont lancé une pétition pour interdire les vols de nuit entre 23 heures et 6 heures du matin.
Vidéos à la une
'Un petit rejet de cendres', selon la formule d'un expert, mais qui s'avère très handicapant. Le volcan chilien Calbuco, situé sur la côte Pacifique et réveillé par une double éruption, a émis une nouvelle colonne de fumée. Des cendres ont ainsi été parsemées sur les régions touristiques du sud du Chili et le centre de l'Argentine, dont la capitale. Aussi les vols internationaux ont-ils été interrompus à l'aéroport de Buenos Aires. Si celui de Santiago fonctionnait normalement, la présidente chilienne Michelle Bachelet a alerté sur les dégâts que pourraient provoquer les cendres sur les cultures, mettant également en garde contre les effets sur la santé, le travail ou le tourisme. Le Chili a de fait été placé en alerte rouge. L'armée a fait évacuer 4500 habitants dans un rayon d'environ 20 kilomètres après les deux premières éruptions. AFP
Vidéos à la une
En France, les contrôleurs aériens étaient en grève ce jeudi pour la deuxième journée consécutive. Une mobilisation qui, comme la veille, a entraîné de nombreuses annulations de vols ainsi que des retards, dans les principaux aéroports. Grève des contrôles aériens : Des centaines de vols annulés en France (AFP), Photo prise ce matin à lyonaeroports pic.twitter.com/2k0m5TWVrr- euronews en français (@euronewsfr) April 9, 2015 En raison de cette grève, près de la moitié des vols courts et moyens courriers étaient perturbés. Les vols long-courrier en revanche n'ont pas été concernés par ce mouvement social. Les compagnies aériennes avaient fait leur possible pour prévenir les passagers. Cela n'a pas empêché des usagers de se trouver coincés, comme cet homme, arrivé de Côte d'Ivoire : 'C'est difficile pour moi, dit-il. J'ai fait presque 6 heures de vol avant d'arriver, et je suis coincé ! (...) Je perds deux jours de travail''. Cette grève a également eu un impact dans les pays voisins. 'On devait aller à Paris, mais ce n'est pas possible : notre vol est annulé !', explique ainsi une passagère à l'aéroport de Madrid. Ce mouvement social porte sur les conditions de travail des contrôleurs aériens. Pour faire pression sur les autorités, les syndicats ont déjà déposé des préavis de grève pour les prochaines semaines.
Vidéos à la une
Nous rejoignons en duplex de Seyne-les-Alpes notre envoyée spéciale Laurence Alexandrowicz. Laurence, bonjour, c'est votre deuxième jour sur place, qu'est ce qui a changé depuis hier? 'L'évènement de la journée c'était bien entendu l'arrivée de 3 chefs d'état, 3 nations qui sont chacune touchées dans leur chair de façon différente. On m'a dit qu'Angela Merkel avait tenu à voler sur les lieux. Je ne peux pas vous assurer cette information car la météo est très mauvaise. En tous cas les 3 chefs d'état sont d'abord arrivés à Seyne-les-Alpes, ensuite ils sont allés au Vernet un petit village à quelques kilomètres à peine, une dizaine de kilomètres ou on voit très bien la montagne beaucoup plus près, on est beaucoup plus près du crash et puis ensuite ils sont allés se receuillir à la chapelle ardente qui est installée ici à Seyne-les-Alpes où pour l'instant il n'y a pas encore de corps'. François Hollande, Angela Merkel et Mariano Rajoy étaient ils attendus par la population ? 'Oui oui, la population ici est vraiment choquée, les gens sont très émus. On a vu tout à l'heure à la chapelle du village, l'église, pas la chapelle ardente, un monsieur qui signait un livre de condoléances parce que là-bas aussi il y a un livre de condoléances, comme dans la chapelle ardente, qui disait moi je signe ce livre parce que je vais souvent passer mes vacances en Espagne et ça m'émeut beaucoup, donc c'est vrai que l'arrivée des chefs d'état est quelque chose qui est très important ici pour cette région ou il y a de tous petits villages, cette région un peu loin du monde, le village où nous sommes c'est 1.500 habitants et c'est vraiment le gros village de la région'. Avez vous vu arriver beaucoup de familles de victimes et comment sont-elles prises en charge? 'On nous a dit qu'il y avait des familles de victimes qui sont arrivées dans la ville de Digne-les-Bains, à une trentaine de kilomètres d'ici c'est la grosse ville du département avec Gap. Des familles de victimes qui sont prises en charge phsychologiquement. Il y a également des psychologues ici qui attendent les familles à la chapelle ardente. Et un avion part demain de Barcelone mais également de Dusseldorf pour amener des familles, c'est demain qu'elles arriveront sans doute d'une facon plus importante et puis il y a un autre avion différent qui amènera lui les familles des six membres d'équipage, un peu plus tard'. Avez vous des informations sur l'avancée de l'enquête et des recherches ? Dans quelles conditions s'effectue le travail des pompiers, chasseurs, gendarmes mobilisés ? la météo notamment est elle clémente ? 'Alors la meteo est très mauvaise, au moment où je vous parle.J'ai les montagnes en face de moi et je ne vois pas le sommet des montagnes, il y a un épais brouillard, donc les hélicoptères continuent leurs rotations mais c'est très difficile je pense de travailler puisque il n'y aucune visibilité à l'heure où je vous parle au sommet des montagnes'.
Vidéos à la une
C'est une semaine noire pour le collège Joseph König à Haltern Am See, en Allemagne. Cet établissement a perdu seize de ses élèves dans l'accident de l'A320 de Germanwings. Tous revenaient d'un voyage d'échange linguistique. La ville de 38.000 habitants et la communauté des parents et des enseignants sont sous le choc. Le collège est protégé par la police car les médias, allemands et internationaux, sont extrêmement nombreux sur place. Seules quelques personnes, en centre-ville, ont accepté de nous parler. 'J'ai vu quelqu'un aujourd'hui, déclare un homme, qui m'a dit qu'il avait une réunion d'affaires et qu'il ne pouvait pas l'annuler, car la vie continue, c'est ce qu'il a dit. Il a raison, c'est exactement ça... C'est très triste, mais que peut-on faire ? 'Mes trois frères sont dans ce collège, raconte cette femme, et je les ai appelés tous les trois, quatre fois, pour être sûre qu'ils étaient à la maison, je n'arrivais pas à le croire. Tout le monde dit toujours que voler est le plus sûr moyen de transport, et quelque chose comme ça arrive ? C'est incroyable. Mes frères, eux, sont déprimés'. Un autre homme : 'On ne peut pas mettre de mots là-dessus, ça nous concerne tous et pourtant ça nous dépasse, c'est impensable'. 'Tout le monde se connaît ici, nous dit cette élève du collège Joseph König, et même si vous ne connaissiez pas les victimes personnellement, vous les avez sûrement vues au collège. J'imagine comme ça doit être difficile pour les familles, mais je suis heureuse de voir que tout le monde se serre les coudes'. La quasi-totalité des élèves, d'habitude si prompts à parler ou plaisanter devant une caméra, affichent cette fois retenue et gravité. Pour beaucoup des adolescents d'Haltern Am See, le temps du chagrin n'est pas encore là. Olaf Bruns est notre envoyé sur place : Ici, au collège, le silence et la concentration sont impressionnants. Il faut être ensemble et faire le deuil, et même les plus jeunes élèves se tiennent en silence devant l'établissement, devant toutes ses bougies allumées. L'un de ces jeunes nous a dit qu'il n'arrivait toujours pas à pleurer car il ne réalisait pas ce qui s'était passé'.
Vidéos à la une
Un panache impressionnant de fumée et de cendres. Nous sommes au Costa Rica devant le volcan Turrialba, actuellement en éruption, la plus forte depuis 1996. Les autorités ont ordonné l'évacuation des villages dans un rayon de deux kilomètres en raison des dégagements de gaz et de poussières volcaniques, qui ont même atteint la capitale San José, située une cinquantaine de kilomètres. Conséquence, l'aéroport international a dû être fermé vendredi pendant 18 heures, ce qui a entraîné l'annulation d'une centaine de vols. 'Nous devions prendre un vol pour Charlotte puis être transférés vers New-York, Chicago et Pittsburgh. Mais le vol a été annulé jusqu'à lundi'', déplore ce touriste américain. Le trafic a depuis repris à l'aéroport international Juan Santamaria, mais il faut s'attendre encore ce week-end à des retards et des annulations. Pendant ce temps, les amateurs peuvent continuer à admirer les caprices du volcan Turrialba. Le volcan avait montré les premiers signes d'activité en octobre dernier :
Vidéos à la une
Pour faire avancer la lutte contre le terrorisme, les gouvernements européens réfléchissent à de nouvelles mesures. L'une d'entre elles baptisée 'Passenger Name Record' (PNR), fait actuellement débat. Cette base de données européenne est destinée à répertorier tous les passagers aériens voyageant dans et hors de l'UE. De nombreux pays, comme les Etats-Unis, le Canasa ou l'Australie ont déjà en mis en place leur propre système de PNR. En Europe, seul le Royaume-Uni en est équipé dans le cadre de son programme 'e-borders'. Un PNR à l'échelle européenne permettrait donc de mettre en commun les données passagers propres à chaque État. Mais le dispositif envisagé fait grincer des dents du côté des défenseurs des libertés civiles. De nombreuses associations dénoncent un projet 'Big Brother' qui remet gravement en question le respect de la vie privée. Faut-il user de tous les moyens au nom de la sécurité au risque d'amputer les libertés individuelles ? Timothy Khirkhope, eurodéputé et rapporteur du projet 'Passenger Name Record' et Joe McNamee, directeur exécutif de l'organisation citoyenne European Digita en débâtent aux côtés de Paul Hackett dans On The Frontline.
Vidéos à la une
Choc, tristesse et angoisse pour les familles des 162 personnes qui étaient à bord de l'Airbus A320 d'AirAsia. L'appareil a disparu des écrans de contrôle la nuit dernière environ une heure après avoir décollé de la ville indonésienne de Surabaya à destination de Singapour. Aucune trace de l'Airbus n'avait encore été trouvée ce dimanche. Les recherches ont été suspendues pour la nuit. 155 Indonésiens, trois Sud-Coréens, un Français, un Britannique, un Malaisien et un Singapourien étaient à bord de l'appareil, a précisé AirAsia après un nouveau décompte. Le Français était le copilote. Des cellules de crise ont été créées à l'aéroport de Changi à Singapour et à Surabaya pour accueillir les proches des passagers. Peu avant la disparition du vol QZ 8501, le pilote avait demandé l'autorisation au contrôle aérien de changer de plan de vol en prenant de l'altitude en raison de mauvaises conditions météorologiques. L'appareil était exploité par AirAsia Indonésie, détenu à 49 % par la compagnie malaisienne à bas coûts AirAsia. Les recherches reprendront à 7h ou même plus tôt si la météo est bonne, ont indiqué les autorités indonésiennes. L'Australie a promis de l'aide pour les enquêtes, tout comme le constructeur européen Airbus et le Bureau d'enquête et d'analyse.

Pages

Publicité