La NASA découvre une nouvelle preuve de la véracité de la théorie de l'énergie libre magnétique de Léon Raoul Hatem

On a eu l’occasion précédemment d’expliquer l’origine des anneaux de Saturne, qui restent pourtant un mystère pour les astrophysiciens.

Grâce aux sondes qui sont allées voir sur place, ces derniers ont compris que des cristaux de glace éjectés du satellite Encelade par d’immenses geysers prouvant que l’intérieur du satellite est en fusion, rejoignent continuellement ces anneaux, mais ne comprennent pas pourquoi ils s’accumulent uniquement sur son plan équatorial et de façon aussi régulière.

C’est un fait que si l’univers était régi par la gravitation comme ils le croient, il n’y aurait aucune raison. Probablement tous ces cristaux éjectés tomberaient purement et simplement sur Saturne au lieu de rester à distance, et sinon on en trouverait dans toutes les latitudes et pas seulement près de l’équateur. Cela fait partie des mystères de la Science qui sont depuis longtemps expliqués par la théorie de Léon Raoul Hatem qui démontre que la "gravitation" n’est en fait qu’un cas particulier des relations magnétiques entre les astres (voir le premier volume du livre Au-delà du quantique aux Editions Ganymède).

Seul le magnétisme est en cause, c’est l’énergie unique de l’univers, et c’est d’ailleurs la seule énergie qu’on puisse expliquer à partir du néant (voir mes travaux dans le même livre). Si au contraire on persiste à croire à la "gravitation" en tant que telle, on se retrouve à devoir expliquer son origine en même temps que celle de l’électromagnétisme (dualiste, au contraire de la gravitation qui est réputée uniquement attractive), ainsi que des autres forces nécessaires aux théories de la "matière" et qu’on ne peut pas expliquer : force forte et force faible. Dans ces conditions, la Physique est tellement compliquée qu’on est forcé de renoncer à comprendre le pourquoi de toutes ces forces. Alors que quand on a reconnu que tout cela n’est que cas particuliers du magnétisme, il n’y a plus de problème : on peut comprendre l’origine des origines, et très simplement.

Les grandes révolutions scientifiques prennent évidemment beaucoup de temps, même si petit à petit les théories officielles s’en rapprochent et que des éléments supplémentaires d’observation viennent l’étayer.

Si la gravitation régissait les systèmes, et non le magnétisme, on ne pourrait avoir des anneaux maintenus à distance régulière, et toujours sur le plan de l’écliptique avec une régularité et une précision extraordinaire. Ce serait un chaos. Mais avec la dualité magnétique attractive et répulsive à égalité, cela va de soi.

Pour la Physique conventionnelle, Saturne reste donc un mystère, et tout autant le satellite Encelade mais pour d’autres raisons, alors qu’il peut se résoudre de la même façon. En effet, rien dans les théories actuelles ne permet de comprendre ce qui fait que le cœur des satellites est si chaud, pas plus d’ailleurs que le cœur des planètes ou des soleils. Et c’est aussi le cas de Pluton, et même son satellite Charon, et c’est cela la dernière découverte essentielle de la NASA : du volcanisme et de l’eau en quantité même sur Pluton et Charon ! Capable de donner à Charon une véritable atmosphère, alors que toutes les lois de la "gravitation" supposent qu’elle ne soit pas assez grosse pour en avoir une ! Et on s’aperçoit que ce tellurisme et cette présence d’eau devient quasiment la règle dans tout le système solaire ! On ne comprend pas comment ces petits astres rocheux peuvent avoir un magma intérieur en fusion et donc avoir des volcans, des geysers. Ils devraient être refroidis depuis longtemps. On tente d’expliquer cela par les orbites elliptiques qui produiraient des variations d’attraction gravitationnelle malaxant la matière. Ce serait bien entendu insuffisant.

Mais surtout, dans le cas de Charon, l'orbite est parfaitement circulaire ! Donc exit cette explication.

En fait, cette chaleur qui s’entretient milliards d’années après milliards d’années, ne pourrait plus exister depuis longtemps si la "matière" était régie par la gravitation. Par contre, elle est obligatoire du fait que la "matière" est régie par le magnétisme attractif et répulsif. On démontre dans le livre cité, que les noyaux des astres, et par ailleurs de toutes les particules, tournent nécessairement en synchronisme. Le magnétisme est une création perpétuelle d’énergie, qui auto-entretient les mouvements en synchronisme pôle face à pôle : les mouvements des noyaux se créent et s’accélèrent par eux-mêmes,  avec des rythmes de rotation identiques (ou compatibles) quelles que soient les masses. Lorsque deux aimants bipolaires (planètes par exemple) sont en présence dans certaines conditions, ces mouvements sont inévitables. Mais souvent les couchez externes ne peuvent suivre le même rythme de rotation, ce qui  provoque à l’intérieur des masses des frottements incessants et violents. Les couches superficielles, qui d’ailleurs restent en général froides, ont toujours du mal à être entraînées à la même vitesse que les noyaux de toute la galaxie. Il y a donc des frottements incessants entre les couches qui s’échauffent et se liquéfient. On comprendra cela plus en détails dans l’e-book gratuit Pourquoi le Soleil brille à demander aux Editions Ganymède.

À lire aussi - La NASA stupéfaite par de nouvelles photos de Pluton

Un élément essentiel à remarquer est que ces frottements, ces échauffements, cette liquéfaction de la matière qui produit du magma et parfois des volcans même sur des petits satellites produisent toujours l'émission de vapeur d'eau par condensation. Les astrophysiciens ne comprennent pas pourquoi ils trouvent de plus en plus souvent de l’eau sur ou dans toutes les planètes et même satellites. C’est encore une fois le signe que l’univers est régi par la théorie de l’Energie libre magnétique, et certainement pas par la "Loi" de gravitation unipolaire. Sinon, sans échauffement progressif, pas de condensation, pas d’eau.

Toute la surface de Charon est couverte de glace d’eau ! Et pluton n’en manque pas non plus, qui provient visiblement de l’intérieur.

Quand la géologie s’y prête, l’eau s’échappe sous forme de geysers. Et millénaire après millénaire, Encelade a ainsi pourvu Saturne en cristaux de glace que les lois du magnétisme ont soigneusement organisés en anneaux, anneaux d’une régularité qui serait inimaginable si l’univers était régi par la violence et le hasard liés à la gravitation.

Cette chaleur interne et ce magma sont une règle générale qui ne peut s’expliquer que grâce à la théorie unitaire magnétique proposée à la Science depuis 1955 ! On en a fêté le soixantième anniversaire cette année. Ainsi, on trouvera très souvent de l’eau sur les planètes qu’on étudiera. A chaque fois on poussera des cris émerveillés, se demandant d’où elle vient, alors que c’est normal, même si cette eau reste souvent emprisonnée à l’intérieur. Il est quasi-inévitable, suite à cela, qu’il y ait des formes de vie à peu près partout. L’eau est la résultante des mouvements magnétiques synchronisés astronomiques. La complicité entre vie et magnétisme est totale.

Les physiciens se demandent d’ailleurs d’où vient l’eau de la Terre comme ailleurs. Leur théorie en ce moment, c’est "la  faute aux comètes" ou aux astéroïdes. Ces porteurs de glace qui de temps en temps tomberaient sur la Terre et donc y apporteraient l’eau et la vie.

C’est totalement faux. Aucune comète ne tombe sur la Terre. Jamais. Ni ailleurs. Car s’il y a eau, c’est qu’il y a tellurisme, donc polarités magnétiques, donc impossibilité de tomber sur des planètes. On explique cela très facilement. On se demande d’ailleurs bien comment ces comètes pourraient amener de l’eau en souterrain et pas en surface… ce qui est souvent le cas.

Les comètes sont des astres faits de la glace la plus ancienne du système solaire. Le principe de leur création est probablement le même que celui des anneaux de Saturne : de l’eau de condensation propulsée en grande quantité assez loin pour se refroidir au point de devenir dure comme de la pierre, et se mettre en orbite autour de l’astre dominant. Ces comètes que l’on observe régulièrement ont évidemment toujours été de grands mystères pour les astrophysiciens. Sauf pour ceux qui ont compris que leur origine est magnétique comme tout le reste. Car alors on devine aisément que toutes les comètes que l’on connait, si anciennes, ont été constituées par condensation lors de la l’échauffement progressif du Soleil, lors  sa liquéfaction progressive (car loin d’avoir commencé très chaud pour se refroidir ensuite, le Soleil comme tous les autres astres s’est échauffé progressivement, c’est inévitable si le Soleil est un aimant en relation magnétique avec les autres aimants de la galaxie, et cela est prouvé par les différences de vitesse de la surface du Soleil selon les latitudes ainsi que par d’autres expériences).

Au commencement, le Soleil était donc un champ de geysers qui ont propulsé cette eau avec violence, eau souvent mélangée avec poussière ou roches, qui a eu tôt fait de se refroidir et de se satelliser.

 Les comètes sont assez grosses pour disposer de leur autonomie magnétique, et donc elles ne peuvent tomber sur d’autres astres. Cela n’arrive jamais. Leur trajectoire est bien définie au sein des systèmes planétaires. Elles repassent régulièrement, on les attend, on les voit, elles repartent jusqu’à la prochaine séance.

Voici donc comment les sondes de la NASA, qui nous apportent tant de nouvelles connaissances sur le système solaire, permettent de montrer une fois de plus que l’univers n’est pas ce qu’on croyait : issu d’un "big bang" chaud dû à la concentration de "matière" gravitationnelle, mais au contraire que l’énergie qui constitue l’univers est purement magnétique et sa constitution progressive et ordonnée. Cela se confirme chaque fois qu’on observe un nouveau satellite de glace ou le comportement d’une comète, qui ne sont plus du tout des mystères pour peu qu’on veuille bien se pencher sur la théorie unitaire de Léon Raoul Hatem et son énergie libre. Comètes, anneaux, eau dans l’univers, soleil, tout cela a la même cause, et une chose est sûre, tant qu’une théorie est compliquée, elle n’a aucune chance d’être vraie. Rien n’est plus simple que le magnétisme, tellement simple que même sa cause éternelle à chaque instant n’est plus un mystère.

Peut-être un jour les sourds entendront.

En vidéo sur le même thème :Le ciel est bleu sur Pluton, des plaques de glace d'eau découvertes

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité