Politique
L'ancien garde des Sceaux a tenu à répliquer aux propos du Premier ministre sur sa politique pénale quand elle était au gouvernement.
Vidéos Argent/Bourse
Le nombre de détenus dans les prisons a atteint un nouveau record en juillet. 69 375 personnes ont été incarcérées pour 58 311 places "opérationnelles", soit une croissance de 1,2% sur un mois et de 3,8% sur un an. Parmi ces prisonniers, 1 648 étaient installés directement sur des matelas posés au sol. En mars dernier, la France était pointée du doigt comme l'un des mauvais élèves en matière de surpopulation carcérale. Par ailleurs, elle se voit régulièrement rappelée à l'ordre par la Cour européenne des droits de l'Homme pour "traitements dégradants" des détenus. - Avec: Elisabeth Pochon, députée PS de Seine-Saint-Denis. - 18h l'heure H, du mardi 19 juillet 2016, présenté par David Dauba, sur BFM Business.
Politique
Depuis son départ du gouvernement elle était restée plutôt silencieuse. Aujourd'hui, Christiane Taubira sort de son silence pour commenter une lourde décision du président de la République. 
Politique
À chaque remaniement a lieu le chassé-croisé des ministres : les uns sont promus, les autres sont congédiés. Mais que sont devenus les anciens poids lourds du gouvernement ?
Politique
Avec le départ précipité de Christiane Taubira et celui probable de Laurent Fabius au Conseil constitutionnel, le président devra conjuguer cohésion et rassemblement avant 2017.
Vidéos à la une
Manuel Valls est venu présenter mercredi en commission des Lois le projet de révision constitutionnelle. Il en a profité pour "saluer l'action de Christiane Taubira", qui a annoncé sa démission du gouvernement mercredi. Le Premier ministre a également loué la "rigueur intellectuelle et l'indépendance, la cohérence" de Jean-Jacques Urvoas, qui a été nommé ministre de la Justice. A lire aussi : >> Urvoas ministre de la Justice : Raimbourg (PS) devient rapporteur de la révision constitutionnelle >> Démission de Taubira : Eric Ciotti (LR) salue la fin d'une "période de confusion" >> Urvoas ministre de la Justice : hommage unanime de la commission des Lois
Vidéos à la une
Jean-Jacques Urvoas a été nommé ministre de la Justice après la démission de Christiane Taubira. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la personnalité de l'ancien président de la commission des Lois a su séduire les membres de ladite commission. Mercredi matin, plusieurs députés lui ont rendu hommage. Patrick Mennucci (PS) a loué ses "très très grandes qualités", Philippe Goujon (LR) son "talent" et ses "capacités", Jean-Christophe Lagarde (UDI) a regretté que Jean-Jacques Urvoas n'a pas été nommé "plus tôt" tandis qu'Alain Tourret (RRDP), qui "siège à la commission des Lois depuis 1997", a évoqué un "président d'exception".
Vidéos à la une
Bernard Cazeneuve était l'invité dimanche matin du Grand Rendez-vous Europe 1- Le Monde - I-Télé.
Vidéos à la une
Serge Portelli, magistrat et président de chambre à la cour d'appel de Versailles, déplore les atteintes aux libertés publiques causées par l'état d'urgence.
Vidéos à la une
Après le couac qui a lieu sur la question de la déchéance de nationalité, beaucoup demandent la démission de Christiane Taubira. Dans Europe Midi, présenté par Patrick Roger et Fabienne Le Moal, vous nous avez donné votre avis sur la question.
Vidéos à la une
La déchéance de nationalité est finalement maintenue dans le projet de révision de la Constitution, annonce le Premier ministre Manuel Valls ce mercredi 23 décembre, après plusieurs jours de tergiversations, et contrairement à ce qu'avait déclaré la ministre de la Justice Christiane Taubira.
Vidéos à la une
Christiane Taubira, la ministre de la Justice, a déclaré mercredi lors de la séance des questions au gouvernement que l'Etat allait déployer dans les prisons "dès janvier 2016" des "brouilleurs" de téléphone portable de "très haute technologie", "dernière génération". La garde des Sceaux répondait à une interpellation du député Les Républicains David Douillet, qui avait assuré que "tout circule dans les prisons : des couteaux, de la drogue, des téléphones portables." L'élu des Yvelines a réclamé l'installation de "brouilleurs dans les cellules d'isolement". "Concernant les brouilleurs, nous en avons 628 en service dans 95 établissements", a répondu la ministre, évoquant des "contraintes très lourdes", comme l'"architecture (des prisons) qui peut perturber l'émission des signaux" ou encore la "technologie", qui peut "évoluer très vite". Christiane Taubira a également évoqué des "problématiques de santé sur les personnels, les détenus, les voisins", même si celles-ci pourraient être atténuées par les nouveaux dispositifs déployés en janvier. La garde des Sceaux a également évoqué le déploiement de "détecteurs de téléphones portables" (289 aujourd'hui, 346 d''ici à la fin de l'année) et le recrutement de "140 agents" chargées de "fouilles sectorielles qui sont plus fréquentes et plus légères".
Politique
Le Canard enchaîné a révélé les grandes lignes de l’échange entre le président et son prédécesseur, deux jours après les attentats de Paris.
Vidéos à la une
Vingt ans après la mort du magistrat français Bernard Borrel, à Djibouti, une dizaine de scellés ont été détruits par erreur l'an dernier. Sur les objets détruits se trouvaient des traces d'ADN ou des empreintes digitales qui auraient peut-être pu faire avancer l'enquête. L'avocat de la famille dénonce un scandale judicaire. La veuve du juge Borrel est persuadée que l'assassinat de son mari est un crime d'État, pouvant impliquer l'actuel président de Djibouti. La ministre de la Justice, Christiane Taubira, a ordonné une enquête pour comprendre comment et pourquoi les services judiciaires ont pu commettre une telle erreur.
Vidéos à la une
Un avocat a tiré sur le bâtonnier du Tribunal de Melun avant de se donner la mort jeudi matin. Le bâtonnier est depuis dans un état critique. L'avocat a pu pénétrer dans le palais de justice de Melun avec son arme. La sécurité du tribunal avait été récemment accrue grâce notamment à l'installation de portiques de sécurité. Mais les avocats ne font pas l'objet d'une fouille des effets personnels. Après le drame de Melun, la question de leur contrôle à l'entrée des tribunaux est évoquée. Les avocats n'ont pour le moment pas demandé de mesures de sécurité supplémentaires. La garde des Sceaux, Christiane Taubira, se dit prête à rencontrer les représentants des professions judiciaires.
Vidéos à la une
Les avocats du barreau de Lyon sont actuellement en grève pour protester contre le projet de réforme de l'aide juridictionnelle.
Vidéos à la une
Au menu de ce mercredi 21 octobre, un nouveau Premier ministre canadien qui détonne, un échange musclé entre David Rachline et Christiane Taubira, et une histoire de pupitre... Du lundi au jeudi, le PoliticoZap est un rendez-vous décalé sur l'actualité politique. .
Vidéos à la une
Christiane Taubira a précisé mercredi, lors de la séance des questions au gouvernement, la position du gouvernement sur l'aide juridictionnelle. "Ce budget, nous n'avons cessé de l'augmenter depuis que nous sommes aux responsabilités." "Nous discutons avec les représentants nationaux des avocats depuis trois ans (...) car nous voulons réformer un système dont les rapports disent depuis 2001 qu'il est à bout de souffle", a expliqué la ministre, qui a annoncé mercredi renoncer au mode de financement de sa réforme sur le sujet, très contestée par les avocats. La réforme prévoyait une augmentation du budget de l'aide juridictionnelle financée par un prélèvement sur les intérêts de fonds placés dans des caisses (Carpa) gérées par les avocats.
Vidéos à la une
300 avocats en colère ont bloqué l'accès au tribunal de Lille. La profession s'oppose au projet de la réforme de l'aide juridictionnelle.
Vidéos à la une
A Lille et un peu partout en France les avocats sont en grève. Ils s'opposent au projet de la garde des Sceaux, Christiane Taubira, de réformer l'aide juridictionnelle. Le mouvement est suivi par 141 des 164 barreaux français. Grâce à cette réforme, le nombre de personnes pouvant bénéficier de l'aide juridictionnelle va augmenter mais la rémunération des avocats va diminuer, alors qu'ils estiment qu'elle ne doit pas baisser. S'ils ne sont pas écoutés, les avocats menacent de durcir le mouvement de grève.
Vidéos à la une
Lors de son passage jeudi dans Politique matin, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a vivement critiqué l'action de la ministre de la Justice Christiane Taubira. Au lendemain de la première manifestation des forces de police depuis 1983, le député de l'Essonne a estimé qu'avec la ministre "c'est portes ouvertes à la prison". Le candidat à la présidence de la région Île-de-France considérant que la loi Taubira "fait que des gens condamnés à cinq ans de prison, se retrouvent dans la nature".
Vidéos à la une
Pour répondre à la mobilisation des policiers, Manuel Valls, le Premier ministre, a annoncé une série de mesures notamment la simplification de la garde à vue. Entouré de la Gardes des Sceaux, Christiane Taubira, et du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le locataire de Matignon a indiqué qu'il souhaitait un équilibre un meilleur équilibre et une meilleure communication entre la police et la justice. Les permissions de sorties seront examinées plus en profondeur. François Hollande recevra les syndicats de police et de justice la semaine prochaine à l'Élysée
Vidéos à la une
Cette manifestation est donc une manière de dénoncer le 'laxisme' de la justice qui selon eux ne punit pas assez les délinquants.
Vidéos à la une
Cette manifestation est donc une manière de dénoncer le 'laxisme' de la justice qui selon eux ne punit pas assez les délinquants.
Vidéos à la une
Le député Les Républicains de Savoie, Hervé Gaymard, a considéré, lundi dans Politique matin, que la politique menée par la ministre de la Justice, Christiane Taubira, était un "échec", après la fusillade à Saint-Ouen, lundi 5 octobre, où un policier de la BAC a été gravement blessé par un détenu "fiché S". Celui-ci était en fuite après une permission de sortie.
Vidéos à la une
" Il n'est pas correct de dire que ce sont des personnes embauchées au noir" se défend Christiane Taubira, qui réagissait au rapport d'inspection interministérielle. au sujet des 40 000 personnes qui travaillent sans être déclarées pour le ministère de la Justice. A la sortie du conseil des ministres, mercredi, la ministre de la Justice a préféré parler de "collaborateurs occasionnels du service public". " Je suis la première garde des sceaux à avoir pris le problème en charge, car j'estime d'abord que le ministère de la Justice doit être exemplaire" assure Christiane Taubira, qui assure travailler à la clarification du statut de ces collaborateurs.
Vidéos à la une
Ce matin les Grandes Gueules sont revenues sur l'action des membres des Jeunesses socialistes qui ont pris à parti Manuel Valls lors du dîner de clôture des Universités d'été. Ces derniers se sont montrés hostiles à la volonté d'Emmanuel Macron de remettre en cause les 35 heures. Etienne Liebig n'est pas non plus d'accord avec les idées du ministre de l'Economie et avoue préférer Christiane Taubira, plus humaniste, parmi les membres du gouvernement. Aussi, notre grande gueule ne juge pas anormal qu'il y ait plusieurs tendances dans un même gouvernement.
Politique
Sur les 39 articles de la loi d’adaptation de la procédure pénale au droit de l’Union européenne, 27 ont été censurées par les Sages.
Vidéos à la une
Invitée jeudi sur BFMTV, la garde des Sceaux Christiane Taubira a condamné les débordements survenus à l'occasion de cette première journée de mobilisation des taxis contre le service UberPop. "Les violences d'une façon générale sont inadmissibles. Sur la voie publique, c'est inacceptable", a déclaré la ministre de la Justice. "Même quand on est dans son droit, si l'on cède à la violence, on se met en tort", a poursuivi Christiane Taubira. Par ailleurs, la garde des Sceaux a indiqué qu'il y a actuellement "à peu près 500 procédures qui concernent les chauffeurs" UberPop. Christiane Taubira a invité les tribunaux à "procéder à la confiscation du véhicule" de ces derniers "en cas de récidive".
Vidéos à la une
Invitée jeudi sur BFMTV, la garde des Sceaux Christiane Taubira a condamné les débordements survenus à l'occasion de cette première journée de mobilisation des taxis contre le service UberPop. "Les violences d'une façon générale sont inadmissibles. Sur la voie publique, c'est inacceptable", a déclaré la ministre de la Justice. "Même quand on est dans son droit, si l'on cède à la violence, on se met en tort", a poursuivi Christiane Taubira. Par ailleurs, la garde des Sceaux a indiqué qu'il y a actuellement "à peu près 500 procédures qui concernent les chauffeurs" UberPop. Christiane Taubira a invité les tribunaux à "procéder à la confiscation du véhicule" de ces derniers "en cas de récidive".

Pages

Publicité