Des designers suédois ont conçu un prototype de vaisselle incassable et insalissable. Une invention pourtant déjà tâchée de quelques controverses. 

Deux designers suédoises, Hanna Billqvist et Anne Glansén, ont conçu les prototypes d’une assiette et d’un bol insensibles à toute salissure. Elaborée conjointement à l’institut de recherche suédois Innventia et le KHT Institute Royal of Technology, cette vaisselle, recouverte d’une solution autonettoyante, serait ainsi impossible à souiller ou à mouiller.

Ainsi, plus besoin de séances de vaisselle interminables ou d’évidages de lave-vaisselles aux frais de réparation aussi onéreux que réguliers : un simple renversement au-dessus de l’évier suffit à défaire le plat de tout miasme ou liquide. A ce gain de temps certain s’ajoute, de plus, la pérennité de ces objets, puisque ceux-ci, en partie faits de kevlar, fibre synthétique employée dans la conception des gilets pare-balles, sont incassables et inusables. Au diable, donc, rayure, éclats et cassages massifs des soirs de dispute.

Plus de vaisselle : un cancer pour un autre ?

Publicité
Un programme des plus alléchants, qui n’est pas, comme le veut l’usage, sans éveiller nombre de critiques. En effet, le Téflon, produit antiadhésif utilisé pour imperméabiliser les plats, bien qu’approuvé par la Food and Drug Administration (l'administration pour l'alimentation et les médicaments), se serait révélée cancérogène. Foutaises, selon Anna Glansén, qui certifie la viabilité sanitaire de son invention, dont une technique de commercialisation est actuellement à l’étude. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité