Produits retirés des rayons, réunions de crise à Bercy et au Royaume-Uni, enquêtes… La découverte de viande de cheval dans des lasagnes surgelées suscite de nombreuses questions. Quelles marques sont concernées ? Y a-t-il un risque pour la santé ? Planet.fr fait le point.

Voilà un nouveau scandale qui rappelle à certains celui de la vache folle. Rien de comparable pourtant cette fois-ci, mais la découverte de viande de cheval dans des lasagnes censées être au bœuf suscite inquiétude et interrogations. C’est la FAS, l’Autorité de sécurité alimentaire britannique qui lancé l’alerte jeudi dernier : après des tests réalisés sur des lasagnes de la marque de Findus, elle a indiqué que ces produits étaient en réalité fabriqués en majorité avec de la viande de cheval. Les lasagnes ont aussitôt été retirées de la vente, mais le scandale s’étend bien au-delà de la Grande-Bretagne, et touche également la France et d’autres pays européens.

Quelles sont les marques concernées ?Dès vendredi, les supermarchés français ont eux aussi retiré de leurs rayons les produits incriminés. Depuis, c’est un scandale à l’échelle européenne qui semble se dessiner, avec en fond la question cruciale de la traçabilité de la viande. Comment de la viande de cheval a-t-elle pu se retrouver dans des lasagnes « pur bœuf » ? C’est un abattoir roumain qui fournit la viande à l’entreprise Spanghero, laquelle la revend, via des commandes réalisées par des traders situés à Chypre et aux Pays-Bas, à Comigel, dont une filiale installée au Luxembourg prépare des plats surgelés pour le compte de Findus. Ces produits sont ensuite revendus au Royaume-Uni, en France,  ou encore en Suède. Mais l’usine produit également des plats cuisinés pour de nombreuses autres marques : Picard, Auchan, Carrefour, Monoprix, Casino, Cora ont également retiré de leurs congélateurs lasagnes, hachis parmentier, spaghettis bolognaise, cannellonis et moussaka. Système U, Leclerc et Intermarché ont eux aussi préféré retire la marchandise.

Publicité
Y a-t-il des risques pour la santé ?Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur cette affaire complexe. Si les différents acteurs de la filière se renvoient la balle pour savoir à qui revient la responsabilité, Findus a annoncé sa volonté de porter plainte contre X. Mais les consommateurs eux sont inquiets. La fraude pourrait durer depuis août 2012. Les autorités se veulent rassurantes. « L'alerte des autorités britanniques ne vise pas une question sanitaire mais une tromperie » a indiqué Benoît Hamon, ministre délégué à la Consommation, dans interview au Parisien. « Les services vétérinaires ont néanmoins été saisis par le ministre de l'Agriculture pour savoir si la viande concernée contenait ou non des antidouleurs ou des antibiotiques, qui peuvent, à haute dose, avoir des effets sur l'homme » a-t-il précisé.  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :