Jeudi soir l’Agence spatiale européenne (ESA) a dévoilé les premiers plans rapprochés de la comète 679/Tchourioumov-Guérassimenko, dite "Tchouri", capturés par les caméras Osiris de la sonde Rosetta.

Les caractéristiques de la comète, enfin révélées

©

Rosetta a voyagé pendant dix longues années avant de découvrir la comète Tchouri, située à 515 millions de kilomètres de la Terre, et de déposer le robot Philae dessus. La sonde européenne, qui se trouve aujourd’hui en orbite à 30 kilomètres de la comète, a récemment livré de nouvelles observations qui révèlent les caractéristiques surprenantes de la comète, selon les études publiées vendredi par la revue américaine Science et les captures de l’Agence spatiale européenne (ESA).

"Les résultats de ces premières analyses jettent les bases pour la suite de la mission", a ainsi déclaré Matt Taylor de l’Agence spatiale européenne. On y découvre par exemple que la comète a conservé les traces de la matière primitive du système solaire, ce qui a permis aux scientifiques d’estimer les conditions de sa naissance, il y 4,5 milliards d’années.

Les images prises par les caméras Osiris ont également montré une variété des structures géologiques ainsi qu’une forme inhabituelle du noyau. Hans Nilsson, de l’Institut suédois de physique spatiale et co-auteur d’une des études publiées par la revue Science, a ainsi évoqué la composition de la surface, particulièrement complexe et diverse : "L’atmosphère de la comète – composée d’un mélange de poussière et de molécules de gaz – semble être inégalement distribuée autour du noyau". Quant au noyau, "c’est du jamais vu car nous avons le nez sur la comète, très près de son noyau", a observé le professeur Olvier Mousis de l’université de Franche-Comté, selon Le Monde. Ce noyau serait composé de deux lobes, divisés par une sorte de "cou", dont l’origine reste à ce jour inexpliquée.

19 régions ont été détectées, a rapporté Libération. Chacune d’entre elles a été baptisée par un nom issu de la mythologie égyptienne. On y découvre par exemple les régions de Ma’at, Anubis, ou encore Seth.

Les exploits de Rosetta ne vont pas s’arrêter là, puisque le 4 février prochain, la sonde s’éloignera à plus de 140 kilomètres de Tchouri avant d’entamer, dix jours plus tard, un survol au plus près de la comète, soit à six kilomètres de la surface.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité