Alors que le gouvernement a annoncé mercredi l’envoi de 24 policiers et d’une nouvelle compagnie de CRS pour lutter contre les violences qui sévissent à Marseille, le maire de la cité phocéenne, Jean-Claude Gaudin a estimé que ces renforts étaient insuffisants et illustraient le "mépris" de la majorité pour sa ville.

©AFP

Ce n’est pas assez pour Jean-Claude Gaudin. Le maire UMP de Marseille estime en effet que les renforts récemment annoncé par le gouvernement pour sa ville – une nouvelle compagnie de CRS et 24 policiers ne sont pas suffisants. "Une fois de plus,  le gouvernement socialiste méprise les Marseillais !", a ainsi déploré l’édile dans un communiqué avant de rappeler : "Il y a un an jour pour jour, lors du Comité interministériel, le Premier ministre avait annoncé des renforts de police à Marseille qui n’arrivent qu’au compte-goutte".  Et alors que l’actualité de sa ville est souvent rythmée par des faits divers sanglants sur fonds de règlements de compte, Jean-Claude Gaudin a également regretté la manière dont la majorité se saisit de ces affaires. "A chaque nouvel épisode de la guerre des cités, nous avons droit à une cavalcade de ministres et une série de critiques sur les responsabilités supposées de la mairie. Mais aucun acte concret ne vient remédier à la situation".

Publicité
Gaudin dénonce une "décision partisane" pour LilleEt alors que Martine Aubry, la maire PS de Lille, a indiqué mercredi que 197 policiers allaient venir grossir les rangs de ses forces de police "sous-dotées depuis 10 ans", Jean-Claude Gaudin est monté au créneau pour dénoncer les "renforts annoncés pour Marseille" qui sont selon lui "très inférieurs à ceux de Lille". "Au nom des Marseillais, je ne peux accepter cette décision partisane", a-t-il conclu. L’ancienne Première secrétaire du PS a, quant à elle, estimé mercredi à propos de sa ville : "ce n’est pas parce qu’on n’est pas Marseille et qu’on n’a pas un mort par jour (…) qu’il ne faut pas se rendre compte que notre métropole est l

a moins bien dotée et de loin".

Publicité