Vidéos A la une
Des milliers de Sud-Soudanais ont manifesté pacifiquement dans les rues de Juba mercredi pour protester contre la force régionale appuyée par l'Union africaine (UA). Les manifestants se sont dirigés vers les sièges de la Mission de l'ONU au Soudan du Sud (MINUSS) et ont présenté une pétition pour protester contre une proposition de l'UA en faveur du déploiement de troupes de maintien de la paix régionales dans le pays en proie à des conflits.
Vidéos A la une
De violents combats ont lieu depuis deux jours à Juba, la capitale sud-soudanaise. Les forces loyalistes et les anciens rebelles continuent de s'affronter malgré la réprobation de la communauté internationale, impuissante. Vendredi dernier, les combats auraient fait près de 300 morts. Au moins un casque bleu chinois a perdu la vie dans l'attaque d'un véhicule blindé. Il aurait été atteint par un tir de l'armée loyaliste selon un témoin. 'Les membres du Conseil de Sécurité ont insisté sur le fait que les attaques contre les civils et les sites de l'ONU pourraient être considérés comme des crimes de guerre. Le Conseil de Sécurité est prêt à envisager d'augmenter les effectifs de l'UNMISS pour que la communauté internationale puisse mieux répondre à la violence au Soudan du Sud', a déclaré Koro Besso, l'ambassadeur japonais à l'ONU. Ces nouvelles violences coïncident avec le cinquième anniversaire de l'accession à l'indépendance du Soudan du Sud. Elles font craindre une reprise des combats à grande échelle dans tout le pays, déchiré depuis décembre 2013 par une guerre civile dévastatrice, ayant fait plusieurs dizaines de milliers de morts, opposant l'armée loyale au président Salva Kir à des rebelles soutenant le vice-président Riek Machar.
Vidéos A la une
Le président sud-soudanais Salva Kiir a fini par répondre à l'appel de la communauté internationale en décrétant un cessez-le-feu "avec effet immédiat" après quatre jours de combats meurtriers entre forces loyalistes et ex-rebelles dans la capitale Juba, qui ont forcé des milliers de civils à se réfugier auprès de l'ONU.
Vidéos A la une
C'est peut-être l'un des plus gros trafiquants de migrants à l'heure actuelle. Medhanie Mered, Erythréen de 35 ans, a été arrêté au Soudan et extradé vers l'Italie. Il est soupçonné d'être à la tête d'un des plus importants réseaux de passeurs. Les autorités italiennes parlent d'un résultat 'extraordinaire'. 'On ne parle pas ici d'organisations rudimentaires, mais d'organisations structurées, avec des plateformes logistiques, des armes, des véhicules, a déclaré le procureur de Sicile Calogero Ferrara. Ce sont des vraies organisations criminelles, avec des filières tout au long de la route des migrants, de l'Afrique centrale jusqu'à la Scandinavie'. Accused people-smuggling 'kingpin' in custody https://t.co/z0BhKypnG9 pic.twitter.com/y7179AiIzH- Reuters TV (@ReutersTV) 8 juin 2016 Les enquêteurs le soupçonnent d'avoir organisé à partir de 2013 le passage en Europe de centaines de personnes par mois, dont plusieurs sont mortes lors de la traversée de la Méditerranée. En octobre 2013 un bateau chargé de migrants avait pris feu et coulé, faisant plus de 350 morts. L'arrestation de Medhanie Mered est un 'véritable tournant', s'est félicité le procureur de Palerme ce mercredi.
Vidéos A la une
PHOTO HEBDO. Des violents affrontements en marge des défilés contre la loi El-Khomri aux bombardements du régime à Alep en passant par les 400 ans de William Shakespeare... Chaque semaine retrouvez l'actualité résumée en photos présentée par Yannick Mahé.
Vidéos A la une
La tuerie commise vendredi 15 avril par un raid armé sud-soudanais de la tribu Murle a provoqué la mort de plus de 200 personnes dans la région de Gambella, au sud de l'Éthiopie.
Vidéos A la une
Oussama Ben Laden disposait de 29 millions de dollars au Soudan, pour financer le jihad. C'est ce que révèlent des documents aujourd'hui déclassifiés. Les services de renseignements américains les publient donc, après les avoir découverts dans la maison du chef d'Al Qaida. Oussama Ben laden avait été tué dans l'attaque de son repaire pakistanais de Abbottabad en mai 2011. Ces documents, dont certains ont déjà été révélés au grand public, à la demande de Barack Obama qui invoque la transparence, sont cette fois un testament. Oussama Ben Laden y explique comment utiliser l'argent après sa mort, donnant des milliers de dollars à deux de ses fidèles lieutenants, et demandant à sa famille d'utiliser le reste pour mener la guerre sainte.
Vidéos A la une
D'enfant soldat à avocat, c'est le rêve américain made in Australie de Deng Thiak Adut, qui a en effet réussi à s'extraire de sa vie...
Vidéos A la une
Plus de 300 réfugiés se sont installés dans un lycée désaffecté du 19e arrondissement de Paris. Parmi eux, Youssef, qui est arrivé en France après un long périple, a accepté de montrer la salle de classe transformée en dortoir où il vit.
Vidéos A la une
Un projet pharaonique qui est bel et bien lancé.. Celui du barrage Grande Renaissance, sur le Nil, et sur la construction duquel les chefs d'Etat égyptien, soudanais et éthiopien se sont mis d'accord en signant un accord de coopération. Si L'Egypte craignait que le barrage menace son approvisionnement en eau d'irrigation, les brouilles entre les trois partenaires semblent enterrées, et l'édifice, situé en territoire éthiopien, devrait être prêt pour 2017. Le président égyptien Al-Sissi : 'Vous allez vous développer et grandir et je serai avec vous, mais sachez qu'en Egypte, le peuple ne vit que de l'eau qui vient de ce fleuve'. Mais Hailemariam Desalegn, le Premier ministre éthiopien, se veut rassurant : 'Je confirme que la construction du barrage Grande renaissance ne nuira pas à nos trois Etats, et en particulier au peuple égyptien'. Le barrage hydroélectrique Grande Renaissance, construit par une entreprise italienne, sera le plus grand d'Afrique et pourra développer une puissance de 6000 mégawatts.
Vidéos A la une
A l'approche des élections présidentielle et législatives, convoquées du 13 au 15 avril au Soudan, Omar el-Béchir, l'homme qui dirige le pays depuis 1989 a accordé une interview exclusive à notre correspondant dans la région, Mohammed Shaikhibrahim. L'occasion pour Omar el-Béchir de s'exprimer sur les poursuites de la Cour pénale internationale qui l'accuse de crimes de guerre et de génocide au Darfour. Il partage aussi son sentiment sur la sécession du Sud-Soudan en 2011 et explique pourquoi il se représente à la présidence de la République soudanaise. Qui est Omar el-Béchir ? Omar el-Béchir est né en 1944 quand le Soudan était sous contrôle anglo-égyptien. Il a poursuivi une carrière militaire. Il s'est battu dans les rangs de l'armée égyptienne pendant la guerre israélo-arabe du Kippour en 1973. Il a aussi combattu les groupes armés dans le Sud du Soudan au tout début de la guerre civile, dans les années 1980. Il prend le contrôle du Soudan, alors le plus grand pays d'Afrique, à la faveur d'un coup d'Etat militaire en 1989 et s'autoproclame président. Il est devenu le premier chef d'Etat en exercice à faire l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale pour crimes de guerre et génocide au Darfour. Sur Etat islamique : Il affirme que la CIA et le Mossad sont les seules organisations à avoir quelque chose à gagner dans la montée en puissance d'Etat islamique. Il avance que la politique anti-palestinienne d'Israël facilite le recrutement par Etat islamique. Il assure que le Soudan est parvenu à endiguer l'extrémisme islamiste sur son sol par une rééducation des aspirants djihadistes. Sur les accusations de crimes de guerre et de génocide : Il nie toute épuration ethnique au Dafour. Il dénonce les motivations politiques de la Cour pénale internationale qui chercherait à provoquer un changement de régime. Il affirme que ces accusations s'inscrivent dans une campagne ' anti-Soudan.' Sur la sécession du Sud-Soudan : Il dit ne pas regretter l'indépendance du Soudan du Sud en dépit de ses conséquences économiques au Soudan. Sur les relations avec l'Occident : Il parle d'une décrispation des relations du Soudan avec les puissances occidentales. Il évoque comment les sanctions américaines ont permis au Soudan de développer une coopération économique avantageuse avec la Chine. Regardez l'interview dans son intégralité dans la fenêtre ci-dessus LE SOUDAN EN BREF Entre 1899 et 1956, le Soudan (intégrant l'actuel Sud-Soudan) était sous administration conjointe britannique et égyptienne. Mais dans la pratique, l'Egypte étant à l'époque sous protectorat britannique, la Grande-Bretagne maintenait de facto un contrôle sur la région. L'Egypte rendit sa souveraineté théorique au Soudan après la Révolution égyptienne de 1952, une tactique définie par les nationalistes égyptiens pour forcer la Grande-Bretagne à renoncer à son contrôle sur le Soudan. Opération réussie. Le Soudan devient un État indépendant le 1er janvier 1956, et aussi le plus vaste pays du continent africain. Le Darfour. Pendant leur période de souveraineté sur le Soudan, l'Egypte et la Grande-Bretagne, autorisent la région du Darfour à fonctionner comme un sultanat indépendant. Cependant, en 1916, en pleine Grande Guerre, la Grande-Bretagne incorpore le Darfour au Soudan britannique afin qu'il ne tombe pas entre les mains de l'Empire ottoman. Le 9 juillet 2011, le Sud-Soudan obtient son indépendance après la tenue d'un référendum d'autodétermination au cours duquel près de 99 % des Sud-soudanais se sont prononcent en faveur de l'indépendance. Le Soudan en quelques chiffres Superficie : 1 886 068 km2 Population totale: 35 482 233 habitants, selon des estimations de juillet 2014 PIB par habitant : 1,793 USD Âge moyen de la population totale: 19,1 ans Taux d'alphabétisation : 71,9 % Religions : musulmans sunnites (70 %), Croyances locales (20 %), Chrétiens (5 %), Autres (5 %) Langues officielles : l'arabe et l'anglais (Sources : World Factbook de la CIA, Bureau Central de la Statistique de la République du Soudan, FMI)
Vidéos A la une
Selon l'ONG Human Rights Watch des soldats soudanais ont violé plus de 200 femmes dans un village Darfour en octobre dernier. Parmi le nombreux témoignages retranscris dans le rapport, deux déserteurs de l'armée soudanaise affirment que leurs supérieurs avaient donné l'ordre de violer des femmes. ' Ce n'est pas un rapport, c'est une information passée sur une radio qui nous est hostile et qui s'appelle Radio Dipanga' dit le Président Béchir. 'C'est une radio gérée par l'opposition et qui est financée par Israël. Il est regrettable que les Nations Unies aient réagi à cette information et aient envoyé des enquêteurs dans ce village qui s'appelle Tabit. Le groupe de l'ONU a enquêté et a pu vérifier que ces informations étaient erronées. Ils y sont ensuite retournés et ont écrit un rapport confirmant que cette information est fausse et qu'il n'y a pas eu de viol. ' Les Casques bleus n'ont pas trouvé de preuve de viols lors de leur unique visite dans le village de Tabou, mais l'ONU fait état d'intimidations de la part de l'armée soudanaise qui les empêchait d'enquêter. Depuis cette visite, Khartoum bloque toute nouvelle enquête sur le terrain.
International
Alors que les élections présidentielles au Nigéria qui devaient se tenir ce samedi, ont été reportées de six semaines au 28 mars, Planet.fr dresse la situation politique au sein des 10 pays africains les plus influents. Etat des lieux.
Vidéos A la une
MINNEAPOLIS - 28 août 2014 - Minneapolis s'interroge. Depuis que deux de ses enfants, issus du même quartier tranquille, sont partis à l'âge adulte faire le djihad .. et en sont morts. L'un, Troy Kastigar, a été tué en Somalie en 2009. Il avait rejoint les shebab, un groupement islamiste qui sème la terreur dans la corne de l'Afrique. L'autre Douglas McCain est mort la semaine dernière en Syrie, il combattait dans les rangs de l'État islamique. Douglas et Troy avaient le même âge et ont fréquenté le même lycée. Et se connaissaient. Se sont-ils laissés entraîner par la même filière radicale ? Le FBI est en alerte. " Le Minnesota semble être sur le radar de recruteurs, sûrement car dans le passé, ils ont eu un certain succès auprès de jeunes Somaliens. Ils considèrent la communauté somalienne comme un vivier potentiel. " souligne Kyle Loven du FBI Minneapolis. Une petite centaine de ressortissants américains aurait rejoint les troupes djihadistes en Syrie depuis le début du conflit.
Vidéos A la une
NEW YORK - 30 juin 2014 - BNP Paribas a finalement accepté de payer une amende record de 8,9 milliards de dollars (6,5 milliards d'euros) à l'administration américaine. Il s'agit de la pénalité la plus lourde, jamais infligée par les Etats-Unis à une banque étrangère. La BNP a plaidé coupable pour échapper à un procès au pénal. La banque française a reconnu lundi avoir violé des embargos américains facilitant des transactions avec Cuba, l'Iran et le Soudan entre 2004 à 2012, via son bureau new-yorkais notamment. "Dans le cas présent, la BNP s'est donnée beaucoup de mal pour dissimuler des transactions interdites, en effacer les traces et tromper les autorités américaines", a commenté Eric Holder, le ministre américain de la justice. "Cette décision de justice est aussi un message fort envoyé à toute institution, où quel soit dans le monde. Tout commerce réalisé sur le sol des Etats-Unis et conduit illégalement ne sera pas toléré. Si (ces actes) sont découverts, ils seront punis dans la pleine mesure où la loi le permet. Ces actes représentent une violation grave de la loi américaine Ils ont utilisé, ce qu'on appelle des paiements de couverture pour dissimuler l'implication des entités sanctionnées dans leurs transactions, qui ont été effectuées via New York et d'autres sites américain". Le président de la République, François Hollande, avait lui-même tenté d'intercéder auprès de Barack Obama, qui a exclu la moindre intervention dans cette affaire. Le directeur général de BNP Paribas, Jean-Laurent Bonnafé, a assuré mardi qu'"aucun client, ni contribuable français ne sera mis à contribution" pour régler l'amende de 6,5 milliards d'euros infligée à la banque aux Etats-Unis.
Vidéos A la une
Les Etats-Unis et le Soudan du Sud mobilisés pour faire sortir Meriam Ibrahim du Soudan. Cette Soudanaise convertie au christianisme avait vu sa condamnation à mort pour apostasie annulée lundi. Selon son avocat, Thabit Suliman, Khartoum ne l'a pas laissée s'envoler pour les Etats-Unis. 'Nous allons faire tout notre possible dans le cadre de la loi pour sortir notre cliente de cette situation difficile dans la mesure où elle a purgé sa peine. Elle a passé sept mois en prison et a été en liberté moins de 24 heures. Nous ferons ce que nous pourrons pour obtenir sa relaxe,' a-t-il déclaré. Khartoum a assuré à Washington que la jeune femme, son mari de nationalité américaine et leur deux enfants avaient simplement été retenus pour des questions relatives à leurs visas. Ce matin, plusieurs sources indiquaient que la famille de confession chrétienne, religion du Sud Soudan, avait de nouveau été relâchée. A 8h45 CET, il n'y avait toujours pas de confirmation officielle.
Vidéos A la une
Meriam Yahia Ibrahim Ishag a été libérée, c'est son avocat qui l'a annoncé ce lundi. Le sort de cette Soudanaise chrétienne de 27 ans a ému bien au-delà des frontières de son pays. Elle avait été condamnée à mort le 15 mai dernier pour apostasie d'après la loi islamique qui interdit les conversions. Enceinte au moment du verdict et déjà mère d'un bébé de 20 mois, elle accouché en prison. Née d'un père musulman, elle a été élevée dans la religion chrétienne de sa mère et a finalement épousé un chrétien. Elle avait également été condamnée à cent coups de fouet pour 'adultère', car selon l'interprétation soudanaise de la charia, toute union entre une musulmane et un non-musulman est considérée comme un 'adultère'. Selon l'avocat de la jeune femme, la justice soudanaise doit donner davantage d'explications sur les conditions de cette libération ce mardi.
Vidéos A la une
Le Soudan serait prêt à libérer une chrétienne de 27 ans condamnée à la peine de mort pour avoir refusé d'abjurer sa foi. C'est pour avoir épousé un chrétien et refusé de revenir à la religion musulmane que cette Soudanaise de 27 ans avait été condamnée à la peine de mort et à 100 coups de fouets, le 15 mai dernier. Une affaire qui a provoqué un tollé international, d'autant que la jeune femme a donné naissance, cette semaine, à son deuxième enfant en prison. Sous la pression des chancelleries étrangères, Khartoum se serait ravisé. Meriam Yahia Ibrahim Ishag 'sera libérée dans les prochains jours', a déclaré un responsable du ministère soudanais des Affaires étrangères, sans plus de précisions. Pour autant, la décision n'a pas encore été notifiée à l'intéressée. La jeune femme a été élevée par sa mère chrétienne orthodoxe, son père musulman ayant été absent pendant son enfance. Pour autant, un tribunal de Khartoum l'a reconnue comme musulmane et l'a condamnée à la pendaison pour apostasie et donc pour avoir refusé d'abjurer sa foi chrétienne. Les juges ont estimé que son mariage avec un chrétien constituait un adultère, les unions interconfessionnelles étant proscrites pour les musulmans au Soudan.
Vidéos A la une
Le gouvernement sud-soudanais accuse l’ex-vice président Riek Machar de mobiliser des milliers de jeunes miliciens pour attaquer ses positions. Les hôpitaux peinent à faire face à l’afflux...
Vidéos A la une
Les attentes étaient élevées il y a un peu plus de deux ans quand le Sud Soudan célébrait son indépendance. Plusieurs décennies de conflits tribaux étaient mises de côté alors que le pays...
Vidéos A la une
Les humanitaires sont débordés au sud-Soudan, où les morts se comptent par centaines depuis une semaine. Le pays a basculé dans la violence après que le président Salva Kiir a accusé l’ex...
Vidéos A la une
Harold Hyman, spécialiste en géopolitique, revient ce dimanche, sur les causes de la guerre civile au Sud-Soudan, opposant le président Salva Kiir et son ancien vice-président Riek Machar.
Vidéos A la une
C’est le gouvernement du président Salva Kiir qui l’a annoncé. Un coup dur car cette cité est la capitale de l’Etat d’Unity, une province où se trouve les sites pétrolifères et le coeur...
Vidéos A la une
Alors que Washington multiplie les appels au dialogue, menaçant Juba de lui retirer son soutien, les combats continuent au Soudan du Sud. Les forces gouvernementales sont décidées à reprendre...
Vidéos A la une
La communauté internationale se dit inquiète face aux tensions croissantes au Soudan du Sud. Des tensions qui ont abouti à des violences meurtrières : une dizaine de civils ainsi que 2 Casques...
Vidéos A la une
Le président du Soudan du Sud impose un couvre-feu dans la capitale, après avoir déjoué un coup d‘État. C’est en tout cas ce qu’affirme Salva Kiir après d’intenses combats cette...
Monde
Le site Maplecroft vient de publier son Atlas des risques politiques pour l'année 2014. Ainsi, une dizaine de pays ont été classés dans la catégorie "les plus risqués". La stabilité économique, la situation des droits de l'Hommes, les infrastructures et la violence politique sont les critères entrant en compte pour ce classement. 
Vidéos A la une
Les manifestations contre le régime tournent à l‘émeute au Soudan. On dénombre déjà 29 morts depuis le début de la semaine. Les milliers de personnes qui sont descendues dans les rues...
Vidéos A la une
La contestation anti-gouvernementale continuait de prendre de l’ampleur au Soudan ce mercredi. Au moins sept personnes ont perdu la vie, à Khartoum, la capitale, et à Oumdourman. Au total, depuis...
Vidéos A la une
Le président soudanais entend assister cette semaine à l’Assemblée générale annuelle des Nations unies. Il affirme avoir déjà loué un hôtel à New York. Washington a fait savoir qu’il...

Pages

Publicité