Vidéos A la une
Avant-dernière étape pour Solar Impulse 2. L'avion qui vole grâce à l'énergie solaire a presque bouclé son tour du monde. Il a décollé à l'aube de Séville direction Le Caire pour un vol d'environ cinquante heures. C'est le pilote suisse André Borschberg qui est aux commandes. Il a été encouragé sur le tarmac par son acolyte Bertrand Piccard, qui le relaiera pour l'ultime étape. 'Je suis content qu'on se rapproche de l'arrivée. Il faut rester prudent. Il y a encore du chemin à parcourir. Je dois rester très concentré, et je pense que c'est pareil pour mon équipe'', a déclaré André Borschberg, avant de s'envoler. Solar Impulse 2 vole à une vitesse d'environ 50 km/h grâce à des batteries qui emmagasinent l'énergie solaire. Son arrivée au Caire est prévue mercredi à la mi-journée. Il s'envolera ensuite pour Abou Dabi, d'où il avait entamé son tour du monde, il y a seize mois. .andreborschberg has left #Seville over 4 hours ago now, flying direction #Cairo ! Can you spot him? pic.twitter.com/gHJyGpBkdJ- SOLAR IMPULSE (solarimpulse) 11 juillet 2016
Vidéos A la une
Pour la première fois dans l'histoire de l'aviation, un avion solaire a traversé l'Atlantique, un vol de trois jours qui s'est achevé jeudi à Séville, dans le sud de l'Espagne. L'avion expérimental Solar Impulse 2 s'est posé à 07H38 achevant la quinzième étape de son tour du monde avec le Soleil pour seul carburant, après 71 heures et 8 minutes de vol sans interruption.
Vidéos A la une
Il aura tenu son pari : Solar Impulse 2 a bouclé sa traversée des Etats-Unis . L'avion solaire a atterri samedi matin à New York, après un survol de la statue de la Liberté et de Manhattan. Il avait décollé dans la nuit de Pennsylvanie avant de rejoindre l'aéroport JFK moins de quatre heures plus tard. Une arrivée réalisée avec une minute d'avance. BREAKING: just a solar airplane flying above #NYC & StatueEllisNPS to prove that #futureisclean ! pic.twitter.com/hpXQh9MpZ0- SOLAR IMPULSE (solarimpulse) 11 juin 2016 L'avion doit ensuite franchir l'Atlantique, pour se poser en Europe, avant de revenir à son point de départ, Abou Dhabi, d'où étaient partis les deux pilotes suisses Bertrand Piccard et André Borschberg, le 9 mars 2015. Les deux hommes se relaient aux commandes de l'appareil, pour garder un oeil en permanence sur les données techniques. Solar Impulse 2, qui avance à 50 kilomètres/heure, peut aller jusqu'à doubler sa vitesse en pleine exposition solaire, propulsé par des hélices grâce à l'énergie fournie par des milliers de cellules photovoltaïques. Historic moment for solarimpulse and I want to thank the team for this and sharing the #futureisclean message pic.twitter.com/mSSDSO6H4o- Bertrand PICCARD (bertrandpiccard) 11 juin 2016
Vidéos A la une
Solar impulse 2 poursuit son tour du monde. L'avion solaire se trouve actuellement aux Etats-Unis. Il a décollé tôt ce samedi matin de l'Oklahoma pour se rendre dans l'Ohio. Cet appareil expérimental avance grâce à l'énergie solaire captée par des cellules photovoltaïques situées sur les ailes. Il s'est lancé il y a plus d'un an d'Abu Dhabi pour un tour du monde via l'Asie et le Pacifique. > Site du projet 'Solar impulse' : cliquer ici
Vidéos A la une
L'avion solaire Solar Impulse a traversé sans encombre l'océan Pacifique et s'est posé en toute douceur en Californie. C'est la quatrième et la plus longue des étapes de ce tour du monde qui n'utilise rien d'autre que l'énergie solaire. Les deux pilotes suisses, Bertrand Piccard et André Borshchberg, se relaient à chaque étape du périple. Après ce très long vol, Bertrand Piccard a atterri à Moffett Airfield, un aéroport au bord de la baie de San Francisco. Solar Impulse était parti jeudi de Hawaï où l'avion avait fait une interminable escale technique. Le décollage a été décidé mercredi : la météo était favorable et les journées assez longues pour permettre à l'avion de suffisamment charger ses batteries et planer pendant les 4 heures de nuit. De son côté, le pilote s'était préparé pour cette étape la plus dangereuse, sans aucun aéroport de secours entre le décollage et l'atterrissage, en s'entraînant notamment à dormir par intermittences vingt minutes toutes les heures. Reste maintenant à Solar Impulse la traversée de l'Amérique avant de s'attaquer à l'océan Atlantique.
Vidéos Sciences
L'avion solaire Solar Impulse a repris son envol. Après avoir été immobilisé à Hawaï durant plusieurs mois, 'le premier vol d'essai est un succès', ont annoncé les responsables du projet. Le vol a duré une heure et demie au-dessus de l'océan Pacifique et l'appareil a pu atteindre sans encombre plus de 8000 pieds soit 2400 mètres d'altitude. L'occasion pour ses concepteurs de vérifier si les systèmes de stabilisation et de refroidissement fonctionnent correctement. Solar Impulse, cet avion expérimental révolutionnaire est propulsé par des batteries solaires. Il avait dû interrompre à mi parcours son tour du monde en juillet dernier le temps de réparer les batteries endommagées lors de la traversée de l'océan entre le Japon et Hawaï. Les deux pilotes, André Borschberg et Bertrand Piccard, espèrent pouvoir reprendre leur tour du monde à partir du 20 avril prochain. Surnommé le 'paper plane' l'appareil a une envergure de 72 mètres, plus grande que celle d'un Boeing 747, et un poids de 2,3 tonnes.
Vidéos A la une
4 jours, 22 heures et une minute : l'avion solaire Solar Impulse 2 s'est non seulement posé sans encombre ce vendredi à Hawaï, il a aussi inscrit le record absolu de vol en solitaire. Cet atterrissage a été accueilli par un tonnerre d'applaudissement dans la salle de contrôle, située à Monaco, où le Prince Albert a assisté à l'événement. 17.000 cellules photovoltaïques Parti de Nagoya, au centre du Japon, il a ainsi parcouru 8.300 kilomètres sans escale au-dessus du Pacifique, propulsé uniquement à l'énergie solaire grâce aux plus de 17.000 cellules photovoltaïques qui recouvrent ses ailes. Elles chargent ses batteries le jour. Evidemment, pour toutes ces cellules, il faut de la surface : l'avion a une envergure de 72 mètres, soit supérieure à celle d'un Boeing 747, pour un poids à vide de 2,3 tonnes. Une épreuve d'endurance Agé de 62 ans, son pilote, le psychiatre et homme d'affaires suisse André Borschberg a volé jusqu'à 9.000 mètres d'altitude dans le cockpit non pressurisé, respirant grâce à des bouteilles d'oxygène et soumis à de grandes variations de températures. Il a traversé les cinq jours et cinq nuits en dormant par tranches de 20 minutes seulement pour ne pas perdre le contrôle de l'appareil, mobilisant des techniques de yoga et de méditation pour se détendre. Cap sur l'Arizona Parti d'Abu Dhabi le 9 mars, Solar impulse a déjà réalisé 51 % de son tour du monde visant à promouvoir les énergies renouvelables. Prochaine étape : l'Arizona. C'est l'autre pilote de Solar Impulse, le Suisse Bertrand Picard qui sera cette fois aux commandes. Le départ ne pourra pas se faire avant une semaine. Des réparations sont en effet nécessaires pour que l'avion expérimental soit de nouveau fonctionnel. Il faudra aussi attendre un créneau météo favorable.
Vidéos Sciences
Il a passé le point de non retour : Solar Impulse 2 a décollé la nuit dernière de Nagoya au Japon, direction Hawaï. Un vol de cinq jours et cinq nuits pour son pilote, le Suisse André Borschberg, qui va ainsi parcourir 7.900 km. Seul à bord, il s'est entraîné à dormir par tranches de 20 minutes, mobilisant des techniques de yoga et de méditation pour se détendre. L'avion solaire était cloué au sol depuis près d'un mois. Il avait dû interrompre son vol entre Nankin, en Chine, et l'Etat américain d'Hawaï le 1er juin à cause du mauvais temps. La saison des pluies et un épais front nuageux l'empêchaient de repartir. Une aventure en ciel inconnu pour ce bijou de technologie qui ne supporte ni les grosses chaleurs, ni la pluie. Solar impulse 2 est parti le 9 mars d''Abou Dhabi':http://www.liberation.fr/monde/2015/03/09/l-avion-solar-impulse-2-a-deco..., aux Emirats Arabes Unis, pour un tour du monde de 35.000 km visant à promouvoir les énergies renouvelables.
Vidéos A la une
En pleine nuit, toutes lumières allumées, l'avion-pionnier le Solar Impulse 2 s'est posé, à Nagoya, au Japon. Une escale imprévue, dans le projet initial de tour du monde : un changement de cap, causé par le mauvais temps. Un front orageux l'empêche de recharger ses batteries, alimentées par 17 000 cellules photovoltaïques. L'équipe au sol se félicite quand-même du trajet parcouru, relativisant ce contre-temps. Bertrand Piccard, co-fondateur du Solar Impulse : 'Vous savez, c'est l'un de ces moments de la vie un peu étranges, entre l'exaltation et la déception. Parce que le vol jusqu'ici s'est très bien passé. C'est le plus long vol jamais parcouru par un avion solaire, en volant de nuit. D'un autre côté, la fenêtre météo pour atteindre Hawaï est fermée maintenant. C'est donc un retard, nous sommes un peu déçus bien sûr. Mais en même temps nous sommes ravis et très heureux du comportement de l'avion'. Parti début mars d'Abou Dhabi, le premier tour du monde d'un avion solaire a déjà survolé Oman, l'Inde, la Birmanie, et la Chine. Prochaine étape : 6 jours et 6 nuits pour traverser le Pacifique et se poser à Hawaï : sûrement l'étape la plus dangereuse de l'aventure. Ce devrait être surtout, un exploit aéronautique historique. Mais pour l'instant le Solar Impulse reste au sol, en attendant une nouvelle fenêtre météo, avec cette fois-ci, un peu plus de soleil pour le faire voler.
Vidéos A la une
Solar Impulse 2 a décollé de Chine dans la nuit de samedi à dimanche et a mis le cap sur Hawaï. Il s'agit de la plus périlleuse des étapes du tour du monde de l'avion révolutionnaire aux ailes photovoltaïques. En effet, le pilote suisse André Borschberg devra tenir seul pendant six jours et six nuits. La traversée du Pacifique représente environ 8.500 kilomètres. Jamais Solar Impulse 2 n'a volé au-dessus d'un océan ni n'est resté en l'air plus de 24 heures. L'appareil devrait naviguer à près de 28.000 pieds, soit plus de 8.000 mètres d'altitude, avec des températures très variable. André Roschberg se trouve dans une cabine non pressurisée. En cas de problème, le Suisse n'aura pas d'autres solutions que de sauter en parachute de l'Océan et d'attendre les secours dans un radeau de survie.
Vidéos A la une
C'est la plus longue et la plus dangereuse des étapes de son tour du monde. L'avion Solar Impulse 2 s'est élancé dans la nuit de samedi à dimanche depuis la ville de Nankin, en Chine. Propulsé par la seule énergie solaire, l'appareil a pris son envol à 02h40, heure locale. Son point d'arrivé : Hawaï, de l'autre côté de l'océan Pacifique. Le pilote suisse devra relever un défi humain historique : celui de tenir six jours et six nuits de suite seul aux commandes. Ce vol de 8 500 km doit durer environ 130 heures, selon les organisateurs. André Borschberg n'aura droit qu'à de brefs sommeils d'une vingtaine de minutes et ne pourra pas quitter son siège. Chaque jour, le pilote affrontera des altitudes autour de 8400 mètres et des variations de température de 55 degrés dans la cabine monoplace. Il s'agit aussi d'un challenge technologique. Jamais Solar Impulse 2 n'a volé au-dessus d'un océan ni n'est resté en l'air plus de 24 heures.
Publicité