Politique
De l'affaire des jets privés le soir de son élection aux charges de Manuel Valls pour être candidat en 2017, (re)découvrez les évènements qui ont ébranlé le mandat du président.
Vidéos A la une
Une manifestation de chauffeurs de taxis a été émaillée d'incidents ce mardi matin. Les syndicats rencontraient le Premier ministre et le...
Vidéos A la une
La société Uber a décidé de suspendre son activité uberPop pour calmer les esprits. Cela fait suite à des violences subies par des usagers et des conducteurs d'uberPop de la part de certains chauffeurs de taxi. UberPop est interdit pas la loi Thévenoud du 1er janvier 2015, mais le groupe américain a exercé un recours devant le Conseil constitutionnel, estimant que le texte allait à l'encontre du principe de la liberté d'entreprendre. Il espère reprendre ses activités grâce à une décision favorable.
Vidéos A la une
Des arrêtés préfectoraux interdisent UberPOP sur une partie du territoire français. Pourtant, cette application qui organise le transport entre particuliers continue de fonctionner. Uber profite d'un flou juridique. Selon ce géant américain, la loi Thévenoud enfreint le principe de liberté d'entreprendre. Tant que le Conseil constitutionnel ne s'est pas prononcé à ce sujet, aucune interdiction d'UberPOP n'est possible. Plusieurs décisions de justice ont déjà été rendues concernant ce service, dans des sens parfois opposés.
Vidéos A la une
"Je vais vous répondre en m'inspirant d'une seule règle, à laquelle vous êtes particulièrement attaché : le respect de la loi". Ce sont les mots choisis par Alain Vidalies, secrétaire d'Etat chargé des Transports et de la Mer, pour répondre à Thomas Thévenoud dans l'hémicycle. Pour la première fois depuis son retour à l'Assemblée, l'ancien ministre venait de prendre la parole dans l'hémicycle, pour interroger le gouvernement sur "le service après-vente" de sa loi sur les taxis et les VTC. Une intervention qui n'a pas manqué d'agiter les députés, furieux qu'il n'ait pas démissionné de sa fonction de député après ses démêlés fiscaux. Éphémère secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Thomas Thévenoud avait dû quitter le gouvernement en septembre 2014 après des révélations sur le non-paiement de ses impôts. La commission des infractions fiscales de Bercy a récemment porté plainte pour fraude fiscale contre lui.
Vidéos A la une
Thomas Thévenoud est de retour dans l'hémicycle. C'est la première fois depuis son départ du gouvernement que l'ancien ministre se retrouve dans l'hémicycle en séance. On l'avait déjà vu en commission il y a une dizaine de jours. Il était intervenu sur le sujet de l'écotaxe et plusieurs députés socialistes avait fui sa présence devant les caméras. Ce vendredi matin, il se retrouve de nouveau bien seul dans l'hémicycle alors qu'il assiste aux différentes interventions à propos de la résolution pour reconnaître l'État Palestinien
Vidéos A la une
Il est bel et bien présent en commission, et participe. Thomas Thévenoud, véritablement traqué depuis son départ du gouvernement a été repéré ce jeudi en commission des finances à propos de l'avenir de l'écotaxe. Et l'ancien ministre d'intervenir, pour évoquer un sujet propre à sa circonscription : l'avenir de la RCEA, la route Centre-Europe Atlantique qui traverse sa circonscription. Un retour qui a choqué Olivier Falorni. Le député l'a dit sur Twitter Thevenoud ose venir parler a la commission développement durable. Je préfère quitter la salle. #dégoût #colere - Olivier Falorni (@OlivierFalorni) 18 Novembre 2014
Vidéos A la une
Interrogé sur l'affaire Bygmalion en mai, Thomas Thévenoud, qui était jusqu'à encore jeudi soir secrétaire d'État au Commerce Extérieur, disait être frappé par "le sentiment d'impunité d'un certain nombre de nos dirigeants politiques". Obligé de démissionner à cause d'un problème de conformité avec les impôts, il montrait pourtant qu'il était conscient que sa situation pouvait être découverte un jour :"Tout finit toujours par se savoir. Nous sommes dans une société médiatique qui fait que un jour ou l'autre c'est sur la place publique donc je ne comprends que des dirigeants politiques qui exercent des responsabilités éminentes ne comprennent pas ça." Thomas Thévenoud a été remplacé jeudi par Matthias Fekl, député du Lot-et-Garonne.
Vidéos A la une
Le porte-parole des députés PS, Thomas Thévenoud, a expliqué ce mercredi matin dans Bourdin Direct le "sens de la réforme" territoriale et de la nouvelle carte des super-régions. Bourdin Direct est une émission d'information dans laquelle interviennent en direct les acteurs de l'actualité.
Vidéos A la une
Plusieurs fédérations de taxis appellent à manifester, mercredi. Pour les manifestants, le rapport Thevenoud, qui vise à réglementer les véhicules de tourisme avec chauffeur, n'est pas assez poussé. Les VTC seraient accusés de concurrence déloyale. Orly, Roissy, Marseille, Nice ou Nantes: mercredi, de nombreux aéroports seront bloqués.
Vidéos A la une
Yanis Kiansky, dirigeant et fondateur du VTC Allocab qui revendique 400 chauffeur a réagi à l'annonce du plan taxi de Thomas Thévenoud présenté sur RMC en exclusivité ce jeudi matin. Bourdin...
Vidéos A la une
Didier Hogrel, président de la FNDT, Fédération Nationale du Taxi, invité de Bourdin Direct à 8h10, estime que "ce rapport a une vision très parisienne. Bourdin Direct est une émission...
Vidéos A la une
Émission quotidienne présentée par Frédéric Haziza Le député du jour est : Thomas Thévenoud, député SRC de Saône-et-Loire Ils débattent, ils légifèrent, ils font entendre leurs voix...
Vidéos A la une
Chaque soir, Arnaud Ardoin et ses invités débattent avec vous, dès 19h45, en direct sur www.lcp.fr. Affaire Cahuzac : circulez, y’a rien à voir… Épilogue d’un feuilleton politique...
Vidéos A la une
Pour en débattre dans BFM STORY, étaient réunis Jean-Vincent Placé, président du groupe écologiste au Sénat et Thierry Arnaud chef du service politique de BFMTV. Ainsi que Thomas Thévenoud membre de la commission d'enquête en duplex depuis l'Assemblée nationale.
Vidéos A la une
Le député PS de Saône-et-Loire, Thomas Thévenoud, a réussi à faire voter son amendement malgré l’opposition du gouvernement. Si l’amendement est confirmé par le Sénat, les membres du Conseil constitutionnel ne pourront plus cumuler leur fonction avec une autre activité, rémunérée ou non. La droite...
Publicité