En pleine crise sociale, la vidéo d’une employée de la compagnie superbement ignorée par ses supérieurs lors des négociations lundi a fait le tour du web.

Alors qu’Air France fait face à crise sociale sans précédent, une vidéo tournée dans la salle des négociations lundi a ému les internautes. On peut y voir une employée de la compagnie essayer d’interpeller ses dirigeants sans succès. "On nous a demandé de faire des efforts, on les a faits. Ça fait quatre ans qu'on n'a pas été augmentés. Et c'est nous qui trinquons, a-t-elle argué. Et on nous demande encore d’être gentils et de comprendre ? Que les acquis, ça évolue ? L’âge pour faire travailler les enfants, ça évolue, aussi ? C’est quoi, c’est six ans, huit ans, 22 ans ?" Pas de réaction du côté des cadres de la compagnie qui se sont contentés d’ignorer la jeune femme.

A lire aussi- Air France : lynché par des salariés, le DRH raconte ce qui s’est passé

L’employée qui filme la scène est ensuite intervenue : "Quelle politesse ! Est-ce qu’on aurait le droit de dialoguer, de parler ? Est-ce qu’on pourrait au moins avoir un retour ?", a-t-elle questionné. Un des cadres de la compagnie s’est alors retourné vers elle et lui a expliqué, apparemment gêné, ne pas être "habilité" à lui répondre. "On n’est pas venu chercher le conflit, messieurs. On voudrait juste avoir un dialogue cohérent", lui a pourtant assuré la première salariée.

L’auteur de la vidéo a fini par avoir une discussion avec ses supérieurs

Publicité
Une scène hautement symbolique qui a heurté de nombreux internautes à travers les réseaux sociaux. En effet, cet échange a eu lieu alors qu’Air France prévoit de supprimer 2 900 postes. Une décision qui a déclenché la colère des employés. Au total, sept personnes ont été blessées lors de manifestations lundi, dont une est dans un état grave. Les manifestants s'en sont notamment pris aux dirigeants de la société. Des images de l'exfiltration par les services de sécurité du directeur adjoint des ressources humaines, Xavier Broseta, ont notamment fait le tour du web.

L’auteur de la vidéo a toutefois admis qu’après avoir arrêté de filmer, elle avait pu avoir une discussion de fond avec ses supérieurs.