Vidéos A la une
Marisol Touraine était l'invitée de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi matin sur BFMTV et RMC. Face à la grogne des médecins, qui ont organisé un mouvement de grève pour protester contre la proposition de la loi de la ministre de la Santé, celle-ci a défendu la mesure du tiers-payant, qui a cristallisé les tensions. "C'est une mesure de justice. C'est une mesure de simplification aussi, c'est moins de paperasse. C'est une mesure qui apparaîtra progressivement comme une évidence", a assuré la ministre.
Vidéos A la une
57 articles et 1.700 amendements : l'examen du projet de loi santé par la commission des affaires sociales a commence mardi. Les députés ont auditionné la ministre de la Santé Marisol Touraine, qui a assuré avoir pris en compte les inquiétudes du monde médical, notamment sur le tiers payant. Le gouvernement a déposé une cinquantaine d'amendements à ce texte, notamment sur les dispositions concernant les craintes d'étatisation du système de santé ou sur la vaccination. Jean-Pierre Door, l'élu UMP du Loiret, estime que les députés vont "travailler sur un texte qui n'est plus d'actualité". La droite s'opposera aux grands axes du texte : la généralisation du tiers payant, le schéma de la médecine de ville et l'organisation du système de santé.
Vidéos Argent/Bourse
La tendance du moment: La suite du mouvement de grogne des médecins a été débattue par le docteur Patrick Gasser, président de l'Union nationale des médecins spécialistes confédérés, Philippe Crevel, économiste et le docteur Eric Henry, président du Syndicat de Médecins Libéraux. - Paris est à vous, du 30 décembre, présenté par Karine Vergniol, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Serge Smadja, secrétaire général "SOS Médecins France" était sur le plateau de BFM Story. La grève des blouses blanches entre dans sa deuxième semaine. Après les généralistes et les urgentistes, SOS Médecins rejoint ce lundi les médecins libéraux, opposés à la généralisation du tiers-payant, prévue dans la future loi santé de Marisol Touraine. Mais, toutes ses structures ont été réquisitionnées pour faire face aux risques de pénurie et à l'afflux de patients aux urgences.
Publicité