Lors du récent sommet "Humans to Mars", Charles Bolden, l’administrateur de la Nasa, a annoncé que la mission de colonisation de Mars, compte parmi leurs priorités. Celle-ci permettrait d'assurer "la survie de l'espèce humaine". Explications. 

Illustration

Les martiens n’ont qu’à bien se tenir, l’humanité débarque sur Mars en 2030. C’est tout du moins le projet de la Nasa "Mission to Mars" qui prévoit cela.

Charles Bolden, l’administrateur de l’agence américaine, a annoncé lors du récent sommet "Human to Mars" que c’est "la survie de notre espèce" qui est en jeu avec la conquête de cette planète. En effet, selon une étude réalisée récemment par la même agence, la civilisation humaine risquerait de disparaitre en quelques décennies à cause des mauvaises gestions des ressources naturelles. Ainsi, "si cette (ndlr : notre) espèce doit survivre indéfiniment, nous devons devenir une espèce qui existe sur plusieurs planètes. Nous devons aller sur Mars, et Mars est un tremplin vers d’autres systèmes solaires", a-t-il déclaré au Times lors du sommet.

Publicité
L’idée semble folle mais elle est pourtant très sérieusement envisagée. Pour ce faire, la Nasa compte procéder en plusieurs étapes. Tout d’abord, l’agence envisage de mettre en place un outil permettant de capturer un petit astéroïde. En effet, le KISS (Keck Institute for Space Studies du California Institute of Technology) a étudié la possibilité d’envoyer dans l’espace, en 2015, un module robotisé muni d’un "lasso" destiné à attraper un tel rocher. Celui-ci serait ensuite placé en orbite de la lune. Les astronautes pourraient alors y venir pour l’explorer et y faire des prélèvements qu’ils ramèneront ensuite sur Terre. Le patron de la Nasa voudrait, en outre, faire pousser des plantes dans l’espace et utiliser des imprimantes 3D pour les réparations à bord de la navette. A terme, l’astéroïde pourrait alors servir de rampe de lancement pour une mission sur Mars prévue à l’horizon 2030. 

Ainsi, si tout se passe comme prévu, le robot Opportunity, sur mars depuis 2004, devrait être rejoint par ses constructeurs d’ici quelques décennies.

Vidéo sur le même thème : Nasa, comment attraper un astéroïde?