Sur le plateau de LCI, Rachida Dati s’est agacée de savoir qu'Erir Zemmour avait été invité auparavant. Ce qui n'a pas du tout plu à Audrey Crespo-Mara. Retour sur leur échange tendu. 

Au terme d’un entretien accordé par Rachida Dati mardi matin sur LCI, Audrey Crespo-Mara s’est risquée à poser une question sur Éric Zemmour. Le polémiste, lors d'une précédente interview sur la chaîne, avait réaffirmé qu'il trouvait "scandaleux" le fait que l'ex-Garde des Sceaux a donné un prénom musulman à sa fille. "En donnant des prénoms musulmans à leurs enfants, (certains parents) refusent de s’approprier l’histoire de France. Je l’ai dit à Rachida Dati d’ailleurs", avait-il assuré sur "C à vous", quelques jours plus tôt. 

Lorsque la journaliste a demandé à l'ancienne ministre s'il s'était vraiment confronté à elle, cette dernière s'est braquée et s'est indignée de l'intervention du chroniqueur. "Ça vous choque pas, vous ?" a-t-elle commencé, avant de renchérir : "Vous ça ne vous choque pas de l'inviter, de continuer à l'entendre comme ça ?" Un peu déroutée d'être prise à partie, Audrey Crespo-Mara s'est alors exclamée : "Mais j'invite qui je veux !"

À lire aussi –Attaquée sur le prénom de sa fille, Rachida Dati répond à Éric Zemmour

Comment mettre un terme à une interview gênante

Le ton s'est ensuite apaisé lorsque Rachida Dati a de nouveau expliqué ce qu'elle avait répondu au chroniqueur, mais il est ensuite remonté lorsqu'elle a essayé de revenir à la charge. Toutefois, avant même d'avoir pu critiquer encore une fois la présence d'Éric Zemmour, elle a été coupée par Audrey Crespo-Mara qui lui a indiqué que "c'est (la) liberté (de la rédaction) de recevoir les invités qu'(elle) veut". La journaliste a finalement conclu l'entretien par un "merci, bonne journée" des plus glacials.

Publicité
Comme le rappelle le site de Closer, les deux femmes s'étaient déjà querellées en 2012, lorsque la journaliste de LCI avait critiqué les "bottes rouges bling bling" que portait la politicienne lors d'un meeting. Rachida Dati lui avait entre autres rétorqué : "Ne vous abaissez pas à ça".