Défait avec son club de Valence en 8e de finale de la Ligue des champions, le défenseur français Adil Rami s'est fendu d'une déclaration hasardeuse pour expliquer la déroute de son équipe avant de se rétracter.

 

"Les dollars ont parlé, ça s'est vu". Boum ! Hier soir, devant les micros de Canal+, Adil Rami a tiré le premier. Le défenseur français ne défend pourtant pas les couleurs des Gunners d'Arsenal mais bien celles du FC Valence. Un club qui a pris l'eau hier soir contre Le Paris-Saint-Germain (1-2), en 8e de finale aller de la Ligue des Champions. Le pétard mouillé de l'ancien joueur de Lille relevait donc clairement de la frustration d'un joueur qui a vu son équipe être dominée pendant toute la soirée.

En insinuant que le Paris-Saint-Germain tirait avant tout sa légitimité sportive des investissements colossaux consentis par les pétrodollars de ses propriétaire qataris, le joueur a continué sur sa lancée d'avant match. Il s'était alors illustré par une sortie décapante : "L'argent n'achète pas la cohésion". Money money money… C'est bien connu, c'est le nerf de la guerre. Or à en croire l'international  tricolore le FC valence semble être pauvre comme Job. En y regardant de plus près, comme le Real Madrid et le FC Barcelone, le club che traine pourtant une dette colossale de 350 000 millions d'euros et vit au dessus de ses moyens depuis bien longtemps.

Publicité
Repris de volé sur les réseaux sociaux, Adil Rami a rapidement compris qu'il devait faire machine arrière devant les réactions indignées des internautes, comme celle de l'ex-joueur du PSG, Ali Benarbia. "Rami ? Beaucoup de joueurs sont jaloux des contrats qu’ont les joueurs du PSG" a-t-il déclaré. La forte tête d'1,90 mètre, que son ami judoka Teddy Riner décrit comme ayant "un gros mental", a immédiatement tombé le short pour enfiler le costume de pompier de service. Deux heures après le match, Rami postait sur twitter : "Quand j'ai dit que les dollars ont gagné, j'ai voulu dire que c'était un très très bon recrutement qu'a effectué le PSG, alors bravo à vous !". 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité