D'après un rapport publié ce jeudi par des chercheurs américains, percevoir d'éventuelles traces de pollution venues d'autres planètes permettrait de confirmer l'existence d'une vie extraterrestre.

Les extraterrestres, au même titre que l'humanité, seraient-ils les mauvais élèves de l'écologie spatiale ? D'après une étude publiée ce jeudi par des chercheurs américains, examiner d'éventuelles traces de pollution venues de planètes éloignées pourrait en effet permettre de prouver leur existence.

A lire aussi :Et si notre ADN était extraterrestre ?

Les astronomes avaient déjà la possibilité de détecter la présence de méthane et d'oxygène sur des planètes situées en dehors du système solaire. Ces derniers sont notamment la preuve d'une existence de vie microbienne ou de formes de vie intelligentes. Désormais, grâce à un nouveau télescope, ils pourraient même être en mesure de déceler gaz, chlorofluorocarbones et autres polluants, confirmant la présence et l'activité d'autres formes de vie habitant à plusieurs années lumières de nous. Ce nouvel objet pourrait aussi permettre capter le spectre de civilisations qui ont disparu, certains polluants pouvant rester 50 000 ans dans l'atmosphère terrestre.

A lire aussi :Vie extraterrestre : ce que la NASA a découvert, pour les Bogdanov il n'y a rien de nouveau

Un projet de 8,7 milliards de dollarsLe futur "joujou" des chercheurs sera 10 à 100 fois plus puissant que l'actuel téléscope qui réussi pourtant à capter tout un tas d'informations sur l'univers qui entoure la Terre. De ce fait, déceler les polluants venus d'ailleurs devraient être un jeu d'enfant pour lui. Cependant, il faudra tout de même que les taux de chlorofluorocarbones des monde observés soient dix fois plus importants que ceux de la planète Bleue et qu'ils soient en orbite autour de naines blanches (étoiles). Dans le cas contraire, ce projet de 8,7 milliards de dollars pourrait avoir bien du mal à détecter quoi que ce soit.

Publicité
"On peut spéculer sur le fait que les extraterrestres ont été sages et ont réussi à vivre proprement. Mais dans un scénario plus noir, nous pourrions découvrir des choses qui seraient un rappel à l'ordre des dangers que représente le fait de ne pas être des occupants raisonnables de notre propre planète", a par ailleurs conclu Avi Loeb, coateur de cette étude.

Vidéo sur le même thème : Des ovnis dans la régions brestoise ?