Au terme d’un match houleux, le Paris-Saint-Germain s’est imposé ce dimanche soir face à l’Olympique de Marseille (1-2). Réduit à 10 et mené à la 33ème minute, le club de la capitale a su renverser la vapeur.

© AFP

Sept cartons jaunes et un rouge. Ces chiffres montrent la tension qui a pris place ce dimanche au Vélodrome lors du classique : OM-PSG. Après une entame de match plutôt convaincante, les Marseillais ont obtenu un pénalty dès la 30ème minute suite à une faute de Thiago Motta sur Mathieu Valbuena. Une double sanction dans ce "classico" pour les Parisiens car l’arbitre de la rencontre, Clément Tupin, a sévèrement exclu l’Italien lors de cette action. André Ayew ne s’est pas fait prier et a ouvert le score d’une frappe limpide sous la barre. Dès lors, l’Olympique de Marseille a commencé à déjouer laissant le ballon à des Parisiens plus entreprenants malgré leur infériorité numérique. A force de reculer, le couteau est tombé pour les Marseillais. Suite à un centre de Van der Wiel, le Brésilien Maxwell a égalisé de la tête juste avant la pause (45ème). La faute à une sortie pour le moins présomptueuse de Steve Mandanda. Un coup de massue pour des Olympiens plutôt frileux.

A 11 contre 10, Marseille n’a pas osé

Publicité
Avec un joueur de plus dans un stade Vélodrome surchauffé, on attendait une équipe marseillaise combattante en seconde mi-temps. Malheureusement, l’OM est restée tétanisée face aux stars parisiennes. A tel point que le buteur olympien du soir, André Ayew, a offert un pénalty aux Parisiens. A la 65ème, le Ghanéen est venu déséquilibrer Marquinhos dans la surface alors que le danger n’était plus présent. Ibrahimovic, qui n’a jamais raté de pénalty en championnat, n’a pas laissé passer l’occasion d’inscrire son 3ème but en Ligue 1. L’entraineur de Marseille, Elie Baup, a quant à lui essayé le tout pour le tout en faisant rentrer coup sur coup Gignac et Khalifa mais les Olympiens ont clairement manqué d’intensité dans ce match. Les Marseillais et leur supporters pourront nourrir des regrets après ce "classico" car une victoire était possible ce soir-là face à un ogre parisien qui paraissait plutôt emprunté après son match face à Benfica. Mais cet OM-PSG aura cependant permis au club de la capitale de prouver qu'il détient un vrai groupe solidaire et non pas que des talents individuels.

Publicité