Vidéos A la une
François Hollande a ouvert la troisième conférence sociale du quinquennat et a défendu "la méthode" du dialogue social. Lors de son discours d'ouverture, François Hollande a longuement défendu la "méthode" du dialogue social alors que deux syndicats, FO et la CGT ont annoncé qu'ils boycotteraient la journée de demain. "Cette méthode n'a de sens que si les parties présentes vont jusqu'au bout de leurs engagements, il ne peut y avoir que des demandes unilatérales" a déclaré le chef de l'Etat à l'intention de ces deux syndicats. ) Mardi, c'est le Premier ministre qui clôture l'événement. Après deux jours de conférence sociale marquée par l'absence de plusieurs organisation syndicale, Manuel Valls a prononcé le discours de clôture. Il salue un " moment fort et utile (...) un accélérateur du dialogue social ( ...) utile aux Français, aux salariés ". Concernant l'absence de certains organisations ( FO, CGT, FSU) "qui ont voulu marquer par leur absence un geste de défiance et de distance à l'égard du gouvernement sans doute, du patronat certainement et en définitive à l'égard du dialogue social lui même. (...) Je regrette cette attitude, elle ne fait pas avancer les choses ... Je ne minimise pas ce geste mais je ne veux pas lui donner une portée excessive". Un refus prolongé serait "une posture incompréhensible". Il a ensuite fait l'apologie du dialogue : " la méthode, la voie privilégiée pour sortir des conflits... "La ligne du gouvernement ne varie pas, ne variera pas : fermeté sur les principes et incitation au dialogue avec ceux qui le veulent " Trois chantiers principaux : emploi, croissance et dialogue social. Manuel Valls qui a martelé le besoin de réforme du pays :"il n'y a rien de plus dramatique que l'immobilisme... L'immobilisme c'est le déclin." Il a annoncé 200 millions d'euros d'aides "votés la semaine prochaine" pour relancer l'apprentissage.
Publicité