Plusieurs voix se sont élevées lundi pour dénoncer les propos tenus par la star du PSG après sa défaite face aux Girondins de Bordeaux.

"En 15 ans, je n’ai jamais vu un tel arbitre. Dans ce pays de merde. Ce pays ne mérite pas le PSG", a lâché Zlatan Ibrahimovic dimanche soir en quittant le terrain sur lequel son équipe venait de perdre contre les Girondins. Des mots forts qui n’ont pas manqué de faire réagir les politiques.

Invité du "Grand Journal" de Canal+ lundi soir, le Premier ministre s’est dit "choqué" par les propos du joueur de football et l’a appelé à adopter "un comportement exemplaire en permanence". Et même si entre-temps, Zlatan Ibrahimovic s’est excusé et a invoqué une réaction "sous le coup de l’énervement", Manuel Valls a toutefois tenu à en souligner les conséquences. "Quand on s’en prend comme ça à l’arbitrage, c’est difficile après pour les éducateurs, le samedi ou le dimanche". Nous vivons dans un période "un peu trouble, où chacun perd ses repères", a ensuite insisté le chef du gouvernement, avant de conclure : "chaque mot compte".

A lire aussi – "Pays de merde" : Zlatan insulte la France et crée la polémique

"Ceux qui considèrent que la France est un pays de merde peuvent la quitter"

Plus virulente que Manuel Valls, Marine Le Pen a quant à elle proposé une issue beaucoup plus radicale à la polémique créée par Zlatan Ibrahimovic. "Ceux qui considèrent que la France est un pays de merdre peuvent la quitter", a en effet déclaré la présidente du FN au micro de France Info. "Ils ont un melon comme ça", a également regretté le frondeur Jérôme Guedj sur Europe 1 à propos des joueurs de football. "Qu’ils jouent au foot et qu’ils nous épargnent leurs commentaires sur ce grand et beau pays" qu’est le nôtre, a-t-il préconisé. "Ras-le-bol de la non-maîtrise du langage public", a de son côté déploré le secrétaire d’Etat Thierry Mandon, lequel s’est dit "très frappé de l’espèce de radicalité, d’ultra-violence des mots qui sont utilisés".

Il faut "passer à autre chose"

Publicité
D’abord remonté contre le joueur suédois, le ministre des Sports Patrick Kanner s’est ensuite réjoui des excuses qu’il a présentées. Elles sont "bienvenues de la part de ce grand champion", a-t-il commenté sur Twitter.  "C’est un polémique qui me paraît totalement inutile. Il a prononcé ça sous le coup de la colère. Zlatan Ibrahimovic s’est excusé comme il devait s’excuser", a cependant estimé le député UMP Bruno Le Maire sur i<Télé, avant d’appeler à "passer à autre chose".

Zlatan Ibrahimovic est convoqué ce jeudi par la Commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP), laquelle pourrait décider le suspendre pendant plusieurs matchs.

En vidéo : le coup de sang de Zlatan dimanche soir