C’est la nouvelle arme des forces de polices parisiennes pour lutter contre les infractions de la circulation : la vidéoverbalisation. Dès ce 2 avril, des caméras surveilleront 13 grands axes de la capitale et sanctionneront les contrevenants au code de la route. Un dispositif déjà mis en œuvre dans plusieurs villes françaises.

Souriez vous êtes verbalisés ! A partir de ce matin, mardi 2 avril, les parisiens qui ont l’habitude de s’arranger avec le code de la route devront compter avec la vidéoverbalisation. Un système de vidéosurveillance mis en place par la préfecture de police de Paris pour lutter plus efficacement contre les infractions. Excès de vitesse, feux rouges grillés, panneaux « stop » non respectés, non-respect des distances de sécurité, stationnement gênant ou non autorisé, circulation sur les voies de bus, non-respect des péages… rient n’échappera à l’œil implacable de ces caméras installées sur 13 grands axes de la capitale.

Publicité

Sanctionnner à distance« La vidéoverbalisation va nous permettre d’identifier, à distance, et de sanctionner les conducteurs en infraction » explique la préfecture de police. « Il ne s’agit pas de faire du chiffre mais avant tout de modifier les comportements. Nous diffusons volontairement la liste des axes concernés pour que les automobilistes et les pilotes de deux-roues fassent un peu plus attention ». Sont par exemple concernés les Grands Boulevards, les Champs-Elysées, la Rue de Rivoli, le Boulevard Barbès ou encore le Boulevard Saint-Germain.

Des PV envoyés dans un délai d'un moisDéjà en vigueur à Marseille, Nice, Cannes, Aix-en-Provence, Draguignan, Chartres, mais aussi en région parisienne comme à Asnières-sur-Seine, Puteaux, Rueil, Saint-Mandé ou à Orly, la vidéoverbalisation permet de surveiller les axes concernés et de filmer en temps réel les contrevenants. Une photographie de sa voiture pourra ainsi être isolée et l’automobiliste recevra dans un délai d’un mois une contravention. « Pour avoir une idée de la fréquence de ce type de délit, nous enregistrons, en moyenne, sur les neuf radars installés actuellement à Paris sur des feux tricolores, entre 50 et 145 infractions par jour » indique Nicolas Lerner, directeur de cabinet du préfet de police de Paris. « Il s’agit, avant tout, de continuer à faire baisser le nombre de tués, de blessés et d’accidents à Paris, ajoute Nicolas Lerner. En 2012, pour la première fois dans la capitale, le nombre d’accidents est passé sous le seuil de 7000. Nous avons, par ailleurs, dénombré 39 morts contre 51 en 2011 » ajoute-t-il.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :