Alors que sa mère se faisait frapper par le père, la fille du couple a tenté d’appeler la police, qui a mis 49 minutes pour lui répondre… sans jamais se déplacer jusqu’au domicile familial.

C’est sur Twitter que Julia, une lycéenne de 17 ans, a raconté son histoire. Celle d’une adolescente qui assiste impuissante à une violente dispute entre ses parents et qui tente de prévenir la police, en vain.

Contactée, la lycéenne a ensuite raconté sa mésaventure à plusieurs médias. A Paris-Match, elle explique être rentrée dimanche soir au domicile familial où ses parents étaient en train de se disputer. "Rien d’extraordinaire, le conflit dure depuis des années", pensait-elle avant que son père ne se montre plus violent à l’encontre de sa mère. "C'était la première fois qu'il était violent, se souvient Julia. J'ai essayé de les séparer. J'ai menacé mon père d'appeler la police (…) Il disait qu'il allait aussi appeler la police et traitait ma mère de folle. C'est à ce moment que je suis allée m'enfermer dans la chambre d'une de mes sœurs et que j'ai fait le 17. J'ai vérifié sur mon téléphone, il était 22h21."

La police : "On fait ce qu’on peut !"

L’ado a attendu 5 bonnes minutes avant que quelqu’un prenne son appel. "Le policier, qui n'avait pas l'air de très bonne humeur, me demande de parler moins vite, indique-t-elle. A ce moment précis, j'entendais ma mère crier dans la pièce d'à côté et je ne savais pas ce qui se passait. Une de mes sœurs criait aussi. Quand j'ai dit ‘Faites vite !’, l'agent m'a répondu ‘On fait ce qu'on peut !’" En attendant, Julia part s’interposer entre sa mère et son père "qui avait bu". "Mon père m'a violemment poussée contre l'angle d'une porte. Ma mère a reçu quatre coups. Moi, trois, évoque-t-elle.

A lire aussi - Un homme abandonne sa femme et ses deux fillettes sur la nationale 7

"Tu vois, ils n’arrivent pas tes flics, ils n’arriveront jamais !"

Une demi-heure plus tard, la police n’est toujours pas là, et le père lance à sa fille : "Tu vois, ils n’arrivent pas tes flics, ils n’arriveront jamais !". Mais Julia réussi à mettre son père hors du domicile. Une quinzaine de minutes plus tard, la police rappelle et demande si les choses se sont calmées. "Puis, ils ont demandé si ma mère voulait porter plainte, se souvient-elle. Quand j'ai répondu que non, on m'a dit: ‘Si vous ne portez pas plainte, on ne peut rien faire. Si vous ne le faites pas, ça va recommencer.’ Moi je n'attendais pas d'eux qu'ils me parlent de démarches administratives, mais qu'ils interviennent dans les 49 minutes, tant qu'il était possible d'agir."

Contactée par le ministère des Droits des femmes

Publicité
L’adolescente explique avoir ensuite raconté son histoire sur Twitter car elle était "révoltée". Julia indique aussi avoir reçu "de nombreux témoignages", "des histoires similaires où la police n’est jamais venue". "Le buzz a été tel que j'ai été contactée par la chargée de mission de Laurence Rossignol, la ministre des Droits des femmes. Elle m'a posé un tas de questions pour savoir ce qui s'était passé. Elle a parlé d'un ‘dysfonctionnement’", conclut amèrement la jeune fille, qui passe son baccalauréat mercredi.

Vidéo sur le même thème : Les violences conjugales expliquées aux lycéens

Publicité