Vidéos à la une
Les circonstances de l'attentat de Ouagadougou sont encore floues. Selon les autorités, au moins 23 personnes de plusieurs nationalités ont été tuées lors de l'attaque contre un hôtel et un restaurant de la capitale du Burkina Faso dans la nuit de vendredi à samedi et plusieurs autres ont été blessées. L'incertitude demeure quant au nombre d'assaillants, mais d'après le ministre de la Sécurité, au moins trois ont été mis " hors d'état de nuire ". Il n'a pas été précisé s'ils avaient été tués ou arrêtés. Parmi le commando djihadiste, figuraient au moins deux femmes, selon la même source. L'attentat a été revendiqué par Al Qaïda au Maghreb islamique, à l'origine d'une attaque meurtrière contre un hôtel à Bamako en novembre dernier.
Vidéos à la une
Un commando djihadiste a mené vendredi soir une attaque sanglante et une prise d'otage dans la capitale du Burkina Faso. Le drame s'est déroulé dans un restaurant et un hôtel de Ouagadougou fréquentés par des Occidentaux. Bilan provisoire : au moins une vingtaine de morts et plusieurs blessés de différentes nationalités. C'est vers 19h45, heure locale, que des tirs ont éclaté dans le secteur de l'hôtel Splendid et d'un restaurant voisin, le Cappuccino, lui aussi prisé de la clientèle expatriée. Juste avant 2h locales, l'assaut des forces de l'ordre, appuyées par les forces spéciales françaises, a commencé sur l'hôtel. Il était toujours en cours samedi matin. Au total, une soixantaine de personnes retenues en otage ont été sorties de l'établissement. En parallèle, des échanges de tirs avaient lieu tôt dans la matinée près du restaurant, et des otages étaient exfiltrés petit à petit. Un cadre de l'armée avance "une quinzaine de morts" au Cappuccino pour le moment. Qualifiée de "terroriste" par la France, l'attentat a d'ores et déjà été revendiqué par Al-Qaïda au Maghreb islamique. Cette attaque intervient moins de deux mois après une opération similaire au Mali.
Vidéos à la une
Un commando djihadiste a mené vendredi soir une attaque sanglante sur un restaurant et un hôtel de Ouagadougou fréquentés par des Occidentaux, faisant au moins une vingtaine de morts et prenant des otages. Cette opération a été revendiquée par par Al-Qaïda au Maghreb islamique, moins de deux mois après une attaque similaire au Mali. L'assaut des forces de l'ordre, appuyées par les forces spéciales françaises, a duré plusieurs heures. Selon le ministre de l'Intérieur burkinabé, 126 personnes, dont 33 blessées, ont été libérées et trois jihadistes tués lors de l'intervention des forces de sécurité. Selon une source sécuritaire, le bilan de l'attentat serait de 23 morts, de 18 nationalités différentes. Les rescapés du drame livrent leurs premiers témoignages.
Publicité