Les salles de sport "Vita liberté" font beaucoup parler depuis la diffusion d’une publicité avec pour slogan provoquant que certain juge misogyne.

C’est une pub misogyne que les salles de sport "Vita liberté" ont décidé de diffuser pour l’ouverture d’une salle à Nice. "Ce n’est pas une pub discriminatoire, c’est du second degré", indique Audrey Tuduri-Bonomi, coordinatrice du réseau "Vita Liberté", à BFMTV. "Ce n’était pas du tout notre volonté de choquer. La notion de surpoids est très subjective, nous voulons donner accès à nos salles de sport au plus grand nombre". La marque joue la carte du dialogue sur Facebook : elle se dit prête à discuter avec toutes les personnes à qui la pub pose problème.

Sur twitter de nombreux internautes ont dénoncé cette pub : "Visiblement chez Vita liberté la com’ aussi est low cost". Les pubs sexistes sont récurentes de nos jours, parfois elles sont même "volontaires" puisqu’elles permettent un buzz pour la marque.

A lire aussi : Les 25 pubs les plus sexistes

"Le bad buzz intentionnel fait vendre"

En Angleterre, l’entreprise Protein world avait affiché des photos d’une mannequin au "corps parfait" avec comme slogan "Votre corps est-il prêt pour la plage ?". Après le tollé provoqué par cette campagne de pub, l’entreprise a enregistré 30 000 nouvelles commandes pour ses régimes protéinés.

Publicité
Le chercheur à l’université de Louvain (Belgique), Nicolas Vanderbiest, auteur d’un livre sur les "bad buzz", estime sur BFMTV que "ce type de polémique est très utilisé actuellement" ; les réactions qu’elles sucitent "amplifient la visibilité de la marque de façon considérable. Le bad buzz intentionnel fait vendre".

Vidéo sur le même thème - Insolite : la pub jugée sexiste de Renault