Les clubs de football professionnels français ont décidé à l’unanimité de faire la grève pour marquer leur désaccord avec le projet de taxe à 75%. Les présidents des clubs doivent rencontrer François Hollande à ce sujet la semaine prochaine.

Ils se sont réunis ce jeudi en assemblée générale. Les présidents des clubs professionnels de football ont décidé à l’unanimité de faire grève pour protester contre le projet de taxe à 75% annoncé par le gouvernement. Cette grève aura lieu le week-end du 30 novembre, et pénalisera donc la 15e journée de Ligue 1, qui devait voir la rencontre PSG-Lyon, et la 16e journée de Ligue 2. Une décision qui intervient quelques jours avant la rencontre prévue entre les présidents des clubs français et François Hollande.

« Il s'agit de sauver le football français »« D'une taxe sur les salaires, nous sommes passées à une taxe sur des entreprises en difficulté » a expliqué Jean-Pierre Louvel, le président de l’UCPF (Union des clubs professionnels de football). « Aujourd'hui il s'agit d'un mouvement qui réunit l'ensemble des clubs professionnels, des instances et des familles du football. Il s'agit de sauver le football français qui représente 25 000 emplois. Le football est un lien social. Nous allons donc communiquer pendant un mois sur l'action du football. Le week-end du 29 novembre au 2 décembre sera un week-end sans match. Les clubs organiseront des journées portes ouvertes » a-t-il ajouté.

« Certains clubs ne pourront pas payer cette taxe »La mesure instaurant une taxe à 75% sur les très hauts revenus a été votée à l’Assemblée nationale vendredi dernier. Elle doit maintenant être examinée par le Sénat. Les responsables des clubs professionnels français estiment cette mesure fiscale à 44 millions d’euros, d’après les calculs réalisés sur la base des revenus de 114 joueurs et entraineurs de Ligue 1. « Très clairement, certains clubs ne pourront pas payer cette taxe » a récemment déclaré au Figaro Bernard Caiazzo, président du club de Saint-Etienne.

Publicité
Une question de vie ou de mort« Vous savez, aujourd'hui, il y a beaucoup de clubs que vous pouvez racheter pour un euro. Le gouvernement ne se rend pas compte que le football français, ce n'est pas les millions d'euros du salaire de Zlatan Ibrahimovic. C'est l'inverse. La situation financière de la grande majorité des clubs n'a jamais été aussi difficile » a-t-il indiqué, estimant qu’il s’agit aujourd’hui « d’une question de vie ou de mort ». Avec ce mouvement de grève, ils entendent bien faire pression que le gouvernement.

Publicité