Revue du web
Avec La Tribune
Le gouvernement a lancé une campagne pour inciter les travailleurs à quitter leur poste en milieu d'après-midi le dernier vendredi de chaque mois. L'objectif est à la fois sanitaire et économique.
Vidéos Argent/Bourse
Après quatre mois de mobilisation contre la loi Travail, plusieurs organisations syndicales ont été reçues ce mercredi à Matignon. Malgré les efforts, des différends persistent. À la sortie de la réunion Jean-Claude Mailly, président de Force Ouvrière, a déclaré qu'il y avait encore "des désaccords de fonds sur les heures supplémentaires, le travail de nuit, le travail à temps partiel...."
Vidéos Argent/Bourse
Ils travaillent en sous-sol, onze heures par jour, six jours sur sept. Ces enfants, tous réfugiés syriens, sont contraints, pour survivre, de travailler dans des conditions déplorables. Les plus âgés assemblent des pièces de jeans tandis qu'au sol, les plus jeunes vérifient les coutures, le tout pour un salaire dépassant rarement les 90 euros par mois. Les autorités turques elles, ferment les yeux sur ces pratiques. Le directeur de la fabrique, pourtant lui-même syrien, ne semble pas voir le problème.
Emploi - Retraite
A partir de chiffres relevés par Eurostat et rapportés par l'organisme Coe-Rexecode, le Figaro a dressé jeudi la liste des pays où les salariés travaillent le moins au sein de l’Union Européenne. En voici le Top 10.  
Vidéos Argent/Bourse
Avec: Gilbert Cette, professeur à l'Université d'Aix-Marseille II. Gilles Le Gendre, fondateur d'Explora & Cie, agence d'intelligence et de communication stratégique. Et Ludovic Subran, chef économiste d'Euler Hermès. - Les Experts, du lundi 13 juin 2016, présenté par Nicolas Doze, sur BFM Business.
Vidéos Argent/Bourse
Les mobilisations s'intensifient cette semaine avec des mouvements de grève à la SNCF, la RATP mais aussi dans l'aviation civile. L'article 2 de la loi travail est l'une des causes de ce blocage social. En l'état actuel, il prévoit aux salariés des entreprises et à leurs représentants syndicaux de signer des accords au sein de leur entreprise sans forcément tenir compte des accords de branche. La CGT y est farouchement opposée. Pourtant pour les patrons, c'est un premier pas vers plus de souplesse et de réactivité.
Vidéos A la une
L'article 2 de la très controversée loi Travail est encore au coeur du débat. Qu'adviendra-t-il de cet article ? Selon Laurent Neumann, il est compliqué à comprendre car il entre dans tous les détails de l'organisation du temps de travail. Il y est prévu que l'accord d'entreprise soit au-dessus de l'accord de branche, à condition que 50% des organisations syndicales de l'entreprise l'acceptent. L'on se demande maintenant pourquoi ces organisations voteront-elles pour un accord majoritaire défavorable aux salariés. Pour Eric Brunet, les débats autour de cet article n'est autre qu'une manoeuvre perpétrée par la CGT pour monter les salariés contre les patrons. - Bourdin Direct, du lundi 30 mai 2016, sur RMC.
Politique
Avec les manifestations contre la loi Travail, Matignon a décidé d'ajourner un rapport brûlant sur le temps de travail dans la fonction publique. Il y serait question de faire travailler d’avantage les fonctionnaires.
Vidéos A la une
Invité sur le plateau du 20h de TF1, le Premier ministre a défendu le recours à l'article 49-3, estimant que la loi était nécessaire pour apporter plus de souplesse dans les entreprises. "Moins de rigidité, moins de centralisation... c'est ça qui compte pour moi parce que c'est l'intérêt général que nous devons servir". Manuel Valls a renvoyé dos à dos frondeurs et opposition qu'il a taxé de conservatisme.
Vidéos Argent/Bourse
Mesure emblématique de la loi El Khomri: l'inversion des normes. En clair, les accords négociés au sein de l'entreprise primeront à l'avenir sur les accords de branche. Le texte prévoit également des assouplissements concernant la majoration des heures supplémentaires ou le recours aux licenciements économiques.
Vidéos A la une
Incapable de réunir une majorité pour faire adopter le projet de loi sur le travail, Manuel Valls s'est résolu à recourir à l'article 49-3 pour surmonter l'obstacle d'un vote à haut risque. Un "passage en force" qui a déclenché l'ire des communistes. Le président de leur groupe André Chassaigne a dénoncé un "anéantissement du modèle social" français, tandis qu'Eric Ciotti, député Les Républicains, déplore "l'incapacité du gouvernement à gouverner". L'opposition annonce le dépôt d'une motion de censure qui sera discutée jeudi après-midi.
Vidéos Argent/Bourse
Le gouvernement a décidé de repousser "jusqu'à nouvel ordre" le vote sur les amendements au projet de loi Travail. Selon le chef du service politique de TF1, Christophe Jakubyszyn, l'utilisation du 49-3 "ne fait désormais aucun doute". Dans ce cas-là, il s'agirait de la première loi du quinquennat Hollande à passer sans avec aucun vote. L'annonce pourrait avoir lieu dès ce mardi.
Vidéos Argent/Bourse
Les débats reprennent ce lundi à l'Assemblée sur la loi travail. Manuel Valls est monté au créneau dimanche sur les réseaux sociaux. Le premier ministre dit vouloir tout faire pour construire une majorité de gauche sur ce texte. Mais les marges de négociations s'annoncent très serrées, il manque 40 voix pour valider la loi. La menace d'un passage en force par le 49-3 n'est pas écartée, ce que ne souhaitait pas le gouvernement il y a deux mois. De nouvelles manifestation auront lieu jeudi prochain
Vidéos A la une
Depuis le début des mobilisations contre la loi Travail de Myriam El Khomri, les violences sont très souvent présentes dans les manifestations, se traduisant par des jets de projectiles sur les forces de l'ordre et des affrontements. Un phénomène récent que dénoncent les syndicats.
Vidéos A la une
Les étudiants et lycéens ne désarment pas face à la réforme du travail. Ils étaient près de 3.000 dans les rues de Paris ce mardi pour protester contre le projet de loi. A Paris, près de 130 interpellations ont été effectuées et des poubelles incendiées ont notamment été à l'origine d'un feu déclaré dans un lycée de Levallois-Perret. A Rennes, les étudiants ont envahi les voies ferrées, obligeant la SNCF à interrompre son trafic. Dans toute la France, près de 34 lycées ont été bloqués et les élèves mobilisés, comme Juliette, en terminale ES, qui s'inquiète pour son avenir.
Vidéos A la une
Invité d'Arlette Chabot sur LCI ce vendredi, le secrétaire général de Force Ouvrière Jean-Claude Mailly a affiché sa détermination à maintenir la pression sur le gouvernement concernant la loi Travail. "Il y a un problème depuis le début" dénonce-t-il.
Vidéos A la une
Invité d'Arlette Chabot ce jeudi sur LCI, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger estime que la loi Travail "est très mal partie, cela a créé un traumatisme". "Demander le retrait de la loi, c'est demander le retrait du compte personnel d'activité, de la généralisation de la garantie jeune. (...) Il faut aussi dire ce que cela enlève" souligne-t-il.
Vidéos A la une
Invité d'Arlette Chabot ce jeudi sur LCI, le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger estime que le gouvernement a fait "une grosse bêtise" dans la façon dont il a lancé la loi Travail et les éléments placés dans la première version, une bêtise qui a "été en grande partie rectifiée". Il affirme ensuite ne pas avoir facilité la tâche au gouvernement en favorisant le dialogue. "Ce qui m'intéresse, ce sont les salariés" a-t-il insisté.
Vidéos A la une
Que ce soit Amélie, 23 ans et en stage, Kévin gérant de magasin de 27 ans en CDI ou encore Jérémy, diplômé en audiovisuel et qui enchaîne les petits boulots à 26 ans, tous sont unanimes : la loi Travail suscite beaucoup d'interrogations. La peur d'être licencié plus facilement fait partie des principales inquiétudes de ces jeunes actifs. "On a tendance à avantager les employeurs plus que les salariés" déplore l'un d'entre eux alors qu'un autre est conscient qu'il faut davantage de souplesse pour enrayer la spirale négative du chômage.
Vidéos A la une
Profondément remaniée, la loi Travail est toujours contestée et des milliers de jeunes sont descendus dans la rue pour demander le retrait total du projet de loi. La principale cause de leur mécontentement : les nouvelles conditions de licenciement économique. Aux quatre coins de la France, des lycées et des facultés ont été bloquées et plusieurs interpellations ont eu lieu, notamment à Paris, où 3 casseurs ont été arrêtés. A Rennes, un policier a été blessé par un projectile alors que l'ambiance était plus festive à Nantes. A une semaine de la présentation du texte au Conseil des ministres, les jeunes sont prêts à redescendre dans la rue.
Vidéos A la une
Lors du point-presse sur la loi Travail ce lundi à Matignon, le Premier ministre Manuel Valls a tenu à rassurer les salariés inquiets quant à leur sort. "Nous apportons des garanties pour qu'il n'y ait pas de rapport de force défavorable (avec les chefs d'entreprise)" a-t-il expliqué.
Vidéos A la une
Après une semaine de négociations, l'heure des arbitrages a sonné ce lundi à Matignon et le Premier ministre Manuel Valls va dévoiler aux syndicats les corrections apportées au projet de loi Travail. Ces derniers ne se font pas d'illusions quant aux modifications du texte. "On ne s'attend pas à être satisfaits après cette réunion. On va faire une loi qui ne va pas être pour tout le monde, une loi pour chaque entreprise, ce n'est pas la loi pour tous" explique le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez.
Vidéos A la une
Manuel Valls doit annoncer lundi 14 mars son arbitrage sur la loi El Khomri dont les syndicats et les mouvements étudiants rejettent plusieurs articles.
Vidéos A la une
Dans la rue ce samedi pour protester contre la réforme du travail, les syndicats réformistes ont manifesté pour un changement du texte de la loi El-Khomri. Ces derniers ne demandent pas le retrait de la loi mais un assouplissement, étant bien conscients des bons mais surtout des mauvais côtés de la réforme. En cas de désaccord lors des derniers arbitrages du gouvernement, rendus publics lundi, tous se disent prêts à redescendre dans la rue la semaine prochaine.
Vidéos A la une
Alors qu'un appel à la mobilisation contre la loi Travail a été lancé ce samedi à Paris et en province, le président de la Fédération des Associations Générales Etudiantes (FAGE) Alexandre Leroy n'est pas totalement opposé au texte. "Aujourd'hui, le texte n'est pas acceptable, il doit bouger" insiste-t-il.
Vidéos A la une
"La ministre s'est peut-être convertie très vite au libéralisme", a expliqué Pierre Jacquemin, ancien conseiller stratégie de Myriam El Khomri. Il avait présenté sa démission la semaine dernière, s'opposant à la réforme du travail proposée par la ministre.
Vidéos A la une
Le gouvernement s'est donné deux semaines pour retravailler son projet de loi. Portée par Myriam El Khomri, la réforme du droit du travail est critiquée par les syndicats et une partie de la gauche. Licenciement économique, temps de travail, heures supplémentaires, indemnités prud'homales plafonnées... Autant de points qui cristallisent la fronde des opposants.
Vidéos A la une
Ce mercredi, le Conseil des ministres se tient au Palais de l'Elysée et le texte sur la réforme du travail est sur toutes les lèvres. Au lendemain de son accident domestique, la ministre du Travail Myriam El-Khomri est quant à elle bien présente et a reçu le soutien des autres membres du gouvernement, comme l'explique Noé Gandillot sur place.
Vidéos A la une
EDITO. Dans son édito politique de ce mardi, Arlette Chabot analyse la décision du gouvernement de reporter la présentation du texte de la réforme du travail de quinze jours. Selon elle, il s'agit d'un rétropédalage du gouvernement, qui a "mal négocié" le traitement de ce dossier.
Vidéos A la une
En visite au Salon de l'Agriculture, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé le report de la présentation du texte sur la réforme du code du travail, prévue le 9 mars en Conseil des ministres. "Il faut lever un certain nombre d'incompréhensions, répondre à toute une série de fausses informations données sur ce texte. Nous allons nous donner une quinzaine de jours avant le passage en Conseil des ministres" a-t-il déclaré.

Pages

Publicité