L’Inde lancerera, ce mardi, son premier satellite low cost vers la planète Mars. Cette sonde, qui a coûté seulement 55 millions d’euros, permettra de mesurer la présence de méthane dans l'atmosphère de la planète rouge.

Ce mardi, l’Inde lancerera son premier satellite low cost dans l’espace afin que celui-ci atteigne Mars. Si cette sonde arrive à destination, le pays sera le premier d’Asie à atteindre la planète rouge.

L'Inde, leader de l'innovation low cost

Mars Orbiter, le satellite low cost indien, a été construit selon le "jugaad", une des solutions la moins onéreuse. En effet, celui-ci n’a coûté que 55 millions d’euros. A titre de comparaison, construire Ariane 5 a coûté environ 6 milliards d’euros et son lancement vaut aux alentours de 100 millions d’euros. L’Inde s’impose alors comme le leader de l’innovation du low cost. Le pays produit déjà la voiture la moins chère du monde.

Ce satellite doit mesurer la présence de méthane dans l’atmosphère de la planète Mars afin de savoir si la vie sur la planète rouge est possible.

"Toute mission interplanétaire est complexe. S'agissant de Mars, il y a eu 51 missions dédiées jusqu'ici dans le monde, dont 21 réussies", a expliqué le directeur de l'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO), K. Radhakrishnan, dans un entretien à l'AFP.

"Ne la sous-estimez pas parce que c'est une mission bon marché et pionnière", informe un journaliste scientifique indien Pallava Bagla. "Il y a du Jugaad, il y a de l'innovation et tout le monde cherche aujourd'hui à réaliser des missions à bas coûts", assure-t-il. Le lancement de Mars Orbiter aura lieu ce mardi à 14h38.

Ce n'est pas le premier satellite lancé vers Mars

Publicité
Plusieurs pays ont déjà lancé des missions spatiales sur Mars. Le 18 novembre prochain, la Nasa lancera Maven, une sonde envoyée afin de comprendre les raisons de la disparition de la plus grande partie de l’atmosphère marsienne.

Le robot Curiosity, arrivé sur la planète en 2012, a lui affirmé la vie microbienne marsienne dans son lointain passé.

Des tests n'ont, quant à eux, jamais abouti. Par exemple, en 2011 une mission russo-chinoise a échoué, le satellite n’ayant jamais atteint la planète Mars.   

Publicité