Les malfaiteurs qui avaient volé l'équivalent de 20 millions d'euros de timbres dans un poids lourd ce mardi 3 février imaginaient une toute autre cargaison.

C'est une nouvelle pour le moins cocasse qui vient préciser l'affaire du braquage de ce mardi 3 février, en Seine-et-Marne. Dans ce hold-up, rien ne semblait n'avoir été laissé au hasard. Sur un parking de Brie-Comte-Robert, les deux malfrats avaient bloqué le camion d'un sous-traitant de La Poste, déchargé sa cargaison et pris la fuite. Petit détail, ils n'imaginaient pas voler 20 millions d'euros de timbres postaux, mais plutôt du parfum...

Tout s'explique

La marchandise volée, que l'on peut qualifier d'inédite, n'était pas le fait d'un nouveau concept des malfrats, elle n'était tout simplement pas voulue. Les braqueurs, visiblement mal renseignés, imaginaient subtiliser des flacons de parfum, beaucoup plus simples à revendre que des timbres et enveloppes pré-timbrées. D'après Europe 1, après avoir barré la route au transporteur, les malfaiteurs ont cassé la vitre de sa cabine et lui ont demandé : "tu transportes bien des parfums ?". Privés de réponse ou durs de l'oreille, les braqueurs ont malgré tout déchargé une partie de la marchandise.

A lire aussi - Seine-et-Marne : braquage d'un poids lourd, 20 millions d'euros de timbres volés

Des timbres intacts

Publicité
Finalement, les braqueurs se sont rendu compte de leur erreur et ont abandonné le magot à 30 kilomètres de l'incident. Leur camion a été retrouvé avec le butin au bord de la Nationale 3 en Seine-et-Marne. Inutiles et invendables, les timbres sont intacts. Les braqueurs en herbe sont toujours recherchés par la police judiciaire de Versailles.

Vidéo sur le même thème - Braquage à main armée dans une boutique Cartier à Paris