Vidéos à la une
Six mois jour pour jour après les attentats qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis, le 13 novembre 2015, les rapports d'autopsie n'ont toujours pas été versés au dossier d'instruction. Pourtant, ces autopsies ont toutes été réalisées très rapidement après les attentats, mais c'est leur retranscription qui prend du temps. Les familles, qui attendent de savoir ce qu'il s'est exactement passé ce soir-là, ne comprennent pas.
Vidéos à la une
Stéphane Gicquel, le secrétaire général de la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs, a réagi sur le plateau de BFMTV au terrible accident de la route impliquant un camion et un autocar, vendredi à Puisseguin en Gironde. Selon lui, "le bon dispositif est celui qui est à l'écoute des gens et suffisamment souple pour s'adapter à toutes les questions". Il est également revenu sur la présence d'hommes politiques sur les lieux du drame: "la solidarité ne doit pas être que des mots mais des actions. La présence de ses hauts responsables politiques n'a pour nous de sens, que si elle permet d'apporter des solutions spécifiques pour rassurer les familles de victimes".
Publicité