Des chercheurs de l'université d'Exeter ont réussie à développer une bactérie capable de produire une substance quasiment identique au carburant diesel. Ce carburant renouvelable, moins polluant et moins sujet à la spéculation pourrait remplacer le diesel actuel

Pour une fois la bactérie intestinale Escherichia Coli (dite E.Coli) est porteuse de bonnes nouvelles. Supporté par la firme Shell, l'équipe du professeur  en  biosciences John Love de l'Université d'Exeter.En plaçant dans l'ADN de la bactérie des gènes appartenant au camphrier et à des cyanobactéries, les scientifiques ont modifié l'organisme microscopique pour qu'il produise un hydrocarbure identique au diesel présent les pompes de stations essence."Nous produisons biologiquement le carburant fabriqué et vendu par l'industrie pétrolière" se réjouit le docteur Love.

Plus performants que les autres biocarburants

Cette similarité avec le diesel apporte de grands avantages sur les carburants d'origine végétale. Son utilisation ne demanderait aucune modification des moteurs ni des citernes ou des pipelines.Contrairement aux biocarburant végétaux, ce diesel synthétique n'est pas qu'un additif: il suffit à faire fonctionner un moteur, sans le mélanger à des produits pétroliers

Moins polluant et plus accessible

"Remplacer le diesel conventionnel par un carburant neutre en carbone dans des volumes industriels serait un pas de géant vers notre objectif de réduction de 80% des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050" affirme John Love.

"La demande mondiale en énergie est en augmentation et un carburant indépendant des fluctuations du prix du pétrole et de l'instabilité politique est une perspective à l'attrait grandissant" continue le scientifique. C'est l'autre avantage du diesel produit par E.Coli : il est neutre en carbone et donc moins polluant. 

Une production à plus grande échelle à l'étude

Publicité
Pendant l'expérience, les bactéries, nourries de glucose n'ont fourni que de petites quantités de diesel. Cependant, le professeur Love pense que le processus peut être multiplié en utilisant de la paille ou du fumier d'origine animale. "Produire des substances en grande quantité en utilisant E.Coli comme catalyseur est très commun dans l'industrie pharmaceutique" assure le professeur Love.

Crédit Photo : ©Mattosaurus/Wikimedia Commons

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité