Elle s’appelle W26 et c’est l’un des plus grands astres de notre galaxie, sinon le plus grand. Cette étoile géante, en phase terminale, est l’objet de toute l’attention des astronomes, car l’observation de ces supernovas est une précieuse source d’informations sur la formation des planètes.

© ESO

La mort d’une étoile est toujours un phénomène scruté par les astronomes, à plus forte raison quant il s’agit de la plus grosse étoile de notre galaxie. W26, située dans un amas d’étoiles baptisé Westerlund 1 (du nom de l’astronome suédois Bengt Westerlund qui l’a découvert en 1961), est en phase terminale, c’est-à-dire au stade de supernova. Déjà gigantesque, puisque son diamètre est estimé à 1 500 fois celui du Soleil, W26 se dilate de plus en plus au fur et à mesure de sa transformation, et donc de sa mort.

Un phénomène précieux pour les astronomesLa transformation d’une étoile en supergéante se produit lorsque celle-ci a épuisé son stock d’hydrogène. Paradoxalement, plus l’étoile est grosse, moins sa durée de vie est longue, généralement autour de quelques dizaines de millions d’années, contre une dizaine de milliards d’années pour notre Soleil. W26 a donc entamé son processus de désintégration. Elle va ainsi rejeter de la matière dans l’espace avant de terminer sa vie dans une extraordinaire explosion. Et c’est l’étude de cette matière qui intéresse les spécialistes, car les observations qu’ils pourront en faire leur donneront des réponses sur l’origine de la Terre et l’évolution chimique des galaxies en général.

Publicité
Percer le mystère de l'origine de la TerreMais observer les gaz ainsi rejetés n’est pas chose aisée. W26 est en effet situé à 12 000 années-lumière de chez nous, et ces gaz, ont besoin d’être ionisés pour pouvoir être étudiés. Or une géante rouge, en raison de sa température trop basse, ne produit pas assez d’énergie pour isoler les électrons des atomes d’hydrogènes et les faire briller. Une équipe internationale d’astronomes a néanmoins bénéficié d’un heureux concours de circonstances qui leur permet d’observer les dernières étapes de la vie de l’étoile. Une étude fondamentale pour comprendre l’évolution des galaxies. Les petites étoiles ne fabriquent que du carbone te de l’oxygène, mais ces étoiles géantes sont capables de synthétiser des éléments nettement plus lourds, comme le fer ou encore le silicium, des éléments qui interviennent dans la création de planètes rocheuses. Percer le mystère d’une supergéante qui meurt c’est donc aussi percer le mystère de l’origine de la Terre.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité