Vidéos à la une
127 cerceuils alignés au mémorial de Potocari près de Sebrenica, 127 victimes du génocide dont les restes ont été inhumés lundi à l'occasion du 21è anniversaire du massacre. En juillet 1995, 8000 hommes et adolescents musulmans ont été exécutés par les forces serbes de Bosnie. Une tuerie considérée comme un génocide par la justice internationale ce que conteste la Republika Srpska, l'entité serbe de Bosnie. #Bosnie: 21 ans après, 127 victimes inhumées à #Srebrenica https://t.co/fzgYdUQPGd pic.twitter.com/IIlbXsHebf- Le Soir (@lesoir) 11 juillet 2016 Une foule en pleurs souligne le 21e anniversaire du massacre de #Srebrenica https://t.co/uSWL12SQWG pic.twitter.com/mpYGMbNBbl- Métro Montréal (@metromontreal) 11 juillet 2016 Une double peine pour les familles des victimes toujours très affectées. 'J'ai perdu mon mari ici, et je me suis enfuie avec mes deux enfants à travers les montagnes en 1995 en direction de Tuzla explique Fatima Duric. Après toutes ces années, son corps a été trouvé. En fait, seulement quelques os. Et c'est ce que j'enterre aujourd'hui.' 'J'ai parfois envie de disparaître de la surface de la terre quand j'entends quelqu'un dire que nous mentons à propos du massacre s'indigne Ramiza Omerovic. Comment peut-on dire que nous mentons à ce sujet ? C'est honteux ! J'ai perdu mon père, ma mère et mon mari. J'avais seulement 20 quand je me suis retrouvée avec trois petites filles.' Prière collective pour des milliers de personnes dans les allées du cimetière où reposent déjà plus de 6400 victimes. Plus de 1000 personnes sont toujours recherchées. avec AFP
Vidéos à la une
Le massacre de Srebrenica, c'était il y a plus de 20 ans, en juillet 1995. Un drame que les habitants de cette ville de Bosnie n'ont pas oublié. Une page d'histoire qu'ils s'apprêtent à relire en même temps que les juges du tribunal pénal international de La Haye. Le TPI doit en effet rendre ce jeudi son verdict concernant l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic. A Srebrenica, 8000 musulmans ont été massacrés. Un 'génocide', aux yeux du procureur. Un cauchemar, toujours à l'esprit des témoins de l'époque. 'Quand je dors dit cette femme, je me réveille parfois en sursaut avec les coups de feu qui résonnent dans ma tête. Ce que j'espère, c'est que Karadzic aura la peine la plus lourde.' 'Ce qui compte pour moi, aujourd'hui, dit cet homme, c'est d'avoir de quoi manger pour moi et les enfants. Concernant Karadzic, s'il est coupable, alors il sera puni.' Eviter que cela se résume à un morceau de papier Faut-il ou non rouvrir les plaies du passé ? La question divise. Le maire de la ville amil Duraković estime, lui, que ce verdict, il sera davantage suivi et commenté à La Haye qu'ici à Srebrenica. Cela dit, ajoute-t-il, 'si le jugement ne s'accompagne d'aucun changement réel dans le pays, alors cela voudra dire que tout ce procès n'aura servi à rien'. 'Cela ne fera qu'avaliser le génocide et tout ce qui s'est passé dans ce pays. Il ne faudra pas que tout cela se résume à un simple morceau de papier.' Radovan Karadzic est accusé d'avoir planifié un 'nettoyage ethnique', voulant chasser les musulmans et les Croates des territoires revendiqués par les Serbes de Bosnie. 'Ici, la moitié des gens prient dans des églises, l'autre moitié prient dans des mosquées, commente Andrea Hajagos, envoyée spéciale d'euronews à Srebrenica. Vu ces différences religieuses et les clivages toujours existant, le jugement qui sera rendu risque de ne pas faire que des heureux.'
Vidéos à la une
Tout ne s'est pas déroulé comme prévu ce samedi au Mémorial de Potocari en Bosnie-Herzégovine pour le 20e anniversaire de ce sombre épisode de la guerre intercommunautaire des années 90, le massacre de Srebrenica. Un massacre qualifié de génocide par la justice internationale où quelque 8 000 hommes et garçons musulmans ont été exécutés par les forces serbes bosniennes. La présence du Premier ministre serbe Aleksander Vucic dont le pays refuse le terme de génocide a fait grincer bien des dents. Et une foule en colère lui a lancé des pierres. Certains ont tenté de s'en prendre physiquement à lui. Par hauts-parleurs, les organisateurs ont lançé des appels au calme. Un imam a alors commencé à prononcer une prière et la plupart des participants se sont tournés pour prier en attendant la mise en terre de 136 victimes du massacre récemment identifiés. Le dirigeant serbe a ensuite dénoncé une tentative d'assassinat. Avant que Vucic ne soit chassé du mémorial, l'ancien président américain Bill Clinton avait salué sa présence. 'En tant qu'ami de la Bosnie, je veux remercier le Premier ministre serbe d'avoir eu le courage de venir ici, a déclaré Bill Clinton, qui s'est rendu lui aussi sur place ce samedi. C'est important de le reconnaître'. Selon l'agence officielle serbe Tanjug, Vucic a été touché à la tête, et ses lunettes ont été brisées. Vendredi, le ministre serbe de l'Intérieur avait averti des risques pesant sur la sécurité du Premier ministre. Avec AFP et Reuters
Vidéos à la une
Des dizaines de milliers des personnes étaient réunies samedi à Srebrenica pour le 20e anniversaire de la pire tuerie perpétrée en Europe depuis la Seconde guerre mondiale : le massacre en Bosnie de 8.000 Musulmans, qualifié de génocide par la justice internationale. Le Premier ministre serbe, Aleksandar Vucic, a été chassé de la cérémonie par une foule en colère qui lui lançait des pierres.
Vidéos à la une
Ils sont des milliers ce samedi à participer aux cérémonies de commémoration du 20e anniversaire du massacre de Srebrenica en Bosnie-Herzégovine. Celui de 8 000 hommes et garçons musulmans par les forces serbes bosniennes. Ce fut la pire tuerie en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les restes de 136 victimes récemment identifiées devaient être mis en terre ce samedi au mémorial de Potocari dans l'est du pays. Parmi les personnalités internationales présentes venant assister aux commémorations, Bill Clinton l'ancien président des Etats-Unis dont le gouvernement fut l'architecte des accords de paix de Dayton qui ont mis fin au conflit bosnien.
Vidéos à la une
Zvornik, Bosnie-Herzégovine - 8 Juil 2015 - Il y a 20 ans, le massacre de Srebrenica, en Bosnie, faisait 8000 morts. En juillet 1995, 15 000 Bosniaques, musulmans du pays, ont fui la ville pour échapper aux forces serbes de Bosnie. Seulement 7000 ont survécu. Mercredi, des milliers de personnes ont entamé une "marche pour la paix" sur ce même chemin, mais dans le sens inverse. Parmi cette foule de marcheurs, des rescapés n'hésitent pas à revenir, pour transmettre un message de paix. "En 1995, on marchait avec la mort, la chaleur, la violence. Aujourd'hui, on essaie de raconter une nouvelle histoire, pour célébrer la vie, l'amour et la tolérance", déclare Muhzin Omerovic, un survivant du massacre. Mercredi, la Russie a mis son veto à un projet de résolution de l'ONU, qui prévoyait de reconnaître le massacre comme un génocide. Les marcheurs devraient arriver à Sbrebrenica vendredi, à la veille de ce 20ème anniversaire.
Vidéos à la une
Ils marchent pour la paix et pour ne pas oublier le massacre de Srebrenica. Depuis mercredi matin, des milliers de personnes avancent sur la route qu'avaient prise en 1995, 15 000 musulmans pour fuir les forces serbes de Bosnie. 7000 réussiront à sauver leur vie. Samedi à Srebrenica, ils assisteront à une cérémonie commémorant les 20 ans de la tragédie. En juillet 1995, 8000 hommes ont été tués à Srebrenica, en Bosnie, par les forces serbes bosniennes. 20 ans après, les Serbes s'opposent toujours à une résolution de l'ONU condamnant le massacre. Le projet suscite la colère de Belgrade et des Serbes de Bosnie qui le jugent 'anti-serbe'. Les autorités serbes reconnaissent qu'un crime grave a été commis mais refusent qu'on parle de génocide. Dans un geste de réconciliation, le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic sera le 11 juillet à Srebrenica pour assister à la cérémonie marquant le 20e anniversaire du massacre.
Vidéos à la une
L'Etat néerlandais a été condamné pour la mort de 300 personnes lors du massacre de Srebrenica en juillet 95. 300 musulmans, réfugiés dans une base des Pays Bas sous mandat de l'ONU, évacués de la base puis massacrés plus tard par les Serbes de Bosnie. L'enquête et le procès avaient été déclenchés après une plainte déposée par les Mères de Srebrenica. Larissa Elwin, juge à la Haye : 'Les Casques Bleus néerlandais ont agi illégalement en collaborant à la déportation par les Serbes de Bosnie. Il est avéré que 300 hommes qui ont été emmenés seraient restés en vie si les Casques Bleus avaient agi correctement'. En septembre dernier, un jugement similaire avait déjà établi la responsabilité de l'Etat néerlandais dans la mort de trois hommes. Dans ce nouveau dossier, d'une ampleur toute différente, le gouvernement a promis d'indemniser les ayants-droits à hauteur de 20.000 euros chacun. 'C'est très intéressant car cela signifie que dans le futur aucun Casque Bleu ne pourra agir en dehors de la loi. Chacun doit connaître les conséquences légales de ses actes et aussi des choses qu'il n'a pas faites'. Sur les 8.000 victimes du massacre de Srebrenica, le pire génocide post-Seconde Guerre mondiale, certaines n'ont toujours pas été identifiées et enterrées.
Vidéos à la une
Près de 8.000 musulmans ont perdu la vie ici, dans l'est de la Bosnie, massacrés par les forces serbes bosniennes, en juillet 95... Un évènement considéré aujourd'hui comme un génocide, et le meurtre de masse le plus grave depuis la seconde guerre mondiale. 15.000 personnes sont venues à Srebrenica ce vendredi prier pour leurs proches disparus. A cette occasion, 175 nouvelles victimes,identifiées depuis l'année dernière, ont pu être enfin enterrées dignement. Plus de 6.000 personnes reposent aujourd'hui au mémorial de Potocari. Certaines familles, décimées lors du massacre de juillet 95, n'ont donc toujours pas pu identifier formellement leurs proches. Les procès de Radovan Karadzic et Ratko Mladic, anciens chefs politique et militaire des Serbes de Bosnie, ont lieu en ce moment à la Haye.
Vidéos à la une
Il y a 19 ans, près de 8.000 musulmans avaient perdu la vie ici, dans l'est de la Bosnie, massacrés par les forces serbes bosniennes. Un évènement considéré aujourd'hui comme un génocide, et le meurtre de masse le plus grave depuis la seconde guerre mondiale. Des milliers de personnes sont venues à Srebrenica ce vendredi prier pour leurs proches disparus. A cette occasion, 175 nouvelles victimes,identifiées depuis l'année dernière, ont pu être enfin enterrées dignement. Plus de 6.000 personnes reposent aujourd'hui au mémorial de Potocari. Certaines familles, décimées lors du massacre de juillet 95, n'ont donc toujours pas pu identifier formellement leurs proches.
Vidéos à la une
A l'occasion du 19ème anniversaire du massacre de Srebrenica, la Bosnie va porter en terre aujourd'hui 175 corps identifiés cette année. Ils rejoindront les 6.066 victimes enterrées à ce jour au cimetière de Potocari. L'an dernier encore, Fatima Efendic ignorait où se trouvait son fils. ' Je suis heureuse qu'on l'ait retrouvé. J'ai rêvé de lui la nuit dernière. Je le cherchais. Je l'ai trouvé sur le toit d'une maison, je l'ai pris sur mes genoux. Mes voeux et mon rêve se sont réalisés. Je viens juste de le prendre sur mes genoux,' dit-elle en étouffant un sanglot. Les familles de plus de 500 victimes ont cependant refusé d'enterrer les dépouilles partielles des leurs. Pour masquer leur crime, les Serbes ont en effet mélangé et disséminé les restes humains au bulldozer sur des kilomètres. Seuls des tests ADN permettent d'identifier les ossements. Un travail de titan assuré par la Commission internationale pour les personnes disparues, une organisation mise en place à l'origine par le G7 pour soutenir les accords de paix de Dayton, mais qui intervient désormais dans le monde entier pour identifier les victimes de catastrophes ou de conflits. ' D'après nos estimations, environ un millier de personnes sont toujours portées disparues. Mais en plus de ce millier de personnes, des milliers d'ossements supplémentaires, de morceaux de squelettes seront mis au jour et correspondront probablement à des dépouilles partielles qui se trouvent à la morgue. Donc c'est extrêmement complexe,' explique Kathryne Bomberger, directrice générale de la ICMP. Des milliers de personnes ont participé à une marche de la paix de trois jours jusqu'à Srebrenica en mémoire des quelques 8.000 hommes et adolescents musulmans massacrés en juillet 1995 par les forces serbes de Bosnie, sur ordre du général Ratko Mladic.
Vidéos à la une
Les “Mères de Srebrenica” demandent aux Pays-Bas de leur rendre justice. Les veuves et les mères du massacre accusent le gouvernement néerlandais, et plus particulièrement ses soldats, de ne...
Vidéos à la une
Il y a 18 ans, leurs maris, frères, pères, fils ont été massacrés ici. Nous sommes en Bosnie, à Srebrenica. 150 Mères tentent cette année encore de s’approcher de cet entrepôt agricole à Kravica, près de la ville martyre. Plus de 1000 hommes ont été massacrés dans le bâtiment, en juillet 1995....
Vidéos à la une
Les musulmans de Bosnie ont inhumé ce jeudi 409 victimes identifiées après un long travail de recherche. Sur les 8 000 personnes tuées en juillet 1995, près de 2000 n’ont pas encore pu être inhumés. Difficile dans ces conditions der faire son deuil, comme l’explique Ramiza Silkovic 62 ans, qui...
Vidéos à la une
Un bébé et 44 garçons âgés de 14 à 18 ans font partie des 409 victimes du massacre de Srebrenica récemment identifiées. Des victimes qui seront inhumées demain au mémorial de Potocari. Après leur identification, des centaines de personnes sont venues rendre un dernier hommage à leurs proches...
Vidéos à la une
L’association “Les Mères de Srebrenica” voulaient faire reconnaître la responsabilité des casques bleus néerlandais dans le massacre de 8000 musulmans commis en Bosnie par les forces serbes en 1995 (l’enclave de Srebrenica était placée sous la protection de l’ONU lorsqu’elle a été prise le 11...
Publicité