Vidéos A la une
Les grèves à la SNCF vont-elles prendre fin prochainement? Dans la nuit de lundi à mardi, la société de chemins de fer est parvenue, après 19 heures de négociations, à un accord avec deux des quatre syndicats, la CFDT et l'UNSA. Pour ces syndicats réformistes, il est temps de mettre fin à la grève. En revanche, Sud-Rail va poursuivre son mouvement de contestation. La CGT cheminots, qui est le premier syndicat à la SNCF, attend lui quelques jours avant de se prononcer sur le texte.
Vidéos Argent/Bourse
Le membre de Sud Rail Emmanuel Grondein, invité de BFM Story sur BFMTV ce mardi, a expliqué pourquoi la SNCF avait voté la grève reconductible. Selon lui, les craintes se portent surtout sur la flexibilité de l'emploi et son lien avec la sécurité de l'emploi. "La règlementation qui existe aujourd'hui existe parce que la flexibilité était trop présente et ça a créé des incidents", a-t-il expliqué. "On voudrait qu'on comprenne enfin que les salariés, ce n'est pas de la chair à canon, ce n'est pas de la chair à patron", a-t-il conclu.
Vidéos Argent/Bourse
Grève hebdomadaire et mouvement reconductible à la SNCF. La CGT et Sud Rail bombent le torse. Le premier appelle à la grève chaque mercredi et jeudi, le second a appelé à un mouvement reconductible à partir de mercredi. Les syndicats cherchent à peser dans les négociations sur la réforme du statut des cheminots. La direction de la SNCF s'attend à un mouvement relativement suivi cette semaine avant de rapidement s'essouffler. Malgré tout après plusieurs années de relatif calme social à la SNCF le climat est de plus en plus électrique.
Société
Mercredi 26 novembre, la CGT et Sud-Rail ont appelé les contrôleurs à faire grève pour protester contre de nouvelles dispositions dans l'organisation du travail.
Vidéos A la une
Nicolas Doze a donné son point de vue sur la grève à la SNCF contre la réforme ferroviaire: une situation symbolisant la panne des relations sociales.
Vidéos A la une
Au 6e jour de la grève des cheminots lundi, premier jour des épreuves du bac, la SNCF a prévu un dispositif exceptionnel pour assurer l'acheminement des candidats à leurs centres d'examens, en mobilisant 10.000 gilets rouges. Candidats au bac, voici le mode d'emploi pour vous organiser au mieux aujourd'hui.
Vidéos A la une
Après avoir déclaré sur l'antenne de France-Info que "la journée du bac se trouve être menacée par les positions de deux syndicats", Frédéric Cuvillier est revenu préciser sa position sur BFMTV. "Le bac n'est pas menacé, il peut y avoir des conséquences suite au mouvement de grève reconduit par deux organisations syndicales", a-t-il nuancé. "Avec mon collègue Benoît Hamon, nous prenons toutes les dispositions pour ne pas pénaliser les jeunes lycéens qui seraient perturbés par des conditions de transports dégradées", a continué Frédéric Cuvillier.
Société
La réunion entre les syndicats de cheminots et le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, jeudi n’a rien changé. Au contraire, les syndicats ont reconduit le mouvement à la journée de vendredi provoquant à nouveau d’importantes perturbations. Le mouvement social a par ailleurs été prolongé ce vendredi de 48 heures. Plus de détails.
Vidéos A la une
La grève à la SNCF a été reconduite jeudi pour un troisième jour consécutif. Pour les clients, un service minimum a été mis en place dans les gares. Mise en place sous Nicolas Sarkozy par le gouvernement Fillon, cette mesure vise à assurer la continuité d'un service durant les grèves pour empêcher la paralysie totale du pays. Mais des voix s'élèvent, notamment à droite, pour réclamer un durcissement de cette loi.
Vidéos A la une
Les espoirs d'une levée de la grève des cheminots vendredi se sont amenuisés après l'appel de la CGT-Cheminots et de SUD-Rail à "poursuivre et amplifier le mouvement", alors que les assemblées générales des grévistes doivent se prononcer sur sa reconduction ou non lors d'assemblées générales dans la matinée.
Vidéos A la une
Les syndicats de cheminots sont ressortis en ordre dispersé des négociations menées ce jeudi, au ministère des Transports, sur la réforme ferroviaire très contestée. Sud Rail n'a pas souhaité poursuivre les discussions et a quitté la table au bout de trente minutes d'entretien. À contrario, la CGT, premier syndicat à la SNCF, parle d'un "vrai échange avec le gouvernement" et se prononcera jeudi "dans la soirée" sur les engagements pris par le secrétaire d'État aux Transports Frédéric Cuvillier.
Publicité