Interrogé sur le système éducatif français, le fondateur du Front national trouve inconcevable de mélanger "dans la même classe des jeunes africains de 14 ans avec de jeunes européens du même âge". 

A 88 ans, Jean-Marie Le Pen continue d’aller au bout de ses idées. Interviewé il y a quelques jours par son assistante Marie d’Herbais, le fondateur du Front national a remis en cause le système éducatif français.

"Nous allons voir s'aggraver ces violences"

Pour Jean-Marie Le Pen, s’il y a des agressions chaque jour dans les écoles, c’est tout d’abord en raison de "l'attitude laxiste et complaisante du corps enseignant". "L'enseignement public, et par contagion, peut-être un peu le privé, est profondément marxisé, ou peut-être même pire encore anarchisé. Il était de bon ton de considérer que l'enfant est roi. Il n'y a pas d'autre accès à la connaissance que le travail, l'effort. Et cela ne se fait pas dans une ambiance de vacances permanentes", insiste-t-il.

A lire aussi - La nouvelle "blague" de Jean-Marie Le Pen sur les "camps de concentration"

Puis, l'ancien président du FN a évoqué le problème du "melting-pot physique" dans les salles de classe. L’eurodéputé trouve inconcevable que l’on mélange "dans la même classe des jeunes africains de 14 ans avec de jeunes européens du même âge". "Mais ils n'ont pas le même âge biologique, ni le même âge mental, ni le même niveau de connaissance et d'éducation", assure Jean-Marie Le Pen.

Publicité
"Un enfant qui ne suit pas la classe, l'enseignement, il s'ennuie. Quand il s'ennuie, il s'amuse et se détend, ou s'exprime par des violences, et nous allons donc voir s'aggraver ces violences", poursuite le politicien, qui souligne le début de "désintégration du système" scolaire.