L’auteure de "Merci pour ce moment" sera ce vendredi à Angers, sa ville natale, pour dédicacer des exemplaires de son livre choc. Une rencontre qui pourrait s’avérer dangereuse pour sa sécurité, vu son impopularité auprès des Français.

Deux semaines après avoir été victime d’un bain de foule à Paris, Valérie Trierweiler s’apprête une fois encore à aller à la rencontre des Français. L’ancienne Première dame sera en effet ce vendredi à Angers pour une séance de dédicaces. Il s'agit de la toute première organisée depuis la sortie de son livre-bombe. Face au succès de Merci pour ce moment, qualifié de meilleure sortie de l’année, le directeur de la librairie Richer est certain que tout se passera bien. "Je ne crains aucun débordement, aucune violence", a-t-il confié à Europe 1, mettant en avant le fait que l’ex-compagne de François Hollande est originaire de la ville. Si bien que le dispositif de sécurité devrait être "très léger", indique la radio.

A lire aussi - "Eméchée", Valérie Trierweiler aurait giflé et griffé l'ex-femme de Michel Sapin

Pourtant, Valérie Trierweiler est loin de faire l’unanimité dans les sondages. Bien au contraire, elle souffrirait d’une mauvaise image chez 69% des Français (sondage Le Parisien). Et la sortie de son livre n’aurait rien arrangé, de nombreuses personnes dénonçant une initiative "indigne". L’ex-Première dame prend donc un pari risqué ce vendredi. Fera-t-elle mentir les sondages ou bien, leur donnera-t-elle raison ?

A lire aussi – Valérie Trierweiler : les raisons de lire son livre… ou pas

Publicité
Valérie Trierweiler évacuée par la policeLes récents évènements ne semblent pas en mesure de nous éclairer sur ce point. En septembre dernier, Valérie Trierweiler a certes été contrainte de recourir aux forces de l’ordre  pour s’extirper d’un mouvement de foule, mais les badauds alors massés ne nourrissaient aucune animosité à son encontre. La journaliste de Paris Match, alors venue dans un quartier africain de Paris pour faire des emplettes avec une amie, a rapidement été reconnue ce qui a créé un "attroupement de curiosité". Loin de vouloir porter atteinte à son intégrité, les passants qui se sont regroupés autour d’elle voulaient uniquement, et pour la plupart, l’approcher et prendre une photo avec elle.

Vidéo sur le même thème – Valérie Trierweiler évacuée par la police après un "attroupement de curiosité"