Revue du web
Avec Atlantico
Alors que certains pensent s'éloigner de la vie politique, d'autres promettent de "faire du bruit".
Vidéos Argent/Bourse
Récemment, François Hollande a annoncé le rétablissement des crédits de recherche. Pour Thierry Mandon, secrétaire d'État en charge de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, cette nouvelle décision traduit une bonne prise de conscience de l'exécutif face aux défis de notre temps. Dans le monde entier, la compétition se joue aujourd'hui sur la recherche et la France est de plus en plus dépassée par ses compétiteurs. A travers un certain nombre de réformes, Thierry Mandon veut notamment que le fruit des recherches en laboratoires produise plus vite des résultats dans les entreprises. "On ne travaille pas assez avec ce que la recherche produit notamment dans le domaine des sciences humaines et sociales", dit-il. - Good Morning Business, du vendredi 10 juin 2016, présenté par Stéphane Soumier, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Le secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur Thierry Mandon, invité de BFM Story sur BFMTV ce mercredi, a assuré que la primaire à gauche était nécessaire si les Français la demandent. "Ils considèrent que la fonction de président est extrêmement importante et que ce n'est pas aux partis politiques seuls de choisir leurs candidats", a-t-il affirmé. Selon lui, il y a "un appétit de démocratie dans la société française". "Croire qu'on peut continuer à prendre des décisions sans consulter, c'est terminé. Les citoyens veulent être parties prenantes des décisions", a-t-il conclu.
Vidéos A la une
Le secrétaire d'Etat en charge de l'Enseignement supérieur et de la Recherche était reçu sur BFMTV par Ruth Elkrief vendredi soir. Il a commenté le mouvement de contestation contre la loi Travail qui monte du côté de la jeunesse. "On a le droit de porter le regard qu'on veut sur la loi. Elle ne concerne pas la jeunesse en tant que telle, elle concerne le travail dans la société française", a-t-il expliqué.
Vidéos A la une
Invité mardi dans Politique matin, le secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche Thierry Mandon a été interrogé sur le futur vote du groupe socialiste sur la révision constitutionnelle. "A la fin de la fin, quand chacun sera avec sa conscience, à l'évidence l'engagement personnel du président, du Premier ministre, du gouvernement pèsera, a affirmé Thierry Mandon. C'est ce qui permet d'espérer que le groupe vote très majoritairement cette réforme."
Vidéos A la une
Le secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Thierry Mandon, invité mardi dans Politique matin, a jugé déterminant de définir une "cohérence" gouvernementale dans l'optique du futur remaniement annoncé pour la mi-février. "C'est la dernière année, cela doit être l'année des résultats. C'est la cohérence de l'action gouvernementale, c'est essentiel, a affirmé Thierry Mandon. Tout l'avenir politique du pays, l'avenir de la gauche, il dépend de notre capacité à obtenir des résultats en 2016, que nous n'avons pas encore suffisamment. Malgré tous les chantiers engagés on ne les a pas." Si une future entrée des écologistes ou des centristes de l'UDE reste encore hypothétique, il est bien la preuve pour Thierry Mandon que "le mall de ceux qui soutiennent la politique gouvernementale va au-delà des frontières du Parti socialiste et des radicaux de gauche".
Vidéos A la une
Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, et Thierry Mandon, secrétaire d'État chargé de l'Enseignement supérieur, ont assisté ce mardi au Conseil d'administration de la prestigieuse école d'ingénieurs pour entériner une réforme de Polytechnique. Fondé en 1794, cet établissement public est présidé par Jacques Biot depuis juillet 2013. Il est le premier président civil de l'X, qui est encore financé à près de 70% par la Défense. Ayant fait l'essentiel de sa carrière dans le privé, le polytechnicien de 63 ans veut transformer "l'extraordinaire marque Polytechnique" en "organisation marchande". - Avec: Pierre-Henri de Menthon, directeur adjoint de la rédaction de Challenges. - 18h l'heure H, du mardi 15 décembre 2015, présenté par Hedwige Chevrillon et Guillaume Paul, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Invité de Politique Matin vendredi 25 septembre, Thierry Mandon a apporté de bonnes nouvelles pour l'université française : "J'ai obtenu une rallonge, le budget va être en progression, petite progression mais c'est une inflexion notable dans le quinquennat," se félicite le secrétaire d'État en charge de l'Enseignement et de la Recherche. "Le statut des fonctionnaires ne pose pas problème" A propos du statut des fonctionnaires, récemment remis en cause par Emmanuel Macron, le secrétaire d'État ne souhaite pas critiquer "l'emploi à vie" : "Ce n'est pas un emploi à vie c'est un emploi de titulaire de la fonction publique "C'est utile, ils font un travail au service de la collectivité et ils ne sont pas très bien payés," argumente Thierry Mandon. Pour lui, Le statut des fonctionnaires "ne pose pas problème", mais il n'exclut pas des évolutions : "Il ne faut jamais dire jamais, il faut regarder si ici ou là il y a des améliorations." Invité à réagir sur les échanges parfois vifs entre Emmanuel Macron et Martine Aubry, Thierry Mandon choisit l'humour : "Ils ne partiront pas en vacances ensemble"
Politique
C'est la proposition du secrétaire d’État en charge de la Simplification administrative, Thierry Mandon, qui veut lutter contre l’inflation législative.
Vidéos A la une
Thierry Mandon, secrétaire d'Etat chargé de la réforme de l'Etat, analyse les résultats du 1er tour des départementales, chez Jean-Jacques Bourdin. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité."
Vidéos A la une
Comme au début du quinquennat, Thierry Mandon file de nouveau la métaphore footballistique pour parler de l'action du gouvernement : "On perd 2-0. La deuxième mi-temps vient de commencer, il faut marquer très vite." prévient le secrétaire d'État, avant d'ajouter : "Il faut qu'on ait un peu de reprise économique, si possible qu'on ait un peu de résultats sur le front du chômage. Si on a ça, on revient un peu au score même si cela ne suffit pas tout à fait."
Vidéos A la une
Invité de BFMTV et RMC vendredi matin, Thierry Mandon, le secrétaire d'Etat à la Réforme de l'Etat et à la simplification, trouve "dommage" que l'économiste Thomas Piketty ait refusé la Légion d'honneur. Il y voit une "décision politique" de la part de l'auteur du "Capital au XXIe siècle".
Vidéos A la une
"Le temps n'est pas venu" d'évoquer une éventuelle primaire à gauche, a estimé jeudi le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, François Hollande appelant lui ses ministres à la "clarté" et la "stabilité" deux jours après des déclarations de Thierry Mandon sur le sujet. La déclaration de François Hollande, faite en Conseil des ministres, "doit rappeler à chaque ministre que dans son expression, au gouvernement, il faut qu'on soit en capacité surtout de parler de l'action du gouvernement", a rapporté Stéphane Le Foll lors du compte-rendu du Conseil.
Vidéos A la une
Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, était l'invitée de Jean-Jacques Bourdin ce jeudi. Alors que Thierry Mandon, secrétaire d'État à la Réforme de l'État, a jugé mardi soir "indispensable" une primaire "élargie aux radicaux, écologistes et tous ceux qui voudront y participer", la ministre n'a pas souhaité se prononcer sur le sujet. A force d'insistance, l'ex candidate à la présidentielle de 2007 a quand même fini par lâcher: "j'évacue et la question et la participation".
Vidéos A la une
Le 18 novembre, la position de Thierry Mandon pour une primaire large à gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017 a été décryptée par Alain Marschall et ses invités: Ruth Elkrief, journaliste politique de BFMTV, Thierry Arnaud, chef du service politique de BFMTV et Éric Brunet, essayiste et chroniqueur, dans le 20H Politique, sur BFMTV. Le secrétaire d'État à la Réforme de l'État, a jugé mardi "indispensable" une primaire "élargie aux radicaux, écologistes et tous ceux qui voudront y participer", pour que la gauche soit présente au second tour. Alors que jusqu'à présent, la question avait été soulevée surtout par l'aile gauche du parti. Il a déclaré que François Hollande pourrait y participer, car ce serait pour lui une occasion de se ressourcer en tant que président sortant.
Vidéos A la une
Le Secrétaire d'État à la Réforme de l'État, Thierry Mandon, a jugé ce mardi soir "indispensable" une primaire "élargie aux radicaux, écologistes et tous ceux qui voudront y participer" pour que la gauche soit présente au second tour de l'élection présidentielle en 2017. Invité de Ruth Elkrief, Jean-Pierre Mignard, très proche de François Hollande, serait "content que ce débat, nous puissions l'avoir à l'intérieur d'une grande primaire à gauche".
Vidéos A la une
Invité de Questions d'Info, Thierry Mandon a exprimé sa perplexité face aux déclarations de l'ancien ministre de l'Éducation nationale Benoît Hamon : "La France n'a pas besoin de prophètes de malheur, elle a besoin d'artisans de son redressement." Il sous-entend en outre que les paroles de Benoît Hamon - survenues après le vote du budget - sont révélatrices de son dépit suite à son éviction du gouvernement : "Il y a du dépit. C'est le budget de Benoît Hamon ! Il s'est battu pour son budget. Ça n'a pas de sens !"
Vidéos A la une
Thierry Mandon, secrétaire d'État chargé de la Réforme de l'État et à la Simplification, a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur le vote de confiance prévu demain à l'Assemblée. Après la nomination du gouvernement Valls II, le Premier ministre Manuel Valls devra convaincre pour la deuxième fois en six mois le Parlement. Pour Thierry Mandon: "le vote de confiance de demain intervient dans un contexte doublement difficile" avec d'un côté, une "situation internationale extrêmement tendue avec un engagement français qui se précise" et de l'autre côté, "un front intérieur - économie avec quand même de grosses difficultés".
Vidéos Argent/Bourse
Le 18 août, David Dauba a reçu Bruno Jeudy, rédacteur en chef du service politique du JDD et Benjamin Masse-Stamberger, grand reporter économique à L'Express, dans Le Grand Journal, sur BFM Business.
Vidéos A la une
Thierry Mandon, secrétaire d'Etat à la réforme de l'Etat, Invité de Bourdin Direct lundi matin sur BFMTV et RMC, a donné les grandes lignes de son projet de réforme de l'Etat. "Un Etat qui a un peu moins de missions mais celles qu'il a, il les fait sérieusement et à fond. Il faut cinq à six mois pour penser l'Etat de demain. Il faut concentrer l'Etat pour que là où il agit, il soit beaucoup plus puissant qu'aujourd'hui. Des fonctionnaires moins nombreux mieux payés", a-t-il résumé.
Vidéos A la une
Le nouveau secrétaire d'Etat à la réforme de l'Etat depuis une semaine, Thierry Mandon, était l'invité de Jean-Jacques Bourdin lundi matin sur BFMTV et RMC. Interrogé sur les récents propos polémiques du président d'honneur du Front national, Jean-Marie Le Pen, il a répondu: "Ce sont des propos de déshonneur mais ce n'est que de la confirmation. Il n'aime les musulmans, il n'aime pas les juifs et d'ailleurs, je crois qu'il n'aime pas le peuple contrairement à ce qu'il lui fait croire".
Vidéos A la une
Fraîchement nommé secrétaire d'Etat chargé de la réforme de l'Etat comme simplification, Thierry Mandon a réagi à cette annonce sur BFMTV. "La réforme de l'Etat comme la simplification sont deux sujets essentiels pour le pays, donc je suis évidemment ravi, mais surtout conscient de la tâche qui m'attend", a expliqué le socialiste.
Vidéos A la une
Thomas Misrachi reçoit Laurent Neumann, éditorialiste politique de BFMTV, qui réagit à la réforme pénale de Christiane Taubira, à la nomination de Thierry Mandon au poste de secrétaire d'État chargé de la Réforme de l'État et de la Simplification, et à la réforme territoriale proposée par François Hollande.
Vidéos A la une
Le 3 juin, le "mini-remaniement" dans la composition du gouvernement de Manuel Valls et la réforme territoriale de François Hollande, ont été décryptées par Alain Marschall et ses invités dans le 20H Politique, sur BFMTV. Du lundi au jeudi, Alain Marschall propose un 20H pas comme les autres, avec une première partie consacrée à la politique, et la seconde à un grand journal du soir dans le style BFMTV.
Vidéos A la une
Thierry Mandon, le porte-parole du groupe PS à l'Assemblée nationale, reconnaît craindre une absence de majorité lors du vote du plan d'économies mardi après-midi. "Soit la majorité est...
Vidéos A la une
Simplifier la vie des entreprises, c’est le but du rapport Mandon-Poitrinal présenté aujourd’hui. Cinquante nouvelles mesures applicables dès janvier 2015 sont présentées par le conseil de...
Vidéos A la une
Aux côtés du chef d’entreprise Guillaume Poitrinal, Thierry Mandon co-dirige le conseil chargé par François Hollande de mettre en œuvre le "choc de simplification". Aujourd’hui, le député...
Vidéos A la une
Thierry Mandon, député de l'Essonne et porte-parole du groupe PS à l'Assemblée nationale, répond aux questions de Ruth Elkrief sur le vote de confiance qui sera attribué à Manuel Valls demain...
Vidéos A la une
A l’annonce des premiers résultats du 1er tour des élections municipales, Thierry Mandon et Gérard Longuet (sénateur de la Meuse) se sont exprimés sur l’abstention record. Pour Gérard...
Vidéos A la une
"Le Premier ministre a répondu pour tout le monde, je m'en tiens à la déclaration tardive mais ferme du Premier ministre hier soir" a déclaré Thierry Mandon, porte-parole du groupe PS à...

Pages

Publicité