La plateforme russe Insecam permet d'avoir accès en direct à des caméras de vidéosurveillance installées chez des privés comme des professionnels. Pas moins de 70 000 caméras dans le monde sont référencées sur ce site.

Une boulangerie à Meudon (Haut-de-Seine), un parking privé à Croth (Normandie), le jardin d'une maison à Gilly-sur-Isère... Le site russe Insecam, permet d'accéder en France à pas moins de 900 caméras installées chez des particuliers, des professionnels ou dans des lieux publics, comme le révèle Nice-Matin

La plateforme russes référence ainsi, sans même que les propriétaires des locaux ne s'en rendent compte, des systèmes de vidéosurveillance mal ou pas du tout protégés : par exemple des caméras dont le mot de passe n'a pas été changé où qui ont gardé celui d'orgine. Certaines des modèles de caméras,  les plus modernes, peuvent même pivoter, et il est donc possible de choisir de quel côté voir la salle.

Dans le monde entier, le site russe rassemble 70 000 caméras, qu'il est possible de chercher par pays ou par ville. Près d'une centaine de vidéos sont disponibles à Paris et New York et une soixantaine à Londres.

Une plateforme pourtant légale

Insecam prétend avoir été créé afin de sensibiliser les utilisateurs aux faiblesses informatiques mais l'enjeux n'est plus le même aujourd'hui, rapporte l'Est Républicain. C'est la plateforme qui rassemble le plus d'images de vidéosurveillance dans le monde. Si le site qui existe depuis trois ans, n'a pas été fermé c'est parce que cette pratique n'est pas considérée comme illégale. "Les plateformes de ce type se contentent de référencer ce que les gens eux-mêmes mettent en accès libre sur internet. Or le référencement n'est pas illégal en soi", explique à Nice-Matin Jean-Luc Ori, un gendarme de la N-Tech, spécialisé dans les nouvelles technologies .

Publicité
La plateforme russe peut donc logiquement être un moyen "légal" pour des cambrioleurs de surveiller une habitation... Pour vous protéger, veillez à bien sécuriser votre système de vidéosurveillance par un mot de passe personnel et complexe.

En vidéo sur le même thème : Noël : des jouets espions inquiètent la CNIL

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité