Héritière de la célèbre dynastie, Sonia Gandhi est, elle aussi, entrée dans l'Histoire de l'Inde. Veuve de l'ancien Premier ministre Rajiv Gandhi (assassiné en 1991), belle-fille d'Indira Gandhi (assassinée en 1984), Sonia - surnommée le "Sphinx" - a quitté ses deuils et son mutisme. Portrait.

Sonia Gandhi, femme, veuve et politicienne

"Ils ne connaissent pas l'étoffe dont je suis faite", aime à se définir Sonia Gandhi. Citoyenne indienne depuis 1984, elle crée à cinquante-huit ans une double surprise politique. Présidente du Parti du Congrès, elle remporte contre le parti annoncé favori les élections législatives indiennes, mais elle renonce au poste de Premier ministre qui lui revient. Elle accepte le défi de la bataille politique en décembre 1997 : "J'ai fait cela parce que j'ai vécu dans une famille qui a littéralement donné sa vie pour le Parti du Congrès et pour le pays. Et j'ai pensé qu'il était à ce stade de mon devoir, à l'égard de ma famille, d'apporter mon aide". Rallumant le flambeau de la dynastie Gandhi, c'est la même détermination, celle de son silence et de ses années de deuil, qui caractérise aussi sa ténacité et l'exigence de ses décisions.

Etudiante à Cambridge en 1965, fille d'un entrepreneur en maçonnerie proche de Turin, Sonia succombe au coup de foudre amoureux. Trois ans après, elle épouse Rajiv Nehru Gandhi, et avec lui l'Inde toute entière. Comme une héroïne du cinéma de Bollywood, elle vit quinze années de bonheur sans ombre avec Rajiv et leurs deux enfants, Rahul né en 1970 et Priyanka née deux ans après.

Tout bascule en 1980. Son beau-frère Sanjay, promis à la succession d'Indira Gandhi à la tête du pays, meurt accidentellement. Rajiv choisit alors de soutenir sa mère aux devoirs de l'Etat. Sonia se résigne. Les épreuves s'enchaînent. En 1984, Indira Gandhi est assassinée. Rajiv devient Premier ministre, mais un attentat suicide lors de la campagne électorale de 1991 l'emporte. Sonia se mure dans sa citadelle de chagrin mêlé de mystère. Aujourd'hui, l'Italienne en sari incarne une figure de résistance. Son fils Rahul, nouveau député, explique dans "The Hindu" que sa mère : "a vaillamment affronté toutes les crises familiales et fait face à la campagne de diffamation menée contre elle. Je l'ai vue se battre contre les gens qui l'agressaient. Elle est mon vrai héros."

Publicité
Le docteur Manmohan Singh, soixante et onze ans, ancien ministre des finances, sera finalement Premier ministre du gouvernement du Président Dr A.P.J. Abdul Kalam. Il est Sikih, une minorité indienne. "Le pays sera en sécurité dans ses mains", a commenté Sonia Gandhi.

Le site de Sonia Gandhi :

http://www.soniagandhi.org/

Publicité