Vidéos Argent/Bourse
Alain Vidalies, ministre des Transports, voudrait créer un fonds annuel de 100 millions d'euros. Les secteurs du taxi et du VTC seraient mis à contribution pour l'abonder, et non le contribuable
Vidéos à la une
Uber France a été condamné ce jeudi à 800.000 euros d'amende -dont la moitié avec sursis- pour la mise en service et la promotion de l'application UberPop, offre payante de transport entre particuliers suspendue depuis près d'un an. Mais pour Jonathan Bellaiche, avocat des Taxis de France, la peine n'est pas assez lourde.
Vidéos à la une
Alors que les mouvements sociaux s'amplifient, les artisans et notamment les chauffeurs de taxis, sont de plus en plus inquiets pour leur activité. A Marseille, certains d'entre eux passent 2,3 heures voire 4 heures à sillonner chaque jour les routes avant de trouver une station essence ouverte. C'est pourquoi, bon nombre d'entre eux aimeraient que des stations soient réquisitionnées afin de pouvoir maintenir à flots leur commerce.
Vidéos à la une
Après la grève qu'a menée la SNCF ce mardi, une nouvelle mobilisation est déjà prévue mi-mai. Aiguilleurs du ciel, enseignants ou taxis... Depuis le début de l'année, les conflits se multiplient en France, ce qui conforte l'image d'un pays régulièrement paralysé. Alors, sommes-nous vraiment les champions de la grève ?
Vidéos à la une
L'ancienne présidente de l'Ina a plaidé coupable pour les 23.000 euros de frais de taxis lorsqu'elle était à son poste. Le tribunal de grande instance de Créteil l'a condamnée à 4.500 euros d'amende. La seconde audience, concernant cette fois les frais du Centre Pompidou, se tiendra vendredi.
Vidéos à la une
L'ancienne présidente de l'Ina a plaidé coupable pour les 20.000 euros de frais de taxis lorsqu'elle était à son poste. Son audience devant le tribunal de grande instance de Créteil devra confirmer sa peine. La seconde, sur les notes du Centre Pompidou, se tiendra vendredi matin.
Vidéos à la une
LA CHRONIQUE ÉCO. Le gouvernement a annoncé lundi la création d'un fonds de garantie pour le rachat des licences de chauffeur de taxi par l'Etat, une demande récurrente de ces derniers depuis l'arrivée des VTC. Objectif : garantir aux taxis qu'ils vont retrouver leur mise d'origine, sans faire de plus-value sur le dos de l'Etat. Précisions avec Isabelle Gounin, journaliste au service économie de LCI.
Vidéos à la une
Alain Vidalies, secrétaire d'Etat aux Transports, a annoncé lundi la création d'un fonds de garantie pour le rachat par l'Etat des licences de chauffeur de taxi. Une réforme réclamée depuis longtemps par ces derniers qui ont vu le prix de leur licence chuter lourdement avec l'arrivée des VTC, alors que certains s'étaient lourdement endettés pour la financer.
Vidéos à la une
Après des mois passés à crier leur colère, les chauffeurs de taxi voient peut-être le bout du tunnel. Alors que des opérations escargots étaient menées à Toulouse lundi 4 avril, le secrétaire d'Etat chargé des Transports Alain Viladies a proposé d'indemniser les chauffeurs qui souhaiteraient vendre leur licence. Car celle-ci n'a cessé de perdre de sa valeur depuis l'arrivée des VTC : moins de 170.000 euros la plaque, contre 220.000 euros auparavant. Le gouvernement propose donc de racheter la fameuse licence à un prix stabilisé via un fond de garantie. Une mesure accueillie avec prudence par la profession.
Vidéos à la une
Alors que le gouvernement a annoncé ce lundi son intention de racheter les licences des taxis qui le souhaitent, le président de l'Union nationale des taxis Mouhssine Berrada ne s'est pas montré satisfait par cette décision. "Le gouvernement vient de confirmer que l'application de la loi coûte plus cher considère que d'indemniser les taxis. (...) C'est très grave" a-t-il déclaré.
International
Profitant de l’arrêt du transport ferroviaire après les attaques terroristes à Bruxelles, plusieurs chauffeurs de taxis ont proposé leur service moyennant beaucoup d’argent.
International
Selon les médias belges, le chauffeur d’un taxi a reconnu les trois terroristes présumés qui étaient montés dans sa voiture peu avant les attaques. Il a ensuite mis la police sur une piste qui s’est révélée fructueuse. 
Vidéos à la une
L'acteur Samy Naceri, connu pour ses démêlés avec la justice, avait un peu disparu des écrans. Il revient aujourd'hui avec un clip champêtre, intitulé "Une seconde chance". Le chauffeur de "Taxi" avait déjà sorti un album, en 2013 : "Le retour", avec là aussi, du slam et du rap. Cette fois-ci, le comédien annonce "un album autobiographique" intitulé "Autre regard".
Vidéos à la une
Ce lundi, à l'appel de leur syndicat SETP, les chauffeurs de VTC se mobilisent pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail et l'acharnement des contrôles policiers. Emmy Labaigs, envoyée de LCI au sein du cortège, explique que les VTC roulent actuellement au ralenti en direction de Paris, causant de gros ralentissements sur l'autoroute A1.
Vidéos à la une
Aujourd'hui, un tiers des voyageurs optent pour le taxi. Jusqu'à aujourd'hui, la course pouvait excéder 100 euros. Désormais, les chauffeurs doivent appliquer un forfait : 50 euros pour rejoindre Roissy-Charles-de-Gaulle, 35 euros pour Orly. Il existe cependant d'autres moyens de se déplacer : les navettes Air France pour un peu plus de 12 euros, ou encore les bus RATP, pour 7,70 euros le trajet.
Actualités
Chaque début de mois est marqué par des changements pour les consommateurs français. Voici ce qui est prévu à compter du 1er mars.  
Magazine auto
Plus de contrôles, la fin de la licence payante, une formation... Voici les différentes pistes proposées pour mettre fin au conflit entre taxis et VTC.  
Vidéos à la une
Jusqu'à présent, les migrants présents en Macédoine, pouvaient se rendre en Serbie en taxi. Compter 25 euros la course et par personne. Mais désormais, ils emprunteront les trains ou les autocars. Les chauffeurs macédoniens, en colère, ont barré les routes.
Vidéos à la une
Ce mercredi, des taxis français ont traversé la Manche pour aller soutenir leurs confrères britanniques à Londres, qui protestent contre l'installation des chauffeurs de VTC. Tout le centre de la capitale anglaise a été paralysée par une manifestation rare outre-Manche.
Vidéos à la une
Après trois jours de mobilisation, les chauffeurs de VTC ont décidé de poursuivre leur mouvement ce samedi par "frustration" face à l'attitude "pro-taxi" du gouvernement. Vendredi, plusieurs centaines de voitures avaient déjà bloqué la place de la Nation à Paris.
Vidéos à la une
"Il ne faut pas assassiner un secteur pour en faire vivre un autre", a déclaré Ali Soulei, chauffeur de VTC. Pour la troisième journée consécutive de protestation, 140 VTC environ étaient rassemblées cet après-midi place de la Nation. Dans la matinée des chauffeurs ont bloqué l'accès à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle depuis l'autoroute A1. Des chauffeurs inquiets pour leurs emplois après les concessions accordées aux taxis par Manuel Valls.
Vidéos à la une
Sur l'autoroute A1, des VTC mobilisés contre les concessions du gouvernement aux taxis ont bloqué vendredi soir pendant presque deux heures la circulation. A côté de l'aéroport Charles-de-Gaulle, ils ont imposés à des chauffeurs de VTC et des taxis d'abandonner leur clientèle sur le bord de la route, en stoppant le compteur. Les forces de l'ordre, qui ont levé le barrage, ont réquisitionné des taxis, même s'ils étaient occupés. L'accès principal à Roissy est toujours fermé par la police. Les VTC, eux, ont pris la direction de la Porte Maillot.
Vidéos à la une
A la suite des manifestations de VTC, le médiateur Laurent Grandguillaume a réagi sur BFMTV pour affirmer qu'il ne savait pas " de quelle organisation" sont les manifestants, puisque toutes les organisations étaient avec lui "autour de la table". En ce qui concerne les négociations, le député socialiste a déclaré que "le travail est constructif". "L'idée est d'aboutir à une concurrence saine, loyale, avec des règles justes et qui soient respectées", a-t-il expliqué. "Il faut des qualifications, c'est normal qu'il y en ait, qu'il y ait une protection des consommateurs quand on transporte des personnes", a-t-il conclu.
Vidéos à la une
Quarante-huit heures après la manifestation à Paris, les professionnels ayant recourt à Uber et à des plateformes similaires manifestent à...
Vidéos à la une
La mobilisation des VTC se poursuit vendredi, du côté de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle. Les chauffeurs de VTC ont mis en place des barrages filtrants et obligent les taxis à arrêter le compteur pour transporter les voyageurs jusqu'à l'aérogare. Certaines personnes ont dû décharger leurs valises pour tenter de rejoindre les terminaux à pied. Les policiers sont nombreux en raison de l'atmosphère sous tension.
Vidéos à la une
Ce vendredi, les VTC continuent leur mouvement de contestation. Pendant ce temps, les autorités multiplient les contrôles en vérifie toutes les pièces administratives des véhicules, mais regardent aussi si les chauffeurs sont en possession d'une réservation préalable. En effet, un VTC ne peut stationner dans un endroit en attendant le client. Sur les 4000 voitures contrôlées, 1300 infractions ont été relevées.
Vidéos à la une
Rassemblements et blocages des routes, taxis, agriculteurs et VTC ont manifesté librement malgré l'État d'urgence. Une situation légale, la loi de 1955 offrant seulement d'interdire "les réunions de nature à provoquer ou entretenir le désordre". En novembre, la manifestations en marge de la COP21 avait pourtant été durement réprimandée. Et ce genre de situations pourrait se reproduire.
Vidéos à la une
Après les annonces de Manuel Valls en faveur des taxis, les VTC ont manifesté ce mercredi, à Paris. Le gouvernement souhaite restreindre les conditions de la licence Loti qui autorise le transports des personnes. Les chauffeurs de VTC se sentent sacrifier par l'Etat, accusé de vouloir acheter la paix social avec les taxis.
Vidéos à la une
"Il y aurait eu quelques débordements à la Concorde", a expliqué notre envoyée spéciale sur place, Laura Pouget. Après les annonces de Manuel Valls en faveur des taxis, les VTC manifestent ce mercredi, à Paris. Une délégation est reçu à Matignon.
Actualités
A partir de chiffres récoltés par les économistes d’UBS, Le Figaro a établi mercredi le classement des villes du monde entier où les taxis sont les plus chers. Voici les 15 premiers du palmarès. 

Pages

Publicité