2%. C'est la quantité d'eau présente sur la surface martienne. Une avancée considérable, qui annonce un avenir des plus prometteurs pour les missions d'exploration de la Planète Rouge. Les détails de cette découverte.

Wikimedia / NASA/JPL-Caltech

L’échec de la sonde Curiosity dans sa quête pour la vie sur Mars ne l’a pas découragé pour autant. La nouvelle est tombée : le robot vient enfin de confirmer la présence – abondante – d’eau sur la Planète Rouge. Cette découverte, considérable, ouvre un champ infini de possibles pour la NASA. 

2% de la surface terrestre 

Le tweet de Curiosity est tombé ce matin : "J’ai trouvé des molécules d’H20 accrochées à des roches et à des poussières. Pas d’eau liquide, mais une fois chauffée entre 150 et 300 degrés celsius, les minéraux rélâchent de la vapeur d’eau." La nouvelle a été immédiatement confirmée et détaillée par la revue américaine Science, dont la journaliste et chercheur Laurie Leshin affirme que le sol marien est composé d’approximativement 2% d’eau. Une quantité considérable, puisque celle-ci permettrait d’obtenir un litre à partir de seulement 0,03 mètres cube de sable. 

Pour ce faire, la sonde a tout d’abord prélevé un échantillon, qu’elle a par la suite chauffé à 835 degrés celsius. Les vapeurs qui ont émané de la réaction, analysées par un dispositif d’analyse français – SAM –, ont révélé une présence élevée de souffre et de dioxyde de carbone (CO2), rapporte Le Point. Mais l’élément le plus abondant composant ces vapeurs était bel et bien l’eau. 

Seulement, comment être certain que l’eau est présente sur toute la surface du globe martien ? Laura Leshin explique que l’écorce terrestre de la planète est composée principalement de sable, de poussière, et de petites roches. Celles-ci, au fil des violentes tempêtes qui parsèment le globe, sont déplacées inlassablement. Au final, un simple échantillon est en mesure de donner un aperçu global de la composition sédimentaire de toute la surface martienne. 

Des retombées massives 

Publicité
Après cette découverte, c’est une infinité de possibilités qui s’ouvre pour les chercheurs en charge de la mission martienne. Bien que la théorie de présence microbienne ait été infirmée, la présence d’eau faciliterait grandement une exploration humaine. En effet, celle-ci pourrait procurer des ressources vitales aux astronautes, mais également leur permettre la récolte de carburant en vue d’une retour sur Terre, rapporte 20 Minutes. La découverte apporte par ailleurs de nombreux éléments concernant le passé de Mars, notamment la certitude de présence très abondante d’eau, comme l’ont confirmé les glaciers situés aux pôles, ainsi que la forte probabilité d’une présence microbienne. 

Ci-dessous, une vidéo résumant l'année de Curiosity sur Mars : 

Publicité